80 ans en 150 photos. Tel est le défi qu’a lancé Anne Hidalgo à l’agence parisienne Magnum pour retracer à l’Hôtel de Ville la vie de Paris. Résultat réussi puisque l’agence nous offre une belle exposition, alliant des clichés d’une trentaine de photographes estampillés Magnum.

Cinq étapes jalonnent cette exposition pour nous faire découvrir Paris sous ses plus beaux auspices depuis les années 30. Beaux ? Si deux de ces étapes prennent pour sujet une capitale en conflit – pendant la Seconde guerre mondiale, ou mai 1968, les photographies qui en découlent n’en restent pas moins son plus bel héritage, transmettant aux générations à venir un souvenir qui tend à s’effacer.

On déboule dans l’exposition dans les années 1930, avant la création de l’agence, avec les grèves des ouvriers et leurs luttes pour les conventions collectives du travail. « Magnum avant Magnum » retrace l’époque 1932-1944, avec les premiers clichés de ceux qui poseront les jalons du photojournalisme dans les années à venir. Arrive 1940 et la guerre. Les photos se suivent tel un labyrinthe, en grands tirages, et les visiteurs s’arrêtent ici et là devants certains détails. Ici ca sera la remarque de ma copine, « c’est l’emplacement du Virgin sur les Champs, derrière cette jeep américaine ! », là c’est le contemplatif devant le cliché d’un char au palais Bourbon. On s’amuse de voir ce Paris défiler dans les époques, sans prendre une ride mais en accumulant souvenirs et éclats. Puis, c’est 1958 et ses 200.000 manifestants contre Charles de Gaulle, c’est 1960 et les premières mini-jupes, c’est 1961 et ses massacres d’Algériens, c’est 1968 et l’embrasement de son mois de mai.

« Paris Magnum », c’est finalement l’occasion de se rendre compte du temps figé. Oui, Paris a été vivant dans les années 1960, et les premières photos en couleur étonnent de vivacité, de vie. Tout ce qui change entre les rues de Paris depuis un demi-siècle n’est que les Parisiens. Eux seuls évoluent, changent de coiffures et de vêtements, prennent la voiture plutôt que les chevaux. La ville reste ce qu’elle est, inamovible parmi les tourments des hommes. On a tendance à aujourd’hui le lui reprocher, à notre capitale, de ne plus évoluer. De garder sans cesse les mêmes habits quand des tours toujours plus hautes naissent ici et là. Mais à choisir, on préfère encore ce Paris ensoleillé sous les objectifs des photographes Magnum plutôt qu’une capitale aseptisée et vide de goût quand ce n’est de vie.

Cette jolie balade dans le Paris du XXe siècle nous conforte dans l’idée que Magnum Photo, au-delà de sa renommée, est avant tout une agence qui a su allier l’art au journalisme, capturant des instants autant joyeux que malheureux. Et Cartier-Bresson de conclure : « Magnum Photo est une communauté d’idées, une qualité humaine partagée, une curiosité et un respect pour ce qui se passe dans le monde, et un désir de le transcrire visuellement ».

 


9th arrondissement. Haussmann Boulevard.

Boulevard Haussmann, 1985 © Harry Gruyaert / Magnum Photos

PAR105139

Nuit d’émeute au Quartier latin, 10 et 11 mai 1968. © Bruno Barbey / Magnum Photos

PAR74191

Grève immobile d’ouvriers dans une usine métallurgique, saint-Ouen, 12 juin 1936. © David Seymour / Magnum Photos

FRANCE. Paris. 1952. Arc de Triomphe.

Arc de triomphe, 1952 © Robert Capa / International Center of Photography / Magnum Photos

Crédits photo couverture :

Course à l’hippodrome de longchamp, 1952. © Robert Capa / International Center of Photography / Magnum Photos

 

Informations pratiques.

Exposition gratuite – du 12 décembre 2014 au 28 mars 2015.

Hôtel de Ville – Salle Saint-Jean 5, rue Lobau, Paris 4e.

Ouverture tous les jours – sauf dimanches et jours fériés De 10h à 18h30.

Articles similaires