Cela fait 50 ans que Pascal Grellety transporte sa carcasse aux quatre coins du monde pour intervenir dans des théâtres de guerre les plus fermés les uns que les autres. Aujourd’hui, le docteur ouvre ses archives. Retour passionnant sur France Culture.

 

biafra2_0

1968, Biafra. Crédits photos – Pascal Grellety.

 

Croix-Rouge, OMS, ou Médecins Sans Frontières, sa veste a souvent changé d’écusson mais l’action reste la même : ce docteur est intervenu au Yémen en 1964, au Tchad en 1966, au Biafra en 1968, au Laos en 1973, au Vietnam en 1978, au Timor en 1980, en Papouasie en 1999, en Afghanistan en 2005. Autant dire dans la plupart des conflits majeurs qui remuent la planète depuis la Seconde guerre mondiale.

A l’occasion des 150 ans du Comité International de la Croix-Rouge, France Culture sort sur ses ondes « les carnets du Dr. Pascal », reprises auditives des carnets du docteur publiés cet automne (Toute une vie d’humanitaire. 50 ans de terrain d’un médecin carnettiste, chez Elytis). 7 émissions spéciales agrémentées de croquis et de photos, bref un trésor à écouter au plus vite.

Ci-après, carnets 1 à 4. Plus tard, le reste.

 

Carnet 1 – 1964, Yémen.

Pour des raisons de droits d’auteur, le carnet est visible sur le site de France Culture, ici :

http://www.franceculture.fr/1964-yemen-aujourd-hui-personne-ne-permettrait-une-telle-mission

Dans un contexte de guerre froide, les républicains et royalistes yéménites se livrent une guerre sans merci au Yémen pendant 8 ans, de 1962 à 1970. Sous la bannière du Comité International de la Croix Rouge, Pascal Grellety est envoyé avec un autre médecin au front. De l’absence de radio aux transports en ânes et chameaux, Dr. Pascal raconte la première mission médicale du CICR.

 

yemen7

1964, Yémen. Crédits photos – Pascal Grellety

Carnet 2 – 1968, Biafra.

Pour des raisons de droits d’auteur, le carnet est visionnable sur le site de France Culture, ici :

http://www.franceculture.fr/1968-biafra-la-pierre-angulaire-des-sans-frontieristes

En 1960, le Nigéria s’affranchit du gouvernement britannique et proclame son indépendance. Néanmoins avec plus de 250 ethnies dans le pays, la formation d’un état légitime et accepté de tous est compliqué. Trois ethnies, les Haoussas musulmans, les Yorubas majoritairement chrétiens et les Ibos majoritairement animistes se disputent le pays, et après deux coups d’état en 1966, le pays est au bord de la guerre civile.

Début 1967, la région de l’Est déclare son indépendance vis-à-vis du Nigéria et devient la République du Biafra. S’en suivra un conflit de trois ans que la communauté internationale a vite nommée « Guerre du Biafra ».

Pascal Grellety nous raconte l’horreur de la guerre, les soins dispensés et les morts certaines. Il explique avec une sérénité peu banale le choix à faire entre les soignables et ceux que les médecins doivent refuser d’aider en raison de la gravité de leurs blessures.

Il revient aussi sur la création de Médecins Sans Frontières en 1972, dont les 12 membres fondateurs – voir photo ci-dessous, dont Kouchner et Grellety – étaient au Biafra. Cette guerre est ce qu’il appelle « la pierre angulaire des sans-frontiéristes ».

 

biafra9_1

1968, Biafra. Crédits photos – Pascal Grellety.

Carnet 3 – 1973, Laos. 

Pour des raisons de droits d’auteur, le carnet est visionnable sur le site de France Culture, ici :

http://www.franceculture.fr/1973-laos-pour-les-belligerants-on-est-soit-d-un-camp-soit-de-l-autre

 

Avec en fond les guerres d’Indochine, du Vietnam et la guerre froide, la guerre civile laotienne oppose le royaume du Laos au Sud du pays et le mouvement communiste Pathet Lao au Nord.  Le conflit s’étend sur vingt ans, et fait intervenir tour à tour la France, les Etats-Unis, le Viet Minh commandé par le général Giap – le même qui défait la France à Dien Bien Phu. Pascal Grellety se retrouve par un concours de circonstances au cœur des territoires communistes, prisonnier pendant deux mois.

Plongée pendant 3 minutes au cœur d’un vrai roman d’aventures.

 

Laos20

 1973, Laos. Crédits photos – Pascal Grellety.

Carnet 4 – 1978, Vietnam.

Pour des raisons de droits d’auteur, le carnet est visionnable sur le site de France Culture, ici :

http://www.franceculture.fr/1978-boat-peoples-grace-a-la-medecine-locale-on-a-divise-notre-budget-par-deux

Le « french doctor » raconte l’horreur des réfugiés vietnamiens en mer de Chine errant sur des bateaux, pour les femmes se faisant violer alors que les hommes se retrouvent dépouillés. Entre acuponcture et l’hôpital flottant de Bernard Kouchner, le docteur Grellety nous emmène dans les camps de refugies.

 

14

 Camp de refugiés, 1978, Vietnam. Crédits photos – Pascal Grellety.

06_0« Boat people », 1978, Vietnam. Crédits photos – Pascal Grellety.

 

LA SUITE TRES BIENTÔT.

 

Vous pouvez retrouver les carnets complets de Pascal Grellety en librairie ou ici en ligne,

Le retour de France Culture sur l’oeuvre là,

Et notre page facebook pour se tenir au courant.

 

 

 
 
 Amaury.

Articles similaires