L’équipe d’High Five Magazine était présente le weekend dernier sur les terres anglaises pour le festival Eastern Electrics. Voici le premier report vu par Des Races.

High Five Magazine’s crew was in Great Britain last weekend for the Eastern Electrics festival. Here is our first report written by Des Races.

scroll down to (re)discover some of the tracks played during the festival
descendez plus bas pour la version française

____________________________________

English version
 Eastern Electrics playground
         Knebworth Park’s meadows were still green as we arrived on Eastern Electrics 2013 place. A horde of beaming youngers was stretching out on the grass. Imagine a long line of dancers, restless, impatient, rushing forward the festival as the doors open. Some were moving slower as they had to carry huge pack of beers. The flood quickly covers the green grass. Some festivalgoers had brought the full equipment in order to establish themselves a comfy place. The first beers were uncapped. The weekend could go on.
As far as the eye can see, there were tents everywhere. I was wondering where the festival stages were. You had to cross the forest limit to figure it out. Just a couple of trees, that’s it. I was becoming restive. I couldn’t wait to discover the whole place. What a surprise! The whole place looked amazing. A fairy tale …
The main stage catches the attention. It looks like a tremendous nave-blue circus tent. Yet, there was no main open stage as foretold. It wasn’t a problem though. The meadow was strewed with several restaurants, established for the occasion. Whether you like Chinese noodle, spicy Caribbean meals, our homemade crêpes, juicy meat from Argentina, there were something for you out there. It was nearly impossible to have a finger in every pie. There was also another stage, looking as an igloo, a perfect place built for a intimate atmosphere. The sound checks were still going on. Not far from here, some pink flags were flapping in the sky, a windmill was looking after its wings and a Ferris wheel was calmly waiting for its first lover. Others attractions had been prepared. Everything had been put in place in order to bring the dancers back to childhood. This festive atmosphere suited us perfectly; it was complete delight, a colourful universe.
 
Some guys
Day 1: Day
The festival just began. The British producer Huxley took in charge the opening ceremony. We were not much to dance under the navy-blue tent. We were still fit as a fiddle. Huxley began by playing a subtle and energetic house, the set was quite agreeable, the two hours passed quickly. Gradually, the stage was becoming more crowded. I could feel a growing shared enthusiasm. We were far from the traditional reserved attitude we can encounter in Paris.
 
Huxley
 
Then, it was Bicep’s turn. The two Northern-Irish DJ are hugely well liked across the Channel. People knew their anthem « Vision of love » by heart, indeed. We decided to leave the stage in order to explore the festival. On the height of the meadows was located another stage. Containers were gathered to form a vast courtyard, the Switchyard. The Ibiza promoter Elrow was given its own party in this lovely space. What a funny moment we had! Ralph Lawson’s amusing face was in first line. We danced on some vocal house, submerged by the positive mood around us. One of the bouncers was nodded almost imperceptibly; he seemed to like the sound. Suddenly he was dancing with us, naturally. How different is that compared to France? The others bouncers were bringing some inflatable toys. Right in the middle of the dancefloor, clowns, a saxophonist, an illusionist and dozens of conjurers joined us. All this joyful company were dancing with enthusiasm. I couldn’t imagine a better moment to begin the festival. It was now De La Swing turn, but sorry Sir, Theo Parrish was waiting for us.
 
 
Elrow
 
I was so thrilled. I was about to see the legendary Theo Parrish for the first time. The man is such an icon, a venerable man. I must stop myself here. House music has one main quality: never celebrate too much a man but celebrate the spirit of its music instead. During two hours, Theo Parrish switched between all the types of music. His musical journey brought us in the funk lands, in the disco district, he added some sweet American house and even pop in and see what were going on in Detroit techno. That was fantastic! How could you not love this man? Everything was mixed with brio, the transitions were quick, the rhytms were constantly changing, it all went sensational. Recently, Tama Sumo was recently saying « I’m still fascinated by the fact that music can release a huge amount of energy and how music creates fun, jollying anyone along without any reason or principle. Music and bass in particular make people happy! ». Truth! I figure it out myself with Mr Parish. Thanks man.

