À une semaine près, nous rendons de nouveau hommage au photographe Brassaï, ce français d’origine austro-hongroise qui sut si bien magnifié Paris, tant dans sa lumière que dans son ombre. Après notre critique de l’exposition qui lui est consacré à l’Hotel de Ville de Paris, essayons d’associer aux clichés quelques phrases fortuites.

1

Un de ces soirs dont on n’espère rien 

un soir paisible où l’on s’en va voltiger

et brumer son âme.

3

L’oeil bien éméché par d’éphémères chimères, 


4

Le coeur agité par une force nouvelle,

5

Un grand sursaut m’éveille soudainement. 


6

 Si bien qu’on s’y perdrait à faire quelques folies…

7

Cela fut bref, comme un instant d’automne,

8

Et voilà que l’âme en peine, 

9

 épris dans ce froid qui m’engourde

10

 te revoilà de nouveau dans ma lumière.

Des Races.

Lire notre critique de l’exposition  » Brassaï, pour l’amour de Paris »

le site de l’exposition

notre page Facebook.

Articles similaires