We recently grabbed our phone and got the Dutch DJ and promoter Jorn Liefdeshuis. Jorn is a skillful and talentend DJ who’s believe in the romantic side of electronic music. Together, we chewed over his Pixel party at Trouw, his passionate conception of electronic music and, at last, deliberate on the best meal after a good party. Scroll down for the French traduction.

(La traduction française est plus bas)

 

High Five:  Hi Jorn, how are you?

 

I’m good; I’m making tea right now. I usually drink black tea, but since there are a lot of caffeine in there.  I have no clue what’s in there but it’s called “ sleep well “ tea.

 

Anyone who knows you knows that you are a DJ and promoter as well. Do you also make music?

 

I’m not a producer. I think I do everything else that has a link with music, but producing music has never been a goal for me. I never had the urge to start producing. I promote my own party at Trouw. I run my own booking agency. I work for DJ Broadcast, which is the only good dance magazine in Holland. Everything I do is about music, really.

 

Are you a writer for DJ Broadcast magazine?

 

Not that much. The only think I write are the games reviews but I take care of the business side, doing what does an account managing or a project managing. It’s quite exciting!

 

You’re in charge of the Pixel(s) parties at Trouw. How the party began? Why did you choose Trouw instead of another nightclub in Amsterdam, and at last, what’s the specificity of this party?

 

It’s quite a long story. When I was eighteen, I started to do club nights in my own time in Arnhem, on the East of Holland. Those nights were called Pixel. I had a couple of friends who did parties in Utrecht or in Amsterdam, and we make it to Club 11. Back in those days, Club 11 was considered to be the best club in Amsterdam, and maybe in Holland too. We went to see the club owner Olaf Boswijk and decided together to continue the night Pixel over there. The parties carried on during three or four years, until Club 11 closed. The people from Club 11 started a new club, called Trouw, and so Pixel moved with them. We had a small break, and organised a few editions in Melkweg but after three years where back In Trouw now!  I’m the resident DJ, I do the programming, I have a real good team of promoters, and their artworks are amazing.

 

If you go to Trouw, you’ll realize it doesn’t look as a normal club location. People had to get used to this new location, this new place and get acclimated. It took some times for people to know what Trouw is, what they could expect there. Now a few years after, everybody knows what Trouw is, or at least if you’re into clubbing, you know what to expect. It’s like Berghain in Berlin, Fabric in London or Rex in Paris.


You define Pixel as a romantic night. What’s your idea? What would be your personal definition of romanticism?

 

It is clearly related with the music and the visuals.  The combination of the two makes something real unique. When I play music at my party, or invite friends to do so, I want express a passionate emotion. My definition of music is a demonstration of emotions, a good mixture between what you’ve heard and see. There are a lot of melodies, of synthesisers, of vocals. It’s an emotional music.

 

 

Your last mix is a perfect example to define what you call “ romantic club music. I first listened at it two weeks ago. I was climbing a hill, under trees that were slowly losing their leaves. The ground was wearing its cloth-of-gold, and everything appeared to be as if your music had to be listened at this particular moment. I guess autumn had a lot to do with it.

 

Well thank you! I’m honoured. About this mix with James Holden, he might be the best DJ when it comes to get across emotions. I would never put myself at his level, but I try my hardest to achieve something big of my own.

 

Could you give us examples of your favourite “romantic” electronic music?

 

-Matthew Herbert’s Marionette is a clear example. Never fails to amaze !

– Ricardo Villalobos – Dexter (2 Lone swordsman Remix)

Same sort of classic would be Villabos’ Dexter, especially the 2 lone swordsman remix.

– Herbert – It’s Only (DJ Koze Remix)

– Koreless – Sun

 

You just invited James Holden, Luke Abbott at Pixel. They are all part of the Border Community’s family. Are you friends with these guys? It’s such a lovely label.

 

I’ve been a real fan of the label for years now. It’s been six or sevens years I follow then now. Back in the days, at Club 11, I invited James Holden, Fairmont, and Luke Abbott. Some of these guys played for their first time in Holland, like Luke. These artists are so down-to-earth, so nice. It’s good to hang out with them. There is a certain creative vibe in their music. It’s hard to explain, but it what makes music romantic for me.