 

 
 
Day 1 : Night
Theo Parrish’s set was quite an experience. We had to get some rest if we wanted to be fresh for the night. Not even Ben UFO or Dixon succeeded in giving me energy. I had to wait Joy Orbison. The machine finally started running again. The Hyph Mngo composer was striking the Black Atlantic tent with a heavy techno. It was a wicked moment; I heard so many insane sounds (like this one). We had to interrupt this moment; DJ Koze was about to play in the Igloovision tent.
Looking back at this stage, the Igloovision was certainly the best place of the festival. The stage had a unique and intimist atmosphere. On its wall were projected some 360° visuals, and the Funktion One sound system was perfect.
 
During two hours, the German producer and DJ, Koze, offered us a mystical trip. Compared to Theo Parrish, Koze mixed a homogeneous selection of tracks. The way was outlined, you just had to walk in it, to let yourself go and follow the guru. I think Romantism pervades Koze’s music. The whole time, I wanted to shout all my love at this wonderful blonde girl. But there was no need to shout, no need to speak. In this case, only the dance matters as the smiles speak for themselves. « You and me we’re the same ». That’s right, oh yes. Due to Koze, I felt so close to everyone in this room. What a journey!
Well, a friend called Gilbert had another experience. All of a sudden, he just saw a sea otter with a balloon on its nose springing out of a speaker. I guess that’s an experience too.
It was hard to move on after what we lived. We tried to dance on Claude Vonstroke’s techy-house but I was a failure. The Dirtybird boss seemed to have some fun though. The gap was too big. We couldn’t do a split. Eat Everything didn’t succeed either.
Back among our tents, the British were shouting « aaaaaaaafter »while two souls were rummaging the ground, looking after a regain of energy. Searching for a miracle drug, I supposed.

 

 

Day 2 : Day

A scorching heat woke us up. Our neighbours were debating the sense of life. Big deal! After being woken up, we got to know our different neighbours, asking them on their night. Two brothers poured their heart out ‘ the festival is amazing, so much  ’. Oh yes, the pleasure is shared.
Not far away, a young girl was sucking up a balloon. That’s hilarious gaz. What a strange custom. It’s funny to note that a lot of people were doing that, in order to be high for 15-30 seconds … Is there really an interest in doing that?
Ladies, gentlemen, it’s not so classy to suck the balloons up the whole days. You look like someone who’s trying to keep in vain its stomach in its belly.
The second day attracted masses of people. A large number of Londoners made the trip to Knebworth Park. Quick on the uptake, the promoted had scheduled the two main headliners this day: Richie Hawtin and Hot Natured. The Saturday line-up was also more oriented to techno.
The festival was quite filled. New faces, younger boys and girls. Some of them came for the music indeed, but others made the trip in order to get smashed. Why not …
 
Roman Fluegel
 
Our day began with Roman Fluegel. The German producer and resident at Robert Johnson welcomed us with a lesson of acid house. His serious and intellectual face completely differed with the vicious sounds we heard. The waking up was heartless. Roman Fluegel drove us crazy. There were Roland-303s all over our head; everybody was under an acid trip. We couldn’t stop dancing, looking a bit ferocious. The master was impassive though. He almost smiled, as if he knew the perverse effect of its music. We couldn’t expect a better way to begin the day. I had a blast at the Igloovision tent, once again. 
We left the stage in order to catch Maceo Plex. The American producer was huge this summer in Ibiza or in September in Lille. I was quite disappointed this time. He played some techno tracks without any conviction; he played easy, and seemed to have more fun with his friends on stage than with the public. But compared to the past, how could we hold against him?
Roman Fluegel in the Igloovision tent
Day 2: Night
He was time to pay a visit to the lovely Ellen Allien. I’ve always loved the way she mixes, switching between the good old classics and some insane techno. She has erudition in music. The lady mixed quickly, stringing together records. That was perfect to begin the night, an adorable moment. Actually, you can listen to her set just here.
 
