Joseph Mallord William Turner – The Fall of an Avalanche in the Grisons

Avalanche

Par delà le versant à l’adret des glacis,
Par les chemins de croix, de traverses, et les vignes,
De l’encre noir et sèche auréolant mes lignes,
Rampent des flaques d’eau, gorgées de mots, acides
Et clairs de boue, allant, par delà vents et lignes
De flottaison des cimes, à l’aube, désoxyder
L’éclair et les tonnerres de signes
Alignés sur la terre et ravinant les vides
Des vallées avalées par les vagues de soleil,
Les odes…Les tempêtes ! Les pluies de grêle arrosent,
Dévalent et savonnent, comme un essaim d’abeille,
Les zones des dunes ou les stances, écloses,
Eclusent et nagent à la recrudescence
Des sucres et des sables, des plages et des vents,
Egarés au passage immuable, et lavant,
Des cours dont les sillages, après la crue, descendent
Et s’enroulent en boules, aux volumes croissants,
Sous les sucs, et la houle minérale dépouille
Les ondulations – volutes et croissants,
Des cristaux ivres soûls ; platine et cuivre rouillent,
Et, mouillés, souillent, teignent et saignent sous les
Coups de blues salés, sonnés sous les douze
Coups et saillies, roulés sous les folles foules
Soûles acculées sous les sales coulées douces

 

Joseph Mallord William Turner – Valley of Aosta- Snowstorm, Avalanche, and Thunderstorm

Articles similaires