Le Guggenheim de Bilbao a volé le temps d’une saison l’exposition permanente consacrée à George Braque du centre Pompidou parisien. Une belle façon de découvrir, lors d’un détour en pays basque, l’étendue du talent du précurseur du cubisme, toujours resté dans l’ombre du peintre de Guernica. Quelle surprise de découvrir entre deux salles qu’Erik Satie, pianiste entre les pianistes, a lui aussi trouvé une place dans l’immense édifice, aux côtés des peintures de Braque.

En y repensant, je n’aurais pas associé de fait les deux hommes, et pour tout vous dire le croisement artistique d’un peintre du cubisme et d’un pianiste ne m’aurait pas traversé l’esprit de prime abord. Cette synesthésie est donc spécifique car non décidée par son modeste auteur mais par ses acteurs, empreints d’une grande amitié. Mais le résultat ne laisse place à aucun doute : les sens s’entremêlent, la complexité des rythmes de Satie s’invite aux lignes de Braque, pour un résultat étonnant.

Les deux hommes sont donc amis, grands amis même. L’un conseille l’autre, l’autre corrige l’un. Satie dîne une fois par semaine chez le peintre à Montmartre, et ensemble ils refont un monde en pleine mutation. Les projets communs voient vite le jour, avec en point d’orgue la comédie lyrique du Piège de Méduse, illustré par Braque de trois œuvres pendant que Satie écrit la suite pour huit instruments. Plus tôt, Satie avait sorti Socrate, œuvre musicale avec des extraits de textes du grec, pendant que Braque peignait Guitare et Verre, amicalement sous-titrée Socrate ; Nature morte à la partition de Satie.

Et pour clore cette belle amitié, George Braque rachètera le piano d’Erik Satie à sa mort. Comme pour garder cette complicité à jamais.

 

Pour pousser le vice et entrer dans le surréaliste, laissons la musique de Satie guider nos sens devant quelques tableaux de Braque.

Compotier et cartes, 1913

Compotier et cartes, 1913.

Femme assise au chevalet, 1936.

Femme assise au chevalet, 1936.

La table, 1928.

La table, 1928.

Les instruments de musique, 1908.

Les instruments de musique, 1908.

Nature morte aux fruits et aux instruments à cordes, 1938.

Nature morte aux fruits et aux instruments à cordes, 1938.

Petit port de Normandie, 1909.

Petit port de Normandie, 1909.

Violon et cruche, 1909.

Violon et cruche, 1909.

Peinture de couverture : Guitare et Verre, Nature morte à la partition de Satie, 1921.

Tous droits réservés – George Braque.

Amaury.

Articles similaires