Ellen Allien
During the night, the festival was packed. However, the promoter did a smoothly handled job. The job was carried out without a hitch. We were able to move around between the stages without difficulties. The police was patrolling without disturbing the dancers. Some policemen even took some pictures with the festivalgoers. As usual, the bouncers were dancing, smiling at everyone, taking care of us. This was so great to experience this. The festival greatly owes success to its festive, friendly and convivial spirit.
After Ellen Allien, we went to the main stage, as Tale Of Us was beginning. The Italian duo started their set slowly. Very slowly. They delivered a progressive performance, growing from a warm techno to a more aggressive sound. I felt as if I was slowly poisoned, something that make you completely mad without hurrying. It was a great seat, similar to their Boiler Room.
My friend Gilbert –the same who went bananas during Koze – described us this moment as ‘maritime‘. Yes, that’s it buddy.
 
Tale of Us
 
Chris Liebing
 
As I told you before, the Saturday night was more oriented to techno. One of the best moments of was without a doubt the Chris Liebing’s set? The tattooed boy with an angel smile is a master of techno. He proved it one more time. He played a brutal techno, pure, unaltered, violent but magnificent. It was quite an experience to hear this repetitive but surprising techno. The man has converted its public. We were in trance. If you think his techno might sounds identical, that’s not true. You’ve to discern the small dissimilarities, the few variations that makes the beat unique. You’ve to be ready to be bloody surprised. I’ve seen during his set one of the best communion of the weekend. We were dancing together, smiling at each other. I’ve seen a couple aged of 70 years old dancing like no others, some youngers bowled over by the sound, a disabled guy dancing on a bike. It looks like everyone has left its worries behind.
After this unique experience, it was time to see the festival headliner: Richie Hawtin. I’ve seen the Canadian guy two or three times in my life and was disappointed each time. Guess what? It was bored another time! He delivered a bloody boring set, juggling with the same kick and the snare during one hour and half. There was no communion with the audience, no harmony at all.
We left the main stage to meet Damian Lazarus for the last half hour. It was the perfect way to end the night. The guy had a unique way to build a mind-blowing set; we danced freely, as if we were released of the jerky techno of Hawtin.
 
the disappointing Richie Hawtin
 
The sun was quickly rising. A few festivalgoers were already leaving. The festival lost some dancers this day, but there was still one day to go. In all likehood, Sunday was undoubtedly the best day of our weekend.
Day 3: Day / Night
 
 
On Sunday, you have to rest, to take a break. That’s our usual Sunday, isn’t? You woke up late in the morning; you prepared yourself a great brunch, mixing the best of French and English cuisine. You want badly a croissant. That’s my Sunday. Well I have to overrule this habit and look after strength deep inside of me. But Sunday was our last stand. But it was also the day with the most incredible line-up (in my opinion): Master At Work, Kerri Chandler, Chez Damier, Raresh, Rama Sumo, Prosumer, MK, Tini … we had the choice!
 
Raresh
 
The day began with the Romanian producer Raresh. He’s been rising over the years due to its association with his fellow Petre Inspirescu and Rhadoo. But let’s not forget the talent of this man. He has a unique way to play some weird records. The guy himself is lovely. He has its unique smile, a bit shy, like if he was surprised to stand out there in front of a captivated audience. He distilled a distinctive joy, made us smile the rest of the day. He even paid tribute to Kerri Chandler by playing one of his productions. Precisely, Kerri Chandler was playing 20 minutes after him under the navy-blue tent.
 
Kerri Chandler
 
Unfortunately, Kerri Chandler began late. We only had one hour instead of two. But how intense was this hour. It was a shock to hear Daft Punk’s revolution 909, to dance on Chic’s i want you love. He played some classics house of the 90’s without equal. It was too good to be true to hear one of my favourite of the year (this one). His set was such a great moment of love, sharing his happiness with the whole audience. There are few words to describe this, and it often sounds a bit naive. But it was marvellous, that’s it.
Master At Workwas closing the festival. The duo is composed of Louis Vega & Kenny Dope Gonzalez. They are among the greatest living producer of house music. During two hours, MAW revisited the history of this music. They also delivered a unique moment. A strange guy named Alberto (who could apply for being the official Ricardo Villalobos doppelganger) went completely mad. He was jumping around, smiling at everyone. His happiness was obvious, you could feel it. A friend of mine even cried at the end. It sums up the whole story.
Eastern Electrics festival proved to be more than a success. The festival has gathered electronics lovers and uninitiated people. It was great to be part of a festival only dedicated to house and techno. The festival is an example to follow. It’s actually possible to organise an event with some nice bouncers. It’s actually possible to organise an event where the promoters wait on the dancers hand and foot. I’m pretty sure Eastern Electrics will remain etched in my memory for a long time. It was such an experience to live this dream. 
Thank you Eastern Electrics!
Arthur Des Races.
 
