We recently had a long and captivating conversation with the croatian producter and DJ Petar Dundov. It was the perfect time to rediscover what was the essence of techno, to find out how electronic music rises in Europe during the 90’s. And that was fascinating !
 
(scroll down for the french traduction)
 
 
 
 
        High Five Magazine : To make it simple, I consider your music it as techno. But it’s definitely not that easy. Your tracks are graduated, dealing with psychedelism and something epic. It’s like falling in monumental myth. Then, is there a Dundov’ conception of techno?
       Petar Dundov : For me techno is one of the most abstract forms of electronic dance music. What I love about it is the energy that it carries in the fundamental structures of rhythm and bass and ability to use narrative space for simple ever-evolving musical phrases. It is this duality in form that attracted me to the genre. I remember in 90ties when whole scene took off, music of that time was all about sound, new textures that you could get by tweaking the machines in an unusual manner, coming out with screaming leads ripping out from the speakers. It was innovation that marked that period; this is what created the fundamental structure making it unique style among other club music at the time. I get myself involved in this pursuit just about that time when techno was perceived as way of expression, at the point before anyone new exactly what it is. It is a bit difficult to understand that now when we look at techno in a sense of sub-genre, preconditioned with all this diversity that branched out from couple of basic forms of club sound in many years. In my experience from the time I could differ breakbeats, house, techno and this were the styles I get involved in the beginnings of my career as producer. I liked breakbeats because of the psychedelic breaks and how beats were structured to keep you staying in this light and happy mood. I liked house because it reminded me on disco music and my parents were totally into that, we had tons of tapes at home so I was influenced with this positivity and in a same way melancholic vibe all wrapped in that ever-going steady beat. But none of this made so much impact as techno did. It was because of this out of body feeling that I get when listening to it. It is this unique combination with 4 by 4 beats that puts body in perfect sync while your mind can drift separately in soundscapes playing at uneven periods. This simple structure gave me so rich experience that I was instantly hooked to it. There were so much more space for expression and it had this strong futuristic attitude. I was instantly attracted to it and wanted to see how to find ways to explore it even more. 
HFM : I totally agree with your description of techno, as a way to escape from yourself while being conditioned by the rhythm, the methodic 4/4. While I’m listening to techno, especially yours, my mind goes over the structure to the limitless world of imagination. And it’s wonderful. 
You mentioned the 90’s as a reference. Does this kind of techno as now disappeared? Is this something you want to bring around in your productions?
PD : Music is always reflection of much brother cultural context, the way of expression, kind of answer to new circumstances. When I think about 90ties so much was going on. You had Berlin wall down in 1989, disintegration of USSR that ended in 1991, resulting a new born European union in 1993. All this uncertainty, fear about future existence was gone and new hope rising in Europe, I was lucky to get a grasp of that vibe. People were inspired to share that moment, enjoy life that was beautiful again and stop thinking about past and start looking at the future. That’s why this entire electronic music boom happened. Techno was from all electronic dance music on the far edge of sound innovation and it never stopped developing since then really. One thing that changed till then is that sounds that was underground at the time become mainstream today. So it become more relevant how you present it, not what it actually is. That’s why you can have perception that that kind of techno disappeared, but it is still there, just there is also so much more other stuff. People use to invest a lot of hours trying to work on new sound and today they are much more focused on advertising. So what I want to do is still to work on a sound because that is why I get involved in a first place and let the world to embrace it or not. That sounds so much more real to me.
I guess techno has also survived because of the growing others electronic genres. It’s like the different genres of electronic music were interacting.
You mentioned others stuff. Is there any artists or songs that has inspired you and convinced you to become a musician?  
I can’t say there is particular artist or song, things happened quite randomly for me. There were plenty influences though, like my guitar teacher, he suggested that I continue working on composition, he recognized that I could do interesting things. I was involved in computer programming and from time to time I worked on music for demos and games. Finally after club music exploded here in Croatia many of my friends DJs were telling me to try to do records; there were many influences that made me convinced that I should try to do something with my skills. I am happy that I listened to all of them.

