Voilà quelque mois que les mots et les clichés ne s’étaient plus entremêlés. En ce mois de Novembre, les clichés du polonais Jakub Karwowksi correspondent avec mon humble vocabulaire.
Longtemps, j’attends ce moment où la neige va enfin crisser. On voudrait s’y étendre, seul, bien seul.
Une rêverie. Combray, sans doute, et le désir naissant.
Dans mes songes Edward H me rejoint. Avec lui le monde est bien triste.

Et soudain  » là le bruit des vagues et l’agitation de l’eau fixant mes sens et chassant de mon âme toute autre agitation la plongeaient dans une rêverie délicieuse où la nuit me surprenait souvent sans que je m’en fusse aperçu « .

Rousseau Les rêveries du promeneur solitaire.

Avec lenteur, le regard s’éveille…
 
 

sur la mort naturelle.

Des Races.
Plus d’infos :
 

Articles similaires