Le Rex accueille jeudi soir une soirée spéciale pour l’anniversaire des trente ans du légendaire label techno, Transmat Records. Le label créé en 1986 à Détroit par Derrick May constitue une des pierres angulaires de l’histoire de la musique électronique.

Derrick May nait le 6 avril 1963 à Détroit. Il est un des créateurs de la musique techno, et membres du fameux trio des Belleville Three, aux côtés de Juan Atkins et Kevin Saunderson. Après que Juan Atkins ait attisé son intérêt pour les instruments électroniques, Derrick May se met à jouer et se fait connaître à partir des années 1986, 1987 grâce à ses morceaux ‘Nude Photo’, ‘The Dance’, tous deux classiques du genre mais un peu moins que ‘Strings Of Life’, sans doute le morceau le plus célèbre de Derrick May. L’artiste utilise de nombreux pseudos comme Rhythm Is Rhythm ou Mayday, ces deux principaux. Derrick May est très vite attiré par la création de son propre label, suivant le modèle de Juan Atkins qui a fondé son propre label en 1985, Metroplex Records.

Comme l’explique Dan Sicko dans ‘Techno Rebels’, ouvrage essentiel pour qui veut comprendre la techno de Détroit : « A la fin de 1986, May suivit Atkins avec détermination et inspiration pour devenir le second DJ de l’écurie Deep Space à faire les choses par lui-même. Son nouveau label, Transmat, nommé d’après un des termes du dictionnaire techno d’Atkins, était créé. ‘J’ai eu cette idée de l’appeler Transmat car c’est dans un de ses morceaux [Atkins], Night Drive’ explique May. ‘Le concept m’importait peu, j’aimais juste comment ça sonnait’. Fondé originellement pour être un sous-label du Metroplex d’Atkins, Transmat utilisait le préfixe MS (Metroplex subsidiary) pour le catalogue. Le MS est resté, et ce même après que Transmat soit devenu sa propre entité et jusqu’à ce jour. ‘Je l’ai gardé comme un hommage à Metroplex et à ce qu’ils ont fait pour moi » il explique, ‘Juan a joué un rôle intégral dans tout ça, sans lui ça ne serait pas vraiment arrivé’.”

transmat

En plus des morceaux souvent mythiques que Derrick May a sorti sur Transmat, le label a toujours un rôle de défricheur de talents explique Dan Sicko, comme lorsqu’il signait Joey Beltram pour ‘Energy Flash’ in 1990 ou 3 Phases ‘Der Klang Der Familie’ en 1992. Les collaborations continuent entre Derrick May et d’autres artistes, comme celle avec le pianiste classique hybride Francesco Tristano qui l’accompagne à chacune des ses performances avec un orchestre symphonique. Tristano a également sorti un l’EP ‘Surface Tension’ en mai dernier sur Transmat, et célèbre les trente ans du label en jouant lors des différents évènements européens. Le pianiste a également créé un nouvelle structure avec ses claviers nommés p:anorig pour ces représentations un peu particulières.

A Détroit les bureaux de Transmat sont toujours au même endroit, sur le dénommé ‘Techno Boulevard’ qu’est Gratiot Avenue à Détroit dans le Michigan. Ce sont les mêmes que l’on voit dans le documentaire ‘Universal Techno’ réalisé en 1996 par le français Dominique Deluze. La scène, assez mythique, voit Derrick May convaincre Mike ‘Mad’ Banks, fondateur du collectif Underground Resistance, de venir parler avec le réalisateur du documentaire. Dans le quartier d’Eastern Market, le quartier des marchés et des halles, le bâtiment est toujours là, paisible et coloré, comme s’il savait les époques qu’il avait traversé et les jours lumineux qui l’attendent, aussi lumineux que les sorties de Transmat.

img_6552-675x450La facade colorée de Transmat Records, sur Gratiot Avenue.

L’event du Rex pour les 30ans du label, c’est par ici.

Cinq morceaux Transmat: 

Alia.

Related Posts