 

How is the current electronic Dutch scene compared to others big cities, such as Berlin or London?

 

In Amsterdam, we have a very wealthy and vibrant club scene. Some good local labels must be thanked for that (Rush Hour, Delsin). There is a very good pool of super-talented DJ and producers. Amsterdam is a small city, and you’ve got to run into each other’s. Everyone interacts with each other’s; it’s really wealthy and good for our city.

Hopefully the music is not the same. I’ve got friends who kinds of differ with the music I play but I enjoy listening at them. We have a well off diversity and of course a lot of clubs now. Let’s not forget a big amount of festivals. I get lucky to play in a city like that.

 

Would you say that you’re one of the current on-going talent in Holland, right now?

 

I don’t know. It’s a harsh question … there is a real movement coming from Amsterdam, for sure!  Tom Trago, Awanto3, Makam and also William Kouam Djoko, there are so talented and participate to construct this vibe. As for myself, I don’t really consider myself as a super-talent or a producer. I just really like playing records; it’s simple as it is.  I think I’m doing well for myself, but it would be kind of define if I were part of this movement.

 

Sometimes it’s good to not push the boundaries too far.

 

To be fair, I don’t have so much time to produce. As I work five days a week, I also like to rest, to watch football and make diner for my girlfriend.  I don’t have an urge to make music.

 

You spoke about football. I bet you support the Godenzonen, right? (Ajax Amsterdam for our readers)

 

Of course! There is only one team! There are no other options. Look at what they did yesterday against Barcelona.

 

In comparison, there are not other big teams in Holland …

 

A lot of people would totally disagree with you, but I have to say it’s true.

 

You do play football as well?

 

Not really, I do play indoor football with a couple of friends but I’m not very good at all. I better play FIFA, aha.

 

I was speaking about Berlin and London before. It’s commonly considered to be the two main cities for electronic music in Europe. In which ways Amsterdam is different from these two cities?

 

I think we have a very rich history in Holland when it’s come to electronic music. We started with House music in the eighties that was really early! Rotterdam had strong relations with gabber…

 

Is gabber still strong in Holland?

 

I went to a gabber party in last December. It was the twenty years anniversary of Thunderdome and it was amazing. But it’s not anymore as strong as it was. There are some of “ gabbers areas” in Rotterdam or small villages yet.

To come back on the history of electronic music here, The Hague is closely related with Western electronic influences, with Legowelt in particular. Rotterdam has Clone, what a nice label. I’m probably missing out a lot of people here – and pissing off others by forgetting them – but even if we are a small country, we have several scenes and a lot going on.

 

There was also a great influence of progressive, back in those days. The kind of stuff Border Community did and still does now.

 

Jorn Liefdeshuis

 

What were your first parties?

 

I grew up with hip-hop and gabber. Especially with a lot of gabber. When I was old enough to go out, the first parties I encountered were defined to be gabbers. A bit of hard-techno and gabbers, a hard-style music. Those were my first parties.

After a while, I figure myself techno was a lot more interesting, and I can of stick to that for years now. Of course there was a revival of house, and hopefully I went to a lot of different tastes. But during all these years, I was a real big fan of Border Community.

 

A hard question now: Your best experience of a party.

 

Oh god … I think my first time going to the festival Nacht Digital in Germany seven years ago. I already went to other festivals before going there. We were maybe ten Dutch people there that are all. It was super hot; the atmosphere around the lake was incredible. It was just incredible! Every single artist was playing for three or four hours minimum. James Holden played a seven hours long set. I think it was my best experience of a party.

I’ve been two or three times there and I decided that it was enough. Believe me, those nights were perfect. I never find another festival so strong.

 

What’s coming next for Pixel?

 

The 6th of December, we’ll host Robag Wruhme and Weval (live)Those two are so talented! They also take part of what I call “ romantic club music “.

 

Would you like to promote an underrated artist at the moment, someone you would find interesting to talk about?