 

 

Ps: I’m looking for a guy who played at the Futurboogie Recordingsstage on Friday. He was one hell of DJ, wearing a hat or a cap (we couldn’t see his face distinctly), wearing his bag on his back and mixing with earpieces and not headphones. He seemed strange but what his set was tremendous, a blend between disco and some Daniel Wang’s house. 
 
 
 
 
_________________________________________________
 
Version française
           Les prairies de Knebworth Park étaient encore vertes lors de mon arrivée sur le site du festival Eastern Electrics. Une horde de jeunes anglais aux visages radieux s’impatientaient sur une longue étendue d’herbe. Il faut imaginer une longue file, trépidante, qui s’élança joyeusement sitôt les portes du festival ouvertes. L’allure fut parfois plus lourde chez certains, il fallait transporter d’immenses packs de bière. La marée humaine recouvra en quelques instants l’herbe vierge de ses tentes colorées. Les plus aguerris installèrent leur parasol, faisant d’un simple campement une installation cinq étoiles. Les premières bières se décapsulèrent, elles parsèmeront bientôt le sol.
Les portes du festival ouvrèrent à midi, il fallut aller vite pour installer son campement puis se reposer du voyage, récupérer un peu avant la grande débandade. Sur 72 heures, environ 48 heures furent consacrées à la musique. Bout à bout, cela fait 2 journées entières de musique. Cela peut impressionner, certes.
Le fouillis des tentes s’étendait à perte de vue. C’est à se demander où se trouvaient les différentes scènes du festival. On franchissait la lisière d’une forêt – quelques arbres tout au plus. Forcément, je devenais impatient. Et voilà la surprise ! Un conte de fée, véritablement. L’œil était irrémédiablement attiré par cette grande tente bleu, façon cirque, qui se trouve être la scène principale. Au premier regard, le chapiteau bleu me décevait quelque peu, il n’avait rien de la grande scène promise, mais j’oubliais vite ma déception. La prairie accueillait aussi une multitudes d’échoppes, que l’on aima les nouilles chinoises, la cuisine relevée des caraïbes, les crêpes made in France, la viande juteuse d’Argentine. Toutes les cuisines ou presque étaient là, elles caressaient la faim de chacun, nulle doute qu’on s’en mettrait plein la panse plus tard. Je remarquais aussi un autre dôme, refermée, un igloo en quelque sorte. Celui-ci ne distillait pour l’instant aucune musique. Plus loin dans la prairie, des flânions roses flottaient au vent, un moulin à vent cherchait ses ailes tandis qu’une grande roue attendait patiemment ses premiers amoureux. D’autres attractions d’une nature moins douce s’érigeaient en arrière plan, mais l’envie de se faire balancer de gauche à droite ne me prit pas. Tout avait été fait pour que les londoniens se retrouvent en enfance. On se plongeait avec délice dans ce cadre festif, bariolé de milles couleurs.
Jour 1 : Journée
Le festival venait tout juste de débuter. On avait chargé le britannique Huxley de l’ouverture. Il n’y avait pas encore grand monde et on put danser tranquillement sous l’immense tente bleue marine. Les muscles étaient encore frais. Le britannique débuta le festival avec une house plutôt tranquille, le set était plaisant et les deux heures s’écoulèrent rapidement. La scène se remplit peu a peu. Il naissait déjà un enthousiasme « populaire » partagée. On était bien loin de la retenue parisienne, de la feinte observation qui précède tout contact avec l’autre. Le contact franc, voilà tout.
Huxley
Le duo Bicep prit ensuite le pas. Les deux nord-irlandais sont immensément appréciés outre-manche. Le public connait bien évidemment le titre « Vision of Love » par cœur, celui-ci résonna ainsi plusieurs fois durant les trois jours. On délaissa ce moment de communion pour explorer davantage le festival. Sur les hauteurs de la prairie se trouvait une autre scène. Des immenses conteneurs étaient entreposés en cercle pour dégager une cour vaste.
Dans cette arène, The switchyard, se jouait une pièce étonnante. L’équipe d’Elrow (qui organise notamment les soirées du même nom à Ibiza et à Barcelone) était en pleine représentation. Le visage souriant de Ralph Lawson en première ligne. On dansa allégrement sur une house pleine de vocal, dominée par la bonne humeur. Un des videurs hochait la tête, le son le prit, presque imperceptiblement, et voilà que son corps se balançait doucement. Le contraste avec la France est saisissant. L’homme enjoué dut s’arrêter, non pas car on lui avait interdit de danser. Oh non. Il revint, les bras chargés d’une multitude de jouet gonflable s’entassant pour former une montagne. Au milieu des danseurs se mêlèrent des clowns, un saxophoniste, des unijambistes, quelques barons perchés. Tout cela se confondait merveilleusement bien. On n’aurait pu rêver mieux pour commencer la fête. Ralph Lawson transmit son casque à De la Swing. Sorry sir, Theo Parrish nous attendait.
Quelle excitation ! Enfin il m’était possible de voir un de ces grands maitres respectables, la vénérable icône. Il ne faut toutefois pas trop en faire, le monsieur n’apprécierait pas. La musique électronique a comme qualité de ne pas (trop) se fonder sur des visages iconiques. Et pourtant, après deux heures d’un set renversant, il fut difficile de ne pas adorer cet homme là. Theo Parrish mania un panel de genres avec une agilité sans égale mesure. Son voyage musical passa par les contrées du funk, de la disco, pour se mêler agréablement à la house américaine et tâtonner parfois les ardeurs de la techno. Tout se mêla avec brio, les rythmes se succédèrent, jamais semblables, quelle merveille. Je fus comme un fou. Je dansais émerveillé, le sourire aux lèvres.  Tama Sumo affirma récemment qu’il faut parfois une basse et une mélodie entrainante pour être heureux. Comme cela est vrai ! J’eus l’impression d’être éduqué. Une leçon de ce genre d’instituteur trop rare à l’école qui vous imprègne le gout de la culture, la soif de la découverte, et qui laisse derrière-lui un souvenir impérissable. Merci Mr. Parrish.

