Chaque année depuis quatre ans maintenant, le Macki Music Festival creuse son sillon dans les festivals d’été et attire un public averti. Désormais bien installé dans le parc de la mairie de Carrières-sur-Seine, il s’appuie sur une programmation éclectique et des animations originales. Pas question de changer de formule.

Continuité. C’est le maître-mot de cette 4ème édition. Après trois années d’exploration et de tests, le Macki Music Festival semble avoir trouvé son rythme de croisière. En 2015, l’idée de recentrer toutes les activités du festival dans le parc avait donné un nouvel élan à un festival à taille humaine. L’année suivante, c’est le Camion Bazar qui se retrouvait au fond du parc, pour proposer trois scènes indépendantes et qui ne se répondaient pas au niveau sonore.
Le premier objectif cette année : «Solidifier le modèle parce que c’est ce qui plait. On voit que le public est de plus en plus à même de sortir de Paris», affirme Fantin Dufaÿ, membre de la Mamie’s et organisateur du festival. Pour autant pas question de vendre le plus de billets possible, le festival en perdrait de sa magie. «Nous ne voulons pas devenir trop gros, malgré la demande on consolide le modèle et nous limitons le nombre de places», confie Fantin. Dans une moindre mesure, le festival né de l’association de la Mamie’s et Cracki Records, s’appuie sur le modèle existant du Dekmantel festival et du Dimensions Festival, où chaque année, une quantité limitée de pass est disponible à la vente. Une manière d’assurer aux festivaliers la meilleure des expériences sans être acculés et pris pour du bétail.
La popularité du festival n’est plus la même qu’il y a quatre ans et si les deux collectifs ont toujours eu leur propre public, le Macki Music Festival s’est aussi entouré d’un nombre de fidèles conséquent.

© Rémy Golinelli

© Rémy Golinelli

Côté nouveauté, des pédalos seront proposés sur le plan d’eau situé à côté de la scène du Camion Bazar, toujours dans cet état d’esprit de fête et de convivialité.
Mais la grande innovation de cette année rappellera un peu plus les festivals cités un peu plus haut avec des Boat Party organisées par le collectif OTTO10 au départ du Quai d’Orsay pour rejoindre le site du festival et en closing du pour terminer la soirée le samedi et le dimanche. Et au vu des derniers évènements estampillés OTTO10, aucun doute possible sur leur réussite.
La thématique du festival tourne cette année autour du soleil (l’année dernière l’espace et les planètes avaient été choisis). «C’est lié au fait qu’historiquement, il y a un club naturiste appelé Club du Soleil à Carrières-sur-Seine (NDLR : ouvert en 1946), on a voulu rebondir là-dessus», raconte Fantin.
Car les organisateurs veulent placer la ville de Carrières au centre du festival et ne pas en faire seulement un lieu de passage. Les liens qui se sont tissés entre les organisateurs et la mairie sont indéniables : «On a la confiance du maire, son fils commence a venir au festival et à écouter de la musique électronique.»
À long-terme, le Macki Music Festival voudrait s’implanter plus durablement dans la ville : «S
ur les axes d’amélioration, on se concentre sur l’implication des habitants et l’écosystème de la ville. On a toujours l’image des Nuits Sonores ou du Sonar avec tous les offs. L’idée serait de choper trois ou quatre spots, pourquoi pas essayer de faire un after là-bas, même dans un PMU», explique Fantin. 

© Laura Chimanov

© Laura Chimanov

L’opening perpétue la tradition et s’oriente vers la techno avec la venue du prodige Objekt, l’Allemande Paula Temple et un live de Rrose. Les français Dusty Fingers de Dure Vie et Gunnter, boss de Rutilance Recordings, apporteront leur touche house.
Chose rare le premier jour du festival, un showcase Rush Hour aura lieu sur l’une des deux grandes scènes pour les 20 ans du label. Son boss, Antal, était présent au tout premier Macki Music Festival. Pour le plaisir, on vous remet ce qu’il nous avait raconté : « Je n’ai qu’un mot à dire : FANTASTIQUE ! C’était un jour de pluie ce qui était assez nul. Je me baladais pour aller écouter quelques groupes comme Fatima, mais au moment de commencer mon set, la scène n’était pas vraiment pleine. J’avais juste en tête de faire la fête peu importe le nombre de personnes qui dansaient, et puis d’un coup la place commença à se remplir de plus en plus et c’est devenu fou jusqu’à ce que quelques personnes ôtent leurs vêtements et commencent à courir partout avec la sécurité qui les pourchassait. J’ai adoré »

Comme pour boucler la boucle, Rush Hour a fait du Macki son choix pour sa tournée en l’honneur des 20 ans du label, «Antal est un invité régulier, on a vraiment une super relation avec lui. C’était le lendemain du précédent Macki il faisait un radioshow au Mellotron il nous a dit “ouais les gars on va diner ensemble faut que je vous parler d’un truc», raconte Fantin. Le fantasque Soichi Terada fera un live, San Proper, Antal en B2B avec Hunee et Maggie complètent le plateau cinq étoiles.
Le mythique groupe Cortex, que certains avaient pu voir au New Morning, fera son retour sur la scène du Macki.
Autre concert à surveiller, celui des Sud-Africains BCUC ainsi que la performance de la jeune Nadia Rose.

Le lendemain, les jeunes artistes français seront à l’honneur avec un live Mézigue de D.KO Records et de Renart ainsi qu’un dj set du lyonnais Folamour.
Le suisse Buvette est aussi attendu et la première signature du label La Mamie’s, Kodäma sera au rendez-vous.
Comme l’année dernière Cracki Records et La Mamie’s se feront une joie d’ouvrir la journée et de clore le festival dans la plus grande folie.

 17903341_1368249949903277_445516919630667966_n

Related Posts