 

Well, definitely Weval! I discovered these guys through Applescal, a Dutch artist who runs the label Automnation. They’re going to do an EP for him. He said that it sounded like “ Radiohead mixed together with Four Tet mixed together with James Holden ”. I told him it was completely impossible. There are my favourite musicians; there is no way that’s going to be that good. “ So he played me a couple of songs. And of course, it was! There are no men near good as they are. I think there is going to be a lot of good music from them in the next years.

 

What are the last records you bought?

 

Let’s me check that for you. The last one I bought was a record by Interstellar Funk called House Train. Actually I didn’t buy it, cause Interstellar Funk’s project of my little brother. It was released on Rush Hour, I’m so proud of him!

 

The whole family is in the music business.

 

Yeah! We’ve been doing music for a long time. I’ve also bought an Anthony Naples from Mister Saturday Night. I bought every single record I can find of them. I bought Four Tet’s last album, which is incredible. I’m a real big fan of him. And a DJ Koze, Burn With Me. Koze is one of my favourite artists.

 

To conclude this lovely conversation, we are used to talk a bit about food. That’s our speciality in France, right? Dancing, playing records, having a good night makes you ravenous. What’s your favourite meal after throwing a good party?

 

Damn! I’m just usually too tired to cook. But the day after, I like to make a pumpkin soup as starters, especially now in the winter. Then, cooking up a quiche Lorraine with onions. You need some greasy, heavy stuff, right?

 

Time for dinner! Thanks Jorn, High Five Mag wishes you all the best to you and to Pixel!

Interviewed by Des Races.

 

 

More Links :

Jorn Liefdeshuis soundcloud

Jorn Liefdeshuis Resident Advisor

Trouw website

 

*         *

 

20501_450471758385090_268269364_n

Récemment, nous avons eu la chance de discuter avec le jeune talent hollandais Jorn Liefdeshuis. Jorn touche à peu près à tout en musique, qu’il soit DJ ou promoteur de sa propre soirée, Pixel au Trouw d’Amsterdam. Avec lui, il faut voir la musique d’un oeil romantique, de façon passionné. 

 

High Five : Salut Jorn, comment vas-tu ?

 

Jorn Liefdeshuis : Je vais bien, merci ! Je viens de me faire un thé à l’instant. Habituellement je bois du thé noir, mais il y a pas mal de caféine là-dedans. J’ai changé cette fois-ci, Je n’ai aucune idée de ce qu’il peut bien y avoir dedans, mais j’ai plutôt confiance … Ça s’appelle «  bonne nuit ».

 

Ça semble délicieux. Ceux qui te connaissent savent que tu es DJ ainsi que promoteur. Es-tu aussi producteur ?

 

Non, je ne produis pas de musique. Je pense avoir un pied dans tout ce qui touche de près ou de loin à la musique mais créer et composer n’a jamais été un but pour moi. Je n’ai jamais ressenti ce besoin. Toutefois, j’organise mes propres soirées au Trouw, je dirige ma propre agence de booking et je travaille pour DJ Broadcast, surement le seul bon magazine spécialisé dans les musiques électroniques. Ainsi, tout ce que je fais est lié à la musique.

 

Écris-tu  pour DJ Broadcast ?

 

Non, pas vraiment. Les seuls articles que j’écris sont ceux de la rubrique « jeux » toutefois je m’occupe de l’aspect business. On pourrait définir mon travail comme celui d’un chef de projet. C’est un travail intéressant !

 

Au Trouw, tu t’occupes des soirées Pixel. Comment cette soirée a t-elle vu le jour ? Pourquoi as tu choisi Trouw plutôt qu’une autre boite à Amsterdam, et enfin, quelle est la particularité de cette soirée ?

 

C’est une longue histoire. À dix huit ans, j’ai tout d’abord commence mes propres soirées dans ma ville natale, à Arnhem, dans l’Est des Pays-Bas. Cela s’appelait déja Pixel. Par chance, j’avais plusieurs amis qui organisaient aussi leurs soirées à Utrecht ou à Amsterdam. C’est ainsi que j’ai pu rentrer en contact avec l’équipe du Club 11. À cette époque, le Club 11 était considéré comme la meilleure boite d’Amsterdam, probablement aussi des Pays-Bas. Mes amis et moi sommes allés voir Olaf Boswick pour lui demander de continuer les soirées Pixel au Club 11. Il accepta et la soirée prit sa résidence pendant 3 ou 4 ans, jusqu’à ce que le Club ferme. Les gens du Club 11 investirent un nouveau lieu, le Trouw. L’actuel Trouw. Et Pixel déménagea avec eux.