De la Swing

Jour 1 : Nuit 

       Après cette épreuve, le repos s’imposait. Ni Ben UFO ni Dixon ne réussirent à me remettre d’aplomb. Il fallut attendre Joy Orbison pour que la musculature se remette en marche. L’auteur du titre Hyph Mngo se lança l’assaut de la tente Black Atlantic avec une techno violente, spatiale. Soudain résonnèrent les carillons d’un steel-drum, voilà bien une folie ! Le set de Joy Orbisons’avèra être complétement barge. On dut pour autant quitter la scène à contrecœur pour retrouver Koze dans son igloo.
La scène baptisée Igloovisionétait très certainement la plus réussie du festival. Certainement la plus intimiste, elle était entièrement bâtie en forme de cône. Sur ses parois étaient projetés des visuels sur 360 degrés, tandis que la salle était équipé d’une système son parfait. Une sacré ambiance.
En deux heures, le producteur et DJ allemand Kozenous offrit le plus grand des voyages. A l’inverse de Theo Parrish, Koze fit le choix d’une sélection de morceaux plutôt similaire. Lentement, Koze emmena ses auditeurs pour un long voyage totalement maitrisé. Le chemin était tout tracé, et comme des bêtes hypnotisées, on suivit le gourou vers d’autres cieux. La musique de Kozes’imprègnait de romantisme. L’envie me prit de crier mon amour éphémère à cette jeune fille blonde, fragile et mystérieuse. Il n’y avait pourtant pas besoin de mots, seule la danse comptait, et les sourires suffirent à tout dire. Et puis cette phrase : « you and me, we’re the same ». Oh oui ! En voyageant ainsi, avec cette musique saisissante, on se prenait à rêver encore et encore.
D’autres l’ont vécu autrement. Un ami subitement saisi des qualités dansantes de Gilbert Montagné – un mimétisme quasi-parfait – aurait vécu la performance de Koze aux côtés d’une otarie et d’un ballon. Les résurgences de l’enfance, sans aucun doute.
Difficile de se remettre du set de Koze. On essaya sans grande réussite de se convertir à la tech-house de Claude Vonstroke, qui semblait pourtant s’amuser dans la grande arène de conteneurs. L’écart était trop grand, la différence musicale trop large. Eats Everything fut tout aussi peu efficace.
De retour parmi les tentes, les anglais criaient « afteeeeeer » tandis que deux ou trois âmes perdues farfouillaient le sol à la recherche d’une drogue délaissée. Les ordures peuvent révéler bien des miracles.
Roman Fluegel
Jour 2 : Journée 