 

You’ve been doing techno since 20 years. How did it begin? Was it simple to start a DJ and producer career during the 90s in Croatia? 
 I was studying electrotechnics at the time and did a lot of computer music. I had some basic music knowledge from teenage years when I learned guitar. In 1992, I get my first synth and started doing live performances. I played couple of gigs here in Croatia, some radio appearances and soon after signed for Formaldehyd records from Berlin. In that moment everything changed, I started touring around Germany, records were selling good, and I could afford proper equipment and move on with the sound. Some years after I started DJing because I piled up quite a collection of records and was nice to be able to string it all up in a nice whole night set. Somewhere in 1995 I bought my first modular synth and that changed the way I think about sound. I had this analog sequencer that I could tune by ear and create this crazy sequences not bound on any scale. For me was instantly apparent how much space there is I between notes and how interesting relationships you could get by playing wider range of pitches, something that was physically impossible with two hands on a keyboard. Other interesting changes were that there were no memory to store sounds, so I was forced to learn the instrument to the point I could recreate the sound as it was by remembering it in my head. One consequence of that was that I could hear any sound anywhere and come home and recreate it on machine. Also in beginnings I had a problem of remembering melodies that came up to my head as inspiration. With practice I learned to memorize anything that came to my head and keep it there as much as I wanted. Today with mobile phones with recorder this will never happen, I would just sing and record it, but sometimes I dream a melody and I am still able to remember it. One of the good things that I learned by DJing was that whatever you do it has to fit in context with things around. One thing that was not so apparent when you are working just on your own music. In Croatia at the time it was hard to start any kind of musical or DJ career as at the time there was war going on here so all music industry stopped for 5 years. After that when Yugoslavia was split in 6 pieces the market place for music was gone, we are just 4 million people spread out in a relatively big space, with less urban areas, very bad for underground club music. So I was a bit lucky that I found friends abroad who understood my music and I practically had normal development as any artist in Europe. We still had small but strong underground scene here in Zagreb, something that was holding us together to survive all this bad things that were happening around us at the time.
Are you still using this magic modular synth? I bet that computers have not been replaced by the good old stuff, isn’t it?
I like technology and I was always curious from were it all comes from. I first started working in purely digital domain, but there were something about analog sound that sounded much more closer to real things. You need to understand that digital domain at the time was 8bit samplers and computer chip music and i didn’t have any money to even think about getting any decent synth. I was lucky that some guy was selling old Roland modular, he inherited it from his father and didn’t really know how to plug it in, so he sold me one for cheap. That was good thing about 90ies, you could get 909 or 303 for couple of hundreds and have decent setup for making music. In my studio I have lots of this old analog stuff and all new digital goodies, plugins, sequencers, practically everything good since 70ties till now. It all works together and that’s where magic happens. If I would be a young producer today looking for some solution I would probably go for couple of strong computers and work ITB. There are so many people involved today in software and hardware production; there are so many innovative controllers, soft synths that I wouldn’t bother with old stuff. It is just a way of expressing ideas.
You’ve just released the Lily Wasp EP, which includes two marvelous tracks. Could you tell us how do you make a track? What’s your magic trick?