 

À ses débuts, Troux avait quelques problèmes. Ce n’était pas une réussite, certainement pas le même entrain que le club connait actuellement. Le succès vint avec l’âge. Les gens n’avaient pas la même dévotion, et cela peut se comprendre. Si vous allez au Trouw pour la première fois, vous réalisez immédiatement que la boite est originale, voir même quelque peu inhabituelle compare à d’autres. Les gens durent s’habituer à cet étrange lieu, à ce nouvel endroit, s’acclimater quoi. Cela prit du temps. Maintenant tout le monde sait ce qu’est le Trouw, une boite qui incarne sa ville, comme l’est le Berghain pour Berlin, la Fabric pour Londres ou le Rex pour Paris.

Pixel n’était pas un projet solitaire, je faisais cela avec d’autres personnes. Celles-ci se dirigèrent vers d’autres horizons, écoutèrent différents musiques, menèrent des projets différents. L’un d’eux, mon meilleur ami, devint le programmateur du Melkweg. Il me demanda de le rejoindre et j’acceptai. Les soirées Pixel durèrent encore trois ans là-bas.

 

L’année dernière, en Février, je demanda à Olaf si Pixel pouvait revenir au Trouw. Et par chance, nous sommes de retour au Trouw !

Je suis resident de cette soirée, j’en fais la programmation, je travaille avec une équipe merveilleuse, et j’en suis heureux !

 

Tu définis la soirée Pixel comme une nuit romantique. Peux-tu nous expliquer cette conception ? Comment définirais-tu cette forme de romantisme ?

 

C’est tout d’abord intimement lié avec la musique et les visuels. La combinaison des deux doit créer une nuit réellement unique. Lorsque je joue à ma soirée, ou que des amis y jouent, j’essaye du mieux que je le peux d’exprimer une émotion passionnée, sentimentale. Ma définition de la musique passe par une démonstration d’émotions, un mix savoureux de mélodies, de synthétiseurs, de vocaux, tout ce qui rend une musique émouvante.

 

Ton dernier mix est un exemple parfait de cette conception romantique de la musique. Lorsque je l’ai entendu pour la première fois il y a deux semaines, je montais tranquillement la colline menant à mon université. Autour de moi, les arbres perdaient lentement leur feuilles et je marchais sur un tapis de verdure dorée. Tout semblait être réuni dans le but de vivre un moment particulier, unique, prédestiné à l’écoute de ta musique. Sans doute, l’automne a beaucoup joué en cela.

 

Eh bien merci, je suis touché ! A propos de ce mix avec James Holden, je pense réellement que c’est le meilleur DJ lorsqu’il s’agit de toucher, d’émouvoir son public. Je ne suis pas au même niveau que lui, au grand jamais, mais j’essaye difficilement de concevoir la musique comme il le fait.

 

Donne nous des exemples de musique électronique romantique ?

 
-Matthew Herbert’s Marionette est un bonne exemple. Toujours aussi éfficace.

Ricardo Villalobos – Dexter (2 Lone swordsman Remix)

Le remix du classique Dexter de Villalobos

Herbert – It’s Only (DJ Koze Remix)

Koreless – Sun

 

Tu as récemment invité James Holden, Luke Abott pour les Pixel. Ils font tous partis de la grande famille de Border Community. Es-tu ami avec ces gens-là ? C’est un label tellement merveilleux !

 

Je suis un grand fan du label depuis plusieurs années maintenant. Cela doit faire cinq ou six ans que je les suis. Lorsque nous étions au Club 11, j’ai invité James Holden, Fairmont ou encore Luke Abbott.  Certains d’entre eux comme Luke venaient pour la première fois au Pays-Bas. Ces garçons là sont d’une gentillesse rare, sincère et amicale. J’aime trainer avec eux !