Un cagnard horrible. Voilà ce qui nous réveilla le Samedi. Un cagnard horrible, un soleil insupportable, et les cris de nos chers voisins anglais débattant sur le sens philosophique de la vie. Nul doute que ces messieurs étaient sobres. On se prélassa la matinée durant sur le campement, interrogeant son voisin sur sa soirée de la veille. Deux frères approchant la trentaine s’épanchaient en compliments sur le festival – ils n’en étaient pourtant pas à leur premiers. Leur enthousiasme était partagé.
Entre deux tentes, une jeune anglaise aspirait l’azote de son ballon de baudruche gonflé. Tout au long du festival, les anglais ne cesseront de vomir ce gaz dans des ballons qui viendront tapisser le sol une fois vide. Il est amusant de noter que les anglais raffolent de cette pratique. Cela leur permet d’être défoncé pendant environ trente secondes. On y voit personnellement peu l’intérêt. Messieurs-dames, délaissez ces ballons. Il est peu classe de vous voir à longueur de journée recracher cet air hilarant. On croirait voir une personne trop ivre tentant sans grand succès de retenir son estomac voler par dessus bord.
Une grande foule aborda le festival en ce deuxième jour. Un grand nombre de londoniens se déplacèrent pour cette seule journée/nuit. Les deux têtes d’affiches du festival, le groupe Hot Natured et le canadien Richie Hawtinavaient intelligemment été programmées ce soir là. La programmation du Samedi était davantage orientée vers la techno, tandis que régnait un certain éclectisme la veille.
Le festival s’était ainsi peu à peu rempli. On se mêla à la nouvelle foule. Les visages étaient plus jeunes, un grand nombre de personnes côtoyait la vingtaine. Si certains firent le déplacement pour la musique, une petite partie vint aussi dans le seul but de se mettre cher. Pourquoi pas…
La journée commença avec Roman Fluegel. Le producteur allemand, résident au Robert Johnson nous accueillit avec une véritable leçon d’acid house. Son visage concentré, appliqué, l’air intellectuel, jurait avec la violence des sons sélectionnés. Le réveil fut brutal. Roman Fluegel nous rendit totalement fou. Les Rolland 303s fusèrent de partout, une  multitude de sonorités élastiques et agressives embarquèrent tout le monde. On dansa sans s’arrêter, l’air sauvage,  alors que le maitre restait impassible. A peine ses lèvres bougèrent-elles, délivrant un sourire vicieux. Le maitre semblait peu étonné des effets produits par sa musique. On ne s’attendait pas à être si bien réveillé, si fraichement cueilli, et nous voilà à bloc. Quelle vivacité ! L’igloovision se révèla encore une fois être la meilleure scène. On la quittait pourtant cette belle scène pour se mêler à la masse venue écouter Maceo Plex. Si le producteur américain avait su me convaincre cet été à Ibiza, où bien en Septembre dernier, la déception fut plus grande. Maceo Plexjoua sans grande conviction une sélection quelque peu ennuyante, un peu facile dans ses montées. À sa décharge, il faut souligner que la transition entre Roman Fluegel et lui n’était pas évidente.
Ellen Allien
Jour 2 : Nuit 