 Lily Wasp is song that emerged from my live performances. Playing live is a good way of making things work in a humanly manageable manner, something you could forget when working in a track in studio. Also in all my songs I try to have at least one instrument played live in a real-time. This gives a natural flow to the song. When I play live it is apparent when something new should be introduced and when is time to break it down, etc. There is audience in front of you and you can see exactly what is going on the floor. It is not a magic trick, it is just sense of measure when. Also on this EP I added a little signature with sustained strings that are slowly evolving embracing the sounds in the middle. With simple harmonic changes the whole structure is constantly changing because of the relation in tones and with minimal intervention I was able to change mood drastically. This gives a kind of narrative form, you could call it epic, but not in a sense of bringing the tension higher, rather in a sense of changing different emotional states from which you are perceiving the same original theme that is monotonic. In this combined state between meditative pulsing tones and surrounding harmony, you can experience something i like to call emotional vectoring, kind o movement around center focus point but looking from different, moving perspectives. I used that in quite a few songs recently.
You mentioned Berlin as a turning point for your career. What is Berlin for you? 
For me Berlin is the place where I saw how the world could be and I met some true friends there who helped me become what I am today. Every time I go there it is like reliving this idealistic fantasy of world coming together in peace. I always remember that moments and that’s why I always like to go there and stay just enough to still be able keep that naive perspective of the world.
Concerning Zagreb, the underground culture must have grown a bit isn’t it since the 90’s?
Here in Zagreb it is like you are on roller coaster, it grows than drops than grows again. It is typical small city thing. People know what they want but to be able to sustain it in a long term is still impossible. When it grows some more then it would probably be enough people in rotation to make it work regularly. Because of that you always need to improvise there is nothing solid, it’s a good thing. Some people could be exhausted and this is why we as a country didn’t produce so many artists that work in this domain of music. On the other side, those who still live here are truly music lovers. Another good thing is that we are going to join EU next year so there will be much more cultural exchange in a future. I think by that time we could enter steadier phase and new generations will surely be more western orientated and in that sense will look for more diversity in nightlife. That is good for all underground scenes.
I consider positively the coming access in EU for Croatia, borders will be cross easily than now, and still it’s not complicated. I remember talking with some friends about the well-known Hideout Festival or Electric Elephant. Even though it doesn’t happen in Zagreb, these festivals are also a way to bring electronic music in Croatia isn’t it?
Sure, I am glad things are getting better. We need that kind of cultural exchange, it is necessary for things to move forward. Croatia is still on people’s mind when there is a holiday break, so naturally summer festivals are thriving here. Zagreb is quieter place, but still we have decent number of clubs that do electronic music.
You’ve just released the hypnotic and magnetic Lily Wasp Ep. What are your current projects? 
Currently I am working on new album, we hope it will be ready for Spring 2013. Most of the songs are already composed, now I am in a production phase, lots of things to do.
I just finished new EP together with Gregor Tresher, there are still some remixes in a pipe.
Even though I almost adore you music, I’ve never had the chance to see you playing it for real. Is there a chance you make your way to Paris or France soon? :) 
I played in Paris – Rex this year, it was great night, I really love France, and some special vibe exists there. Hope I will come back soon, maybe next year on album tour or something.
At last, I’m used to ask a funny question to end this conversation: As you might know, we love food (and wine) here in France. Partying, dancing, having fun could lead you to eat a horse. What’s your special meal after throwing a good party? 
Special meal day after party is SUSHI
 