Il y a une émotion et un potentiel créatif certain dans leur musique. Cela est difficile à expliquer, mais la musique romantique telle que je la conçois puise ces racines chez ces gens là.

 

Comment est la scène hollandaise actuelle comparée à nos grandes villes européennes que sont Berlin et Londres ?

 

La scène se porte bien à Amsterdam. Elle est très riche. Il y a tout d’abord de très bons labels locaux tel que Rush Hour ou Delsin. Il a aussi un réservoir de talents, DJ  ou producteur. Amsterdam est une petite ville, et tout le monde se connaît. Cela participe à l’effervescence de la ville.

Heureusement la musique n’est pas la même. J’ai des amis qui diffèrent totalement de ce que je peux jouer. Et j’aime les écouter. Notre ville incarne la diversité, c’est pour cela qu’il y aujourd’hui autant de clubs. N’oublions pas les nombreux festivals. J’ai de la chance de vivre ici.

 

Dirais-tu que tu fais parti de ces talentueux talents, de ce vivier très prometteur ?

 

Je ne sais pas quoi dire … c’est une question difficile. Il y a bien un mouvement initié d’Amsterdam et incarné par des réelles talents, tel que Tom Trago, Awanto3, Makam ou encore William Kouam Djoko. Ils construisent cette nouvelle vague. Quand à moi je ne me considère pas vraiment comme un talent prometteur. Je joue juste des records. Aussi simple que cela ! Et je m’en sors pas mal pour l’instant, mais il serait difficile de dire que je participe à ce mouvement.

 

Quelquefois il est préférable de ne pas pousser ces limites trop loin, de ce contenter de ce qu’on a.

 

Pour être honnête, je n’ai pas le temps pour de la production. Je travaille cinq jours sur sept, et lorsque j’en ai le temps, je préfère regarder du football, faire à diner pour ma copine.

 

1470291_489129961185936_1914441762_n

 

Tu parlais de football. Je suppose que tu supportes les dieux de l’Ajax ?

 

Bien sur ! Il n’y a qu’une seule équipe, l’Ajax ! Pas d’autres options. Regarde comment ils joué face à Barcelone ce mardi.

 

En même temps, il n’y a pas vraiment d’autres bonnes équipes en Hollande …

 

Certaines personnes t’affirmeraient le contraire, mais je suis tout à fait d’accord avec toi aha. Il n’y a que l’Ajax !

 

Joues-tu aussi au football ?

 

Pas vraiment, je joue en indoor avec quelques amis mais je ne suis pas très bon. Je joue mieux à Fifa.

 

Moi aussi … Je te parlais de Berlin et Londres auparavant. On peut sans trop se mouiller avancer que ce sont les deux villes phares en ce qui concerne la musique électronique en Europe. Toutefois, Amsterdam a bien sa propre particularité. Quelle est-elle ?

 

Je pense que nous avons une relation riche et historique avec la musique électronique ici aux Pays-Bas. Très tôt, dans les années 80, nous avons écoutés de la house ! Rotterdam avait à l’inverse une très forte relation avec le gabber…

 

Le gabber est-il toujours aussi écouté qu’avant ?

 

J’étais à une soirée gabber en Décembre dernier. Pour les 20 ans de la Tunderdome et c’était fantastique. Toutefois, ce n’est pas autant écouté qu’avant. Il subsiste encore quelques poches à Rotterdam ou dans des petits villages.

Pour revenir sur l’histoire de la musique électronique aux Pays-Bas, la Hague a développé une relation étroite avec les influences d’Outre-Atlantique, notamment grâce à Legowelt. Quand à Rotterdam, elle a ce label fantastique, Clone. J’oublie certainement beaucoup de gens – j’espère ne pas les énerver – mais c’est incroyable de penser qu’il existe autant de scènes différentes dans un si petit pays.

 

Oh, et il y avait aussi cette influence de la progressive il y a quelques années. Le genre de choses que faisait Border Community. Cela a beaucoup joué !

 

Raconte nous comment étaient tes premières soirées ?