Il était temps d’aller rendre visite à la charmante Ellen Allien. J’ai toujours apprécié écouter la patronne du label Bpitch Control pour sa culture musicale. Un set d’Ellen Allien s’apparente toujours à joyeux mélange des genres house et techno. Elle revisite ses classiques, ses morceaux préférés avec des nouveautés charmantes. La demoiselle mixa rapidement, enchainant les morceaux avec facilité tout en livrant de nombreux rappels des mélodies passées. Un moment agréable, parfait pour débuter la soirée. Son set peut s’écouter ici.
Le festival connut son pic de fréquentation le Samedi soir. Le festival était véritablement bondé, pour autant l’agencement du festival permit de bien circuler entre les différentes scènes. Ce jour-ci, l’organisation du festival se révéla être quasiment parfait. La police patrouillant dans les travées du festival ne fut pas dérangeante. Je vis même quelques policemen prendre des photos avec les festivaliers. Comme à leur habitude, les videurs souriaient, distribuaient de l’eau, tandis que certains se déhanchaient discrètement. La grande qualité du festival doit beaucoup à cet esprit festif, bon enfant et amicale qui s’est propagé pendant trois jours
Tale of Us
Alors qu’Ellen Allien finissait son set, le duo italien de Tale of Us s’apprêtait à affronter la grande tente. Les italiens commencèrent alors doucement, très doucement. Il leur prit l’envie de jouer avec le public, de diffuser une atmosphère poisseuse, une poison venimeux qui s’écoula doucement dans les veines de chacun pour mieux nous rendre fou. Un début tout en douceur, très progressif, pour mieux abandonner le spectateur après. L’expérience fut réussie !
De l’avis de Gilbert, notre mime préféré, le set de Tale of Us fut « maritime ».
Chris Liebing
Je l’ai dis et je le répète, le Samedi soir était nettement consacré à la techno. Le point d’orgue de cette journée fut le set de l’allemand Chris Liebing. On considère à juste titre le garçon tatoué au sourire d’ange comme l’un des maitres de la techno. Pas cette techno remplit d’artifices, oh non, bien au contraire. Le maitre d’une techno brute, épurée, violente mais sublime, saisissante dans son expérience, répétitive à souhait et pourtant surprenante. Lors de son passage au festival, l’allemand transforma son public, le met en transe. Musicalement, sa techno sembla être la même à tout bout de champ. Il fallait chercher les dissemblances en dehors du beat, s’attendre à être surpris violemment. Ce fut d’ailleurs durant son set que je vis la plus belle des communions. Au milieu de l’Igloo se pressèrent un handicapé dansant sur un vélo (oui, un vélo !), un couple âgé d’environ 70 ans rayonnant de bonheur, des jeunes intrépides retournés par le son, des anglaises s’époumonant… Un mélange célinien pour une techno délirante.
Richie Hawtin
La fin de Chris Liebing correspondait avec l’arrivée de la tête d’affiche du festival, le patron du label Minus, des soirées Enter, l’icône techno Richie Hawtin. Sous la grande tente, la foule se faisait compacte, comme raidie par l’attente. Richie Hawtin fut une déception. Est-ce réellement une déception ? Voilà trois fois que je vois le bonhomme, trois fois que je m’ennuie. Encore une fois, donc. Richie Hawtin livra une performance ennuyante, parfois même chiante… Sa techno sans cœur, sans grande innovation se révèla être une très longue succession de kick and snare (boum, tchack, boum, tchack, tchik !). Un ennui mortel !
Je quittais la scène pour retrouver Damian Lazarus. Finir la soirée sur un set complètement planant se révéla être une bien meilleure idée que d’écouter les longues tergiversations de le canadien Hawtin. On y dansa librement, comme détachés des rythmes saccadés d’Hawtin, l’esprit ouvert et l’âme joyeuse.
Alors que se finissaient les différents sets, que le soleil pointait son nez roussi, les premiers départs débutaient. Le festival se vidait peu à peu. On découvrit avec joie cette tradition anglaise : Lorsque l’on quitte un festival, on y laisse tout de même sa tente. Parfois même sa chaise, son sac de couchage, et sa valise.
Master at Work
Jour 3 : Journée/ Soirée 