 
Thank you for this lovely conversation Petar. That was so interesting. I hope to see you soon in Paris. Have fun and take care !



 
 
Find more about Petar Dundov on : 
 

Interviewed by Des Races

———————————————————————————–
 
Traduction
 
 
High Five Magazine : Commençons simplement. Ta musique est bien évidemment de la techno. Mais cette techno n’est pas ordinaire. Tes morceaux progressent entre le psychédélisme et quelque chose qui tient de l’épique. On croirait découvrir une mythologie merveilleuse. Est-ce ta conception de la techno ? Comment décrirais tu ta propre techno ?
Petar Dundov : Pour moi la techno est l’une des formes les plus abstraites de la musique électronique. J’aime particulièrement l’énergie que charrie la techno par sa structure élémentaire faites de rythmes et de basses, tout en laissant libre cours  à l’imagination afin de créer un récit narratif dans une simple construction musicale. C’est cette dualité essentielle qui m’a attiré. Lorsque la scène techno pris son essor dans les années 90, je me souviens que la musique se focalisait alors sur les sons, sur de nouvelles textures crée en tripotant au hasard des machines. Le son sortait alors des speakers comme un cri déchirant. A cette époque, c’était nouveau, innovant. Ces innovations permirent de créer cette structure fondamentale qui se distinguait de toutes autres musiques jouées en club. Je me suis retrouvé à faire de la techno lorsque celle ci fut perçue avant tout comme un moyen d’expression. Et ce bien avant que l’on sache ce que c’était réellement.
Aujourd’hui, ceci est difficile à comprendre lorsque l’on regarde la techno comme un sous-genre pré-conditionné d’une musique de club s’étant diversifié avec le temps. A l’époque, je produisais du breakbeats, de la house, de la techno ; c’était des styles différents que j’appréciais. J’aimais le breakbeats pour ses breaks psychédéliques et ses beats te maintenant dans un état heureux. J’aimais la house car elle me remémorait le disco. Mes parents adoraient cela. Je dois avoir des milliers de cassettes à la maison et il va sans dire que j’ai été influencé positivement et mélancoliquement par le beat stable et entrainant du disco. Mais aucunes de ces musiques n’a eu autant d’impact que la techno. Et ce en partie à cause de ce besoin physique qui me saisit lorsque j’écoute de la techno. Cette combinaison unique des quatre temps impose au corps d’être synchronisée alors que ton esprit se sépare pour mieux plonger dans un paysage sonore irrégulier. Cette structure si simple m’a transformé. J’ai immédiatement accroché à cette structure simple. Il y avait tellement d’espace pour s’exprimer, d’autant que la techno revêtait ce caractère futuriste et prometteur qui forcément attire. J’ai voulu ainsi explorer davantage la techno, m’y plonger plus profondément.

 

HFM : J’adhère entièrement à ta description de la techno, à cette forme d’expression et d’extraversion conditionnée par le rythme et libérée par la mélodie. Lorsque j’écoute de la techno, spécialement la tienne, mon esprit s’ouvre sur un monde imaginaire illimité. C’est évidemment merveilleux. Tu as mentionné les années 90 comme une référence, une pierre fondatrice pour le mouvement techno. Cette techno est-elle aujourd’hui disparue ? Est-ce quelque chose que tu essayes de faire revivre dans tes productions ?
PD : La musique a toujours été le reflet d’un contexte culturelle, elle a toujours été le moyen d’expression, la réponse à de nouvelles circonstances. Lorsque je repense aux années 90, tant de choses se sont produites. Le mur de Berlin tombait en 1989, l’USSR se désintégrait en 1991 et deux ans plus tard apparaissait la nouvelle-née Union Européenne. La peur en un futur incertain disparaissait, remplacée par un espoir nouveau croissant en Europe. J’ai été heureux de pouvoir saisir et connaître cette euphorie. Les gens cessèrent de regarder vers le passé, de s’inquiéter du futur. La vie était de nouveau belle et l’on était heureux de pouvoir partager cela. C’est aussi en partie à cause de cela que la musique électronique connut son essor. La techno était à la pointe de l’innovation musicale et cela n’a jamais réellement cessé depuis. Néanmoins une chose a changé. A l’époque, la techno était un son underground tandis qu’aujourd’hui elle est grand publique. Il devient donc plus pertinent de la présenter ainsi, mais cela n’implique pas que son essence ait disparu. Le son d’autrefois est toujours là, il y a juste davantage de productions, davantage d’artistes, davantage de techno.
Seulement aujourd’hui, les gens se focalisent plus sur la communication que la recherche et le travail de nouvelles sonorités. J’essaye de continuer à travailler sur de nouvelles sonorités, c’est pourquoi je m’engage, j’explore, je tâtonne et fais de nouvelles expériences en espérant que le monde aime, ou non. Cette démarche me semble être plus réaliste.

