New-York, début des années 70. La crise économique frappe la ville, ainsi que ces combats sociaux, et ses quartiers d’immigrés sentent encore le brûlé de l’époque Robert Moses. Pourtant, une énergie fraîche et candide se répand dans la Grosse Pomme, menée de front par une jeunesse rieuse, libérée de ses gangs, jouant au chat et à la souris dans les gares abandonnées, bombes à la main, rappant au passage quelques rimes dans ses block parties.

Lors de ses nombreux voyages à New-York, le sculpteur Henry Chalfant est frappé par cette vitalité qui émane de la ville. Il s’y installera de façon permanente en 1973, son appareil photo autour du coup, bien décidé à immortaliser la force qui se dégage de cette génération et à lui donner la parole – à l’instar de ses compères Martha Cooper ou Charlie Ahearn (lire notre article sur son film « Wild Style » juste ici). Ils seront les premiers, mais non les derniers, à vouloir documenter cette rage de vivre qui se dégage de cette génération qui, jusqu’alors, était réduite au silence et réprimée par le contexte socio-politique de l’époque, car jugée marginale donc dangereuse.

30 ans plus tard, Jeff Chang sort l’excellent ouvrage « Can’t Stop Won’t Stop », 600 pages qui retracent l’histoire politico-culturelle de cette génération ; une immersion totale dans la génération hip-hop.

Ce « Un mot Une image » essaie donc, d’une manière un peu différentes des précédentes, d’illustrer les débuts, avec les mots de Jeff Chang et les images de Chalfant.

 

1--henry-chalfant

                                                                  © Henry Chalfant

jorge fabel pabon (famous dancer)

                                                                           Jorge Fabel Pabon (famous breakdancer) © Henry Chalfant

style-wars_street-dance

                  © Henry Chalfant, image tirée du film Style Wars

 

« Les générations sont des fictions. Définir un groupe de gens en l’enfermant entre une date de naissance et une date d’expiration n’est qu’un moyen d’imposer une ligne narrative. Ces fictions sont aussi intéressantes que nécessaires, car ce sont elles qui permettent de revendiquer des idées. Mais les générations n’en demeurent pas moins des fictions, souvent créées à seule fin de satisfaire les besoins des démographes, journalistes, futurologues et spécialistes du marketing. « 

woody in rock steady park

                                                                                   Woody in Rock Steady Park © Henry Chalfant 

henry chalfant min one in ne

                                                                                                       Min One © Henry Chalfant

henry-chalfant-02

                                                                                                              © Henry Chalfant

« Les jeunes graffeurs étaient l’avant-garde d’une nouvelle culture : ils tracèrent littéralement la voie pour sortir de la génération des gangs. Traversant les territoires délimités pour laisser leurs pseudos aux marqueurs et à la bombe de peinture, ils disaient en même temps « je suis là » et « aller tous vous faire foutre ». […] Ils entendaient projeter davantage un éclat individuel qu’une force brute collective, et ils allaient bientôt rendre les gangs obsolètes. « 

post_subwayart

                                                                              © Henry Chalfant

tumblr_lw4dsktqnt1qivn70o1_1280

                                                  © Henry Chalfant

« A une époque où les revenus décroissaient et les espoirs s’évaporaient, les graffeurs ne libéraient personne d’autre qu’eux-mêmes. […] Le style était une façon de défier un monde hostile.

Ecrire son nom revenait à localiser les extrémités de la société civile et à y planter son drapeau. C’était exactement ce dont ça avait l’air, une attaque contre l’invisibilité de leur génération. »

B-boy-on-the-Coney-Island-boardwalk-1985.

                              B-Boy on the Coney-Island boardwalk © Henry Chalfant, 1985

bd3rocksteady1-661x463

                                                                 Rock Steady Crew © Henry Chalfant

stylewars-rock-steady-crew2

                                                                   Rock Steady Crew © Henry Chalfant

Sully Banes, alors professeur de danse à l’Université de New-York, publia un article sur le b-boying dans le «Village Voice » : « Pour la génération actuelle de B-Boys, cela n’a pas vraiment d’importance que le Breakdown soit un terme ancien de la danse afro-américaine servant à décrire à la fois un jeu de jambes rapide et complexe et un format de compétition, ou qu’en jazz, un break signifie le pont improvisé d’un soliste entre les phrases mélodiques. […] Pour les B-Boys, faire du break ça veut dire se lâcher complétement sur la piste. Ça veut dire te créer ton propre style. »

Henry-Chalfant-Shy-and-Duro-New-York-1980

                                                                                   Shy and Duro © Henry Chalfant, 1980

k-slay and crew 1982

                                          K-Slay and his crew © Henry Chalfant

k-slay1-668x463

                                                                K-Slay © Henry Chalfant

Fab 5 Freddy : « J’ai lu quelque part que, pour qu’une culture en soit vraiment une, elle devait posséder une musique, une danse, et un art visuel. Et là, j’ai réalisé que, merde, c’était exactement ce qui était en train de se passer. Il y a le graffiti qui est en plein boom, il y a la breakdance, et il y a le DJ-ing et le MC-ing. Dans ma tête, c’était une seule et même chose. »

joy-ride-10

                                                                                      Joy Ride © Henry Chalfant

mattress acrobatics, hoe avenue the bronx

                                                   Mattress Acrobatics, Hoe Avenue (Bronx) © Henry Chalfant

image tiree style wars

                                                                             © Henry Chalfant, image tirée du film Style Wars

« Si les conditions dans lesquelles la culture du blues s’était développée étaient celles du travail forcé et instrument d’oppression, celle du hip-hop devait émerger d’un climat de chômage généralisé. […] L’avenir du hip-hop pouvait devenir un art folklorique, une expression culturelle dont l’authenticité devait être préservée. Ou il pouvait devenir un soulèvement de la jeunesse, un cri contre l’invisibilité qui ne demanderait rien d’autre que d’être entendu par le monde.

L’idée de génération hip-hop est là pour décrire le passage de la politique à la culture, le processus d’entropie et de reconstruction ».

HenryChalfant-JaqyeFragua-Lichiban-Patb-RandyB

                                             Henry Chalfant, au centre, entouré de Jaqye Fragua, Lichiban, Pat B et Randy B

– Livre « Can’t Stop Won’t Stop » de Jeff Chang, ed. Allia

– Livre « Subway Art », de Henry Chalfant et Martha Cooper, ed. Thames & Hudson

– Livre « Trainings days – The subway artists Here and Now », de Henry Chalfant et Sacha Jenkins, ed. Thames & Hudson

Articles similaires