Soul II Soul est une légende britannique. On ne peut douter une seconde du rôle joué par ses productions quand à l’introduction de la musique house au sein des discothèques anglaises. Leur premier album Club Classics Vol. One mérite amplement son nom et squattera votre playlist de longues années …

L’aventure débute en 1989 avec la sortie de  Back to Life (However Do You Want Me) qui lance Jazzie B, Nellee Hooper et la chanteuse Caron Wheeler sur les rails du succès. Avant cet épisode, le trio a déjà produit plusieurs maxis d’une excellente facture, tous repris sur l’album Club Classics Vol. One.

La musique de Soul II Soul vient mélanger les différentes et récentes influences musicales de l’époque : entre rap et soul, et créant à l’occasion le R&B d’aujourd’hui. A l’écoute des lignes de basse, des longs discours scandés par des voix afro-américaines ou encore de certaines sections rythmiques, on sent poindre aussi une forte influence house. Et pour autant, c’est bien le Prince de Bel-Air qui se trémousse sur le hit de Soul II Soul. Il est ici difficile de parler véritablement de groupe, l’esprit étant plutôt une multitude de rencontres entre producteurs et chanteurs, avec quelques figures de proue comme Jazzie B ou Caron Wheeler.

Le producteur et DJ Jazzie B évoque d’ailleurs le sound system qu’était Soul II Soul, selon l’expression originelle qui étendait le terme, non pas uniquement au matériel, mais aux organisateurs – qu’ils soient DJ ou MC’s – auxquels celui-ci appartenait. Cette culture street party s’instillait alors progressivement au sein de l’univers réglementé des night clubs. On précisera que les expérimentations de Soul II Soul se produisaient alors avant l’invasion des synthétiseurs MIDI. La majeure partie de l’album est alors constituée en petite quantité de samples, certes, mais aussi de synthétiseurs analogiques Moog ou par exemple de la participation du Reggae Philharmonic Orchestra sur Keep on Movin’. C’est cette fibre chaleureuse qui rend un son inégalable, et le talent vocal des interprètes.

Britanniques, les membres de Soul II Soul ont, en outre, su traverser l’Atlantique et remplir l’Amérique de leurs ondes, devenant quasiment le porte-étendard du « New jack swing » – l’étiquette collée sur ce genre musical hybride. On vous invite vivement à découvrir Club Classics Vol. One, tant l’uniformité de l’album s’exprime à merveille, malgré de nombreuses nuances stylistiques. Sûr de son œuvre, le sound system Soul II Soul estampille chacun des morceaux de sa texture toute particulière, tout en explorant des horizons variés.

Keep on Movin’ est une romance moderne. La voix langoureuse de Caron Wheeler est digne des plus grandes légendes soul, sans parler du piano cristallin qui accompagne le beat lourd et rond. De toute façon, les créateurs de GTA se sont rarement égarés sur leurs playlist musicales …

Le second track Fairplay invite Rose Windross au chant. Des réminiscences beaucoup plus funky se font ici sentir, avec un rythme plus rapide et taillé pour la danse.

Des choeurs africains en samples, un rythme électronique house et les incantations peace & love vous rappelleront les plus grands succès de la fin des années 80. Baaaaaaaambelala. Certains reconnaîtront aussi l’air des violons de I Want Your Love de Chic, clin d’œil sympathique.

Dans la même veine, les flûtes enchantées font leur apparition modestement, et sans prétentions. Le tout donne une envie furieuse de s’agiter avec volupté.

On vous poste ensuite un petit bijou de musique house. C’est sans commentaires. Soul II Soul mérite une exploration en profondeur de sa discographie tant le premier jet est une réussite absolue. Jazzie B est depuis une icône en Grande-Bretagne, il reçoit même la médaille d’Officier de l’Ordre de l’Empire britannique par la Reine d’Angleterre en 2008, c’est vous dire.

Source : Interview de Jazzie B et Caron Wheeler (http://www.waxpoetics.com/features/articles/soul-ii-soul-club-classics-vol-one-keep-om-movin/)

Matthieu

Articles similaires