 

J’imagine que la techno a aussi survécu grâce aux autres genres de musiques électroniques. Il existe une corrélation entre ces différents genres, comme si tous interagissaient entre eux. Tu as mentionné le breakbeats, la house, voir le disco. Quels sont les musiciens, voir les morceaux, qui t’on inspiré et convaincu de devenir musicien ?
Je ne peux pas réellement dire qu’il y a eu un artiste qui m’a influencé, ou une musique en particulier. Cela s’est fait plus ou moins par hasard. Il y a eu néanmoins des influences marquantes, tel que mon prof de guitare. Il m’a suggéré de continuer à travailler sur mes compositions, il a reconnu que je pouvais créer quelque chose d’intéressant. Je faisais à l’époque de la programmation (d’ordinateur) et de temps en temps je travaillais sur la musique de démos ou de jeux. Lorsque la musique de club prit son essor ici en Croatie, beaucoup d’amis DJ insistèrent pour que je me misse à produire des morceaux.
Les influences furent multiples, et toutes m’ont convaincu qu’il fallait que j’essaye de faire quelque chose de mes talents. Je suis heureux de les avoir tous écouté !

 

Tu produis de la techno depuis maintenant 20 ans. Comment cela a t-il commencé ? Etait-ce simple de devenir DJ et producteur durant la Croatie des années 90 ?
J’étudiais à l’époque l’électronique et faisait ainsi beaucoup de musique par ordinateur. J’ai acquis une connaissance basique en musique du temps que je jouais de la guitare adolescent. En 1992, j’ai eu mon premier synthé et commencé à faire mes premières performances live. J’ai joué quelques dates en Croatie, apparu dans des radios shows. Peu après je signais chez Formaldehyd Records à Berlin. À partir de ce moment ci, tout changea. J’ai commencé à tourner en Allemagne et ses environs, mes records se vendaient bien et je pouvais ainsi m’offrir l’équipement adéquat pour pouvoir faire évoluer mon son. Quelques années après, ma collection de vinyles s’étant bien étoffé, j’ai commencé à mixer. Je pouvais enfin tenir une nuit entière. En 1995, j’achetais mon premier synthé modulaire, cela révolutionna ma façon de voir et de penser ma musique. J’avais ce séquencer analogue que je pouvais accorder à l’oreille et créer des séquences folles n’étant pas limitées par une échelle. Il m’était apparu immédiatement à quel point il existe d’espace entre les notes, à quel point il pouvait être intéressant de jouer sur une large gamme d’intensité, quelque chose qu’il m’était impossible de réaliser avec mes deux seules mains et mon clavier. D’autre part, il n’existait pas encore de mémoires pour stocker les sons. J’étais donc forcé d’apprendre l’instrument jusqu’à pouvoir recréer un son tel que je m’en souvenais auparavant. Ce faisant, je pouvais entendre un son et revenir chez moi le recréer de façon identique.
A mes débuts, j’avais aussi un problème de mémoire. Je ne pouvais pas toujours retenir les mélodies qui venaient avec l’inspiration. En pratiquant encore et encore, j’ai pu retenir n’importe quelle mélodie et la garder, la rejouer encore et encore dans ma tête. Aujourd’hui, les téléphones portables résolvent le problème facilement. Il me suffirait de chanter et d’enregistrer. Mais je peux toujours me souvenir d’une mélodie que j’ai rêvée grâce à mon travail de mémoire.
J’ai aussi appris une bonne chose en mixant. Quelque soit le contexte, cela doit convenir avec ce qui t’entoure. Cela n’est pas apparent lorsque tu travailles seul sur ta propre musique, mais durant un mix, le contexte joue. Il était dur de percer dans un genre musical nouveau, de devenir DJ en Croatie à l’époque. La guerre ici faisait rage et l’industrie musicale fut mise entre parenthèse durant 5 ans. Lorsque la Yougoslavie fut séparée en 6, le marché n’existait plus. Nous étions seulement 4 millions dans un espace territorial relativement grand, avec peu de zones urbaines ce qui ne favorisait pas l’essor d’une culture underground. Je suis donc chanceux d’avoir trouvé à l’étranger des amis qui ont compris ma musique. J’ai pu ainsi grandir, me développer comme tous autres artistes en Europe.
Il existe maintenant une scène limitée mais vivante à Zagreb, une scène qui nous a permit de survivre à l’ensemble des malheurs que nous vécûmes.

