Cette série du français Raymond Depardon a été longuement commentée. Elle est saisissante, majuscule. Elle est probablement l’une des plus belles à voir du photographe, sinon de cet art. C’est en quelque sorte un classique de ce qu’on a pu appeler la photographie humaniste. Peu importe les genres et les étiquettes, les images parlents d’elles-mêmes. 

Appelé à l’aide en 1978 par Franco Basaglio, alors directeur de l’hopital psychiatrique du Manicomio, Raymon Depardon va servir de témoin. Il parcourt les instituts italiens, s’arrête dans ceux de San Clemente ou Naples. Il enregistre le quotidien des fous dans des instituts austères et désincarnés. Il montre la solitude, le repli d’âmes perdues. Le personnel est comme effacé du cadre, on n’y montre le seul grain.
« On ne sort pas intact. On sort liberé. On a vu le bout et on sait que demain dans la rue, la différence n’est pas si grande. Heureusement il y a des fous en liberté. » commente Depardon dans Contacts (Arte).

 

index

Raymond Depardon – San Clemente, 1979, Italy. Epreuve gélatino-argentique 59,9 x 49,5 cm Collection du Cabinet de la Photographie – Centre Pompidou (Paris)

Cela commence ainsi. On tisse sa toile. On s’y enferme. 

002_raymond-depardon_theredlist

Raymond Depardon – San Clemente, 1979, Italy. Epreuve gélatino-argentique 59,9 x 49,5 cm Collection du Cabinet de la Photographie – Centre Pompidou (Paris)

On est mis à nu, sans le vernis de notre société.

raymond-depardon-lhumanitc3a9-et-rien-dautre-4

Raymond Depardon – San Clemente, 1979, Italy. Epreuve gélatino-argentique 59,9 x 49,5 cm Collection du Cabinet de la Photographie – Centre Pompidou (Paris)

Ou bien est-ce l’inverse ? Devient-on le miroir de notre monde ?

Raymond-Depardon

Raymond Depardon – San Clemente, 1979, Italy. Epreuve gélatino-argentique 59,9 x 49,5 cm Collection du Cabinet de la Photographie – Centre Pompidou (Paris)

Reste que l’autre évoque notre propre abysse.

024_raymond-depardon_theredlist

Raymond Depardon – San Clemente, 1979, Italy. Epreuve gélatino-argentique 59,9 x 49,5 cm Collection du Cabinet de la Photographie – Centre Pompidou (Paris)

Et notre propre fin. 

 

 

Des Races.

Plus d’informations : 

– L’oeuvre San Clemente sur le site du Centre Pompidou. 

Le site de Raymon Depardon.

Le livre San Clemente.

La série a donné suite à un documentaire, disponible en italien.

– On vous invite à lire Asiles d’Erving Goffmann, saisissante plongée sociologique dans l’univers totalitaire psychiatrique.

– Un Mot une Image, une série d’High Five Magazine.