    Le dimanche est normalement un jour de repos, vous en conviendrez. Moi même, j’applique cet adage scrupuleusement. Mes dimanches sont une longue flânerie où je me vautre dans l’inactivité, un repos salvateur absolument essentiel. Ainsi, ces dimanches sont l’occasion d’un formidable brunchs mêlant tous les atouts de la cuisine française à celle anglaise. Malheureusement pour moi, il n’y eut ni croissant ni bacon & egg ce dimanche là. Bien au contraire, le dernier jour du festival s’apparentait à un baroud d’honneur. Les organismes rouillaient. La fatigue se faisait sentir. L’organisation du festival avait très justement compris cela. La programmation du jour s’avéra être très nettement orienté vers la house, tandis que le festival se clôturait à 22 heures. Une dernière journée bien moins relevée mais tout aussi plaisante.
Dans mon cas, la programmation me laisse encore rêveur. Sur la même journée se côtoyait Master at Work, Kerri Chandler, Chez Damier, Raresh, Tama Sumo, Prosumer, MK, Tini … Un choix s’imposa, malheureusement.
La journée débuta avec le roumain Raresh. Ce dernier s’est peu à peu imposé dans le paysage électronique grâce à son association avec ses compères PetreInspirescu et Rhadoo. On peut aussi expliquer sa notoriété en misant sur sa face bonhomme, empreinte d’une joie simple, d’une gentillesse débordante. Lorsqu’il mixa, le garçon souriait timidement, comme surpris des marques de tendresse que lui prodiguaient ses auditeurs. C’était charmant à voir. Dans une salle plutôt remplie malgré la petite taille de la tente et la moindre affluence dominicale, Raresh rendit hommage à Kerri Chandler, balança quelques pépites qui lui sont propres. Il nous fit danser allégrement, sans violence.
Kerri Chandler
Quelques minutes après, sous la grande tente justement, c’était au tour de Kerri Chandler. Avec un peu de retard – un set réduit d’une heure environ – celui que l’on affectionne tout particulièrement dans nos colonnes prit la relève de MK. Kerri Chandler fut simplement extraordinaire. On ne s’attendait pas à entendre du Daft Punk (époque Revolution 909, la bonne époque), ni même du Chic (i want your love !). Des morceaux qui se mêlèrent à la perfection avec des classiques house des années 90. Et puis, lorsque Kerri Chandler passa cela … C’est obligé, on chanta de tout son saoul, on hurla sa joie, on vécut bêtement son bonheur. Un moment d’amour, si futile que cela paraisse, et qui sonne bien creux lorsque l’on essaye de le décrire. Mais tout de même ! Comme c’était beau.
Le festival se clôturait sur une performance de Master at Work. Le duo New-yorkais composé de Louis Vega & Kenny Dope Gonzalez s’inscrit dans l’histoire de la musique électronique comme l’un des duos de house américaine les plus influents de leurs époques. Durant deux heures, MAW ne firent pas que revisiter l’histoire encore jeune de cette musique. Ils offrirent entre autre un moment de partage sans commune mesure. Je pus librement enlacer mes voisins, sauter avec cet étrange bonhomme au nom d’Alberto (sosie non-officiel de Ricardo Villalobos), crier sans honte sur des morceaux que je connais par cœur, comme une groupie sans cervelle, je dansais l’œil riant, le sourire figé par l’enthousiasme, tandis qu’à mes côtés mon ami pleurait à grosse goutte devant une telle profusion de bonheur.

 MAW

L’Eastern Electrics festival s’avère après coup être bien plus qu’une réussite. Le festival a su réunir un public de connaisseurs. Il s’est affirmé être un festival consacré à la seule musique électronique (house et techno) tout en donnant aux moins avertis le gout de la célébration de cette musique. Le festival s’est avéré être une expérience hors du commun, une rencontre avec la jeunesse fêtarde et délurée anglaise. Le festival offre aussi l’opportunité à d’autres de concevoir la fête autrement (des videurs agréables, conquis par la musique, des organisateurs aux petits soins pour leurs spectateurs, et non pas méprisant). Pour qu’un événement perdure dans les mémoires, il faut qu’il réunisse plusieurs facteurs. Eastern Electrics fut comme un rêve. Une longue rêverie de trois jours. On y repense avec tendresse. Merci ! 

Arthur Des Races.

_________________________
 
Tracklist
 
Here are some tracks we recognised during some sets.
 
Huxley :  
 
Theo Parrish
Joy Orbison :
 
DJ Koze : 
 
 
 
Roman Fluegel :
 
Fit – Kali not sure
 
 
Tale of Us : 
 
Ellen Allien :
 
Kerri Chandler : 
 
Masters at Work :