 

Utilises tu toujours ce synthétiseur modulaire magique ? J’imagine que les ordinateurs n’ont pas pu remplacé la bonne vieille mécanique.
J’apprécie la technologie et j’aime faire de nouvelles découvertes. J’ai commencé à travailler uniquement sur du digital mais le son analogique possède quelque chose de plus réaliste que le reste. Il faut comprendre qu’à l’époque le domaine digital ne s’étendait qu’au samplers 8 bit et aux ordinateurs bon marché. Il était inconcevable que je puisse acheter un synthétiseur décent, je n’avais pas assez d’argent. J’ai eu la chance de trouver sur ma route un mec qui vendait un vieux moduler Rolland. Il l’avait hérité de son père et ne savait pas réellement comment le configurer. Dans les années 90 on pouvait obtenir une 909 ou une 303 pour quelques centaines et avoir ainsi un système décent pour composer. Mon studio regorgeait de vieux matos analogiques et de nouvelles acquisitions digitales, de modules, de séquencer, bref tout ce qu’il y avait de bon depuis les années 70. Et tout cela marchait ensemble, la magie prenait. J’imagine que si j’étais aujourd’hui un jeune producteur je chercherai d’abord à obtenir des ordinateurs solides et produire ainsi. Tellement de gens travaillent maintenant dans la production de logiciels et de matériels informatiques. Il existe tant d’innovant controler, de synthés novateurs que je ne me soucierai pas du vieux matos. Au fond, tout ceci ne sert qu’à exprimer nos idées.

 

 

 

 

Tu viens tout juste de sortir l’EP Lily Wasp. Les deux morceaux sont merveilleux. Peux-tu nous dire ta recette de fabrication ? Comment crées tu un morceau ?
Lily Wasp est un morceau issu de mes performances live. Jouer en live est un bon moyen de coordonner des sons de façon vivante, quelque chose que l’on ne peut faire dans un studio. Lorsque je crée un morceau, j’essaye toujours de ne pas perdre cet aspect live en jouant justement au moins d’un instrument. Cela donne un flow naturel au morceau. En live, tout devient évident : les éléments nouveaux ou devant se terminer cessent naturellement. L’audience en face de moi me permet de réguler, d’adapter, de faire évoluer un morceau en fonction de mon public. Cela n’a rien de magique, il s’agirait plus d’un sens de la mesure.
Sur cet EP, j’ai essayé d’ajouter une nouvelle signature en ajoutant des cordes soutenues qui évoluent lentement autour des autres sons. Grâce à de petites modifications harmoniques, la structure d’ensemble évolue constamment. Et ce grâce à la relation entre les tonalités et les changements minimales qui modifient ainsi radicalement l’ambiance des deux morceaux. Cela donne bien ainsi une forme narrative au morceau. Tu peux qualifier cette forme d’épique, non parce que la tension s’élèverait mais parce que le thème original monotone est perçu de façons différentes. Les émotions changent au fur et à mesure que l’on entend le même thème. Dans cette combinaison alliant tonalités rythmées et méditatives à une harmonie ambiante, on peut faire l’expérience de ce que j’appellerai un vecteur émotionnel. Ce vecteur émotionnel se focaliserait sur un point central tout en recherchant des perspectives mouvantes et différentes. J’ai utilisé fréquemment ce vecteur dans mes dernières productions.

