Dans le cadre de sa tournée ‘Helping Hands’, le rappeur californien Mndsgn fera escale à Paris, invité par La Mamie’s, Verveine Production & Forza et en compagnie du talentueux rappeur norvégien Ivan Ale. L’occasion de s’arrêter sur l’artiste mais aussi sur tout le mouvement culturel de la Beat Scene qui a émergé à Los Angeles et dont Mndsgn fait partie.

Mndsgn (prononcé ‘Mind Design’) est un producteur de hip-hop américain élevé dans le New Jersey et résidant aujourd’hui à Los Angeles. Ringgo Ancheta de son vrai nom (ses parents sont philippins) se fait remarquer au début des années 2010 avec plusieurs de ses productions avant un album en 2014, Yawn Zen, sorti sur le légendaire label Stones Throw Records. Légendaire parce que ses sorties sont souvent acclamées par la critique, mais légendaire surtout pour avoir signé des disques aujourd’hui inscrits au panthéon de la culture hip-hop à l’image du mythique album du non moins mythique producteur de Détroit, J Dilla, Donut, sorti en 2006.

J Dilla justement, Mndsgn le cite en référence ultime aux côtés de son groupe Slum Village dans le petit documentaire ‘Not A Beat, Not A Scene’ consacré à la Beat Scene de Los Angeles. L’artiste du New Jersey est passionné par le beat making et a trouvé dans LA sa ville d’adoption, une ville naturellement agréable à vivre qui selon lui, « possède quelque chose de spécial qui fait graviter des personnes particulières ». Tout cela a bien évidemment rapport avec la musique puisque Los Angeles est aussi la ville qui a vu émerger le mouvement culturel de la Beat Scene qu’Mndsgn définit comme « le résultat d’une combinaison de genres se mêlant les uns aux autres et puisant des beats de tout ça ». Plus précisément, la Beat Scene peut être perçue comme un sous-genre de musique électronique, à cheval entre un hip-hop déjà plus expérimental et une musique électronique tendant vers l’electronica. Que ce soit du point de vue des médias – Pitchfork en tête – ou de celui des acteurs du mouvement, rappeur et producteurs en tête, Los Angeles est vu comme la Mecque de ce mouvement, le lieu de naissance, et l’origine d’une communauté aujourd’hui connue par les amateurs de hip-hop aux quatre coins du globe.

Documentaire ‘Not a Beat, Not A Scene’ 

Comme d’autres mouvements culturels, la Beat Scene est associée à un lieu mythique originel, à l’image du Paradise Garage de New York ou du Music Institute de Détroit, connu de chaque membre de la communauté techno et house. Ce lieu c’est le Low End Theory à Los Angeles, une salle de concert qui dans les années 2000 a accueilli les premiers soubresauts du mouvement Beat Scene et a vu se construire une véritable communauté autour des premiers artistes. Certains labels y sont également associés comme l’onirique label Warp, et plus localement, les labels californiens Alpha Pup Records fondé en 2004 et Brainfeeder, fondé en 2008 par un des acteurs majeurs de la Beat Scene, Flying Lotus. Pour une introduction au style nous vous conseillons son morceau Golden Diva ou encore les morceau Changes de Shafiq Husayn et Alkebulan de Ras-G.

La Beat Scene poursuit aussi les liens musicaux forts tissés entre les villes de Los Angeles, CA et de Détroit, MI. Le DJ Andrés qui verse autant dans la house que dans le hip-hop (il a été le DJ de Slum Village) y a rencontré son ami de longue date, Kenny Dixon Jr., lui-même originaire de Los Angeles. Un des artistes phares de la Beat Scene, Michael ‘HouseShoes’ Buchanan est basé à LA depuis quelques années mais reste un fervent représentant et activiste de la scène de Détroit. Mndsgn lui-même a collaboré avec le fantasque Danny Brown, pur produit de la culture de Détroit, sur le morceau Sweeny Song en 2013.

Mndsgn au travail

Mais la beat scene c’est aussi plus simplement un état d’esprit loose et tranquille, un amour profond pour le beat, une culture qui fait du son l’élément premier et où les artistes cherchent naturellement à exprimer une idée, une humeur ou un sentiment à travers la musique. C’est Mndsgn qui le dit le plus justement, « si je peux exprimer au moins une chose à travers le son par jour, that’s cool with me ! ».

Retrouvez Mndsgn en concert le 18 février à la Chaufferie de La Machine du Moulin Rouge. Il sera accompagné du rappeur norvégien Ivan Ave avec qui Mndsgn a collaboré sur leur projet Low Jams sorti en 2014.

Alia.

Crédit photo couverture The Hundreds.

12466286_10207980452727322_7690601763600511830_o

La Machine du Moulin Rouge
90 Boulevard de Clichy 75018 Paris
Métro : Pigalle ou Blanche
Tarifs : 14€ + frais de loc en prévente : http://bit.ly/22GQbaq
18€ sur place

L’event Facebook par ici.

 Tentez de gagner vos places ici.