 

J’ai grandi avec le hip-hop et le gabber. Principalement le gabber. Lorsque j’étais suffisamment âgé, je pus allé à mes première soirée gabber. C’était un mélange entre de la techno agressive et du hard-style. C’était comme cela, mes premières soirées.

Au bout d’un moment, je me suis rendu compte que la techno était bien plus intéressante ! Je m’en suis tenu à cela depuis quelques temps. Bien évidemment, il y a toujours ce revival de la house qui t’influence, mais au fil des années je suis toujours resté fidèle à la techno – et à Border Community.

 

Une question difficile maintenant : ton meilleur souvenir de soirée ?

 

Mon dieu … c’est la pire question. Je pense que cela devait être la première fois que je me rendais au Nacht Digital Festival, en Allemagne, il y a quatre ans. J’étais déjà allé à d’autres festivals mais celui-ci changea tout. Nous étions peut-être dix hollandaise sur place. Il faisait incroyablement chaud. L’atmosphère autour du lac rendait la chose fantastique. C’était inoubliable ! Chaque artiste jouait au minimm trois à quatre heures. James Holden a joué un set de 7 heures. C’était surement ma plus belle expérience de soirées.

Je suis retourné trois ou quatre fois au festival et j’ai décidé que c’en était assez ! Crois moi, ces nuits étaient parfaites. Je n’ai jamais trouvé un festival aussi particulier.

 

Quoi de prévu pour Pixel ?

 

Le 6 Décembre, nous accueillons Robag Wruhme et Weval en live. Ces deux là sont si talentueux. Ils font bien évidemment partis de ce que j’appelle la musique romantique.

 

L’occasion t’est donnée de promouvoir un jeune talent qui te tient à coeur. A qui penses-tu ?

 

Eh bien, définitivement Weval. J’ai découvert ces garcons grâce à Applescal,un artiste hollandais qui dirige le label Automnation. Ils vont sortir un EP sur le label. Il m’a dit que cela ressemblait à un mélange entre Radiohead, Four Tet et James Holden. Je lui ai répondu que c’était totalement impossible. Ce sont mes musiciens préférés, tu comprends … Cela ne peut pas être aussi bon ! Il m’a alors joué quelques morceaux, et bien sur que ça l’était ! Il n’y a pas plus bons qu’eux. Je pense que l’on va entendre beaucoup parlé d’eux dans les prochaines années.

 

Quels sont les derniers vinyles que tu as acheté ?

 

Un instant, laisse moi regarder. Le dernier que j’ai acheté est un disque d’Interstella Funk, le morceau s’appelle House Train. En fait, je n’ai pas vraiment acheté ce morceau, puisqu’Interstella Funk est un projet de mon petit frère. C’est sorti sur Rush Hour. Je suis si fier de lui !

 

Toute la famille est donc dans la musique !

 

Et oui, il semblerait. Nous sommes dans le milieu de la musique depuis longtemps. J’ai aussi acheté un Anthony Naples de Mister Saturday Night. J’achete tous les disques qui sortent de ce label. J’ai aussi le dernier album de Four Tet, que je te recommande chaudement. J’adore ce qu’il fait. Enfin, un Koze, Burn With MeKoze est mon héros.

 

Il est temps de finir cette conversation. Voilà notre traditionnelle question. Les mets fins et les vins savoureux sont notre spécialité en France, tu le sais. Danser, jouer des disques toute la soirée, tout cela peut te donner une faim de loup. Quel est ton plat préféré après une bonne soirée ?

 

Damned ! Je suis généralement trop fatigue pour cuisine. Toutefois, le lendemain j’aime commencer par une soupe de potiron, surtout en hiver. Après cela, j’engloutis une quiche Lorraine aux oignions. Un lendemain de soirée, il faut quelque chose de lourd, de gras, non ?

 

A table! Merci Jorn, High Five magazine te souhaite le meilleur à toi et aux soirées Pixel.

 

Interview par Des Races. 

 

More Links :

Jorn Liefdeshuis soundcloud

Jorn Liefdeshuis Resident Advisor

Trouw website