 

Tu as mentionné Berlin comme un tournant pour ta carrière. Que représente cette ville pour toi ?
Berlin est l’endroit où j’ai pu découvrir comment le monde pouvait être, où j’ai rencontré des amis sincères qui m’ont aidé à devenir ce que je suis aujourd’hui. A chaque fois que j’y retourne, je revis cette fantaisie idéaliste d’un monde en paix. J’aime aller la bas pour me souvenir de ces moments et pouvoir ainsi maintenir en vie cette perspective naïve du monde.

 

En ce qui concerne Zagreb, la culture underground n’a t-elle pas grandi avec le temps ?
La vie underground à Zagreb est comme une montagne russe. Il y a des hauts et des bas. C’est typique des petites villes. Les gens savent ce qu’ils veulent mais il est pratiquement impossible que cela marche à long terme. Et quand bien même cela s’étendrait, il serait impossible que cela satisfasse un nombre suffisant de personnes pour pouvoir fonctionner régulièrement. Cela a du bon, on doit constamment innover car aucun projet n’est solide. Pour certaines personnes, cela pourrait être éprouvant, et c’est pourquoi notre pays ne produit pas tant d’artistes dans ce domaine musical. D’un autre côté, les gens de ce milieu sont de profonds amoureux de notre musique. De plus, nous allons rejoindre l’Union Européenne l’année prochaine, il y aura donc davantage d’échanges culturels au futur. Cela va se stabiliser et les nouvelles générations seront surement orientées vers l’Ouest. Par conséquent, cela devrait permettre d’étoffer la vie nocturne. Ceci ne peut être que bon, quelque soit la scène underground dont on parle.

 

Vu sous ce prisme, l’adhésion prochaine de la Croatie à l’Union Européenne est à considérer positivement. De nouveaux murs tomberont ainsi, bien que cela soit plus facile aujourd’hui. Je me souviens néanmoins d’amis me parlant du connu Hideout Festival ou de l’Electric Elephant. Bien que ces festivals n’aient pas lieu à Zagreb, n’est-ce pas une bonne chose pour la diffusion de la musique électronique en Croatie ?
Bien évidemment. Je suis heureux que cela s’améliore. Nous avons besoin de ce genre d’échange culturel, il est nécessaire que les choses bougent. Dans les consciences collectives, la Croatie demeure un endroit où passer une semaine de vacances, et tout naturellement les festival prospèrent grâce à cela. Mais Zagreb est un endroit tranquille. Nous n’avons toujours pas un nombre suffisant de boites, or c’est cela qui fait la musique électronique.

 

 

 

 

Quels sont tes futurs projets ?
Je suis en train de travailler sur mon dernier album. J’espère qu’il sera prêt pour le Printemps 2013. La plupart des morceaux sont déjà composés. Je rentre maintenant dans la phase de productions.  J’ai donc encore plein de choses à faire.
J’ai aussi fini un nouvel EP avec Gregor Tresher, de même que de nouveaux remix sortiront bientôt.

 

Bien que j’affectionne particulièrement ta musique, je n’ai pas encore eu la chance de te voir la jouer en vrai. Reviens tu bientôt à Paris ou en France ?

J’ai joué au Rex cette année, c’était une nuit géniale. J’adore réellement la France, il existe une ambiance si particulière ici. J’espère revenir bientôt aussi, peut être l’année prochaine pour la sortie de mon album.

 

C’est une question traditionnelle ici chez H5. Comme tu dois le savoir, nous adorons la nourriture (et le vin) en France. Faire la fête, danser, s’amuser peut donner une faim de loup. Quel plat nous conseillerai tu pour calmer cette faim ?
Rien de mieux que des SUSHIS !
Merci beaucoup Petar pour cette conversation intéressante, riche d’éléments qui donnent matière à penser. A bientôt et d’ici là, merci ! 
 
 
 
Retrouvez Petar Dundov sur : 
 
 

Par Des Races.

Articles similaires