Leon Vynehall nous avait bluffé et pour ne pas dire assommé avec son dernier (court) album Music For The Uninvited où il avait distillé tout son talent caractérisé par une capacité à sampler et à décortiquer les sons afin d’en construire de nouveaux. J’ai eu la chance de le voir passer après Molly à une Head On au Rex, nous faisant passer par toutes les émotions d’une disco dansante à une techno planante, un ami m’a même susurré à l’oreille que sa musique était « le paradis ». Il n’avait pas totalement tort tant l’énergumène nous avait transporté durant plus de deux heures de set intenses et bien fournies, certaines sonorités raisonnent encore dans ma tête à l’heure qu’il est. L’envie de revoir cette tête chaleureuse et accueillante est devenue pressante tant le talent de l’anglais ne fait plus aucun doute.

C’est d’ailleurs l’un des morceaux de ce nouvel EP sorti sur Clone Royal Oak qui avait marqué au fer rouge l’ambiance de cette soirée. Butterflies est ce genre de morceau qui ne te lâche pas du début jusqu’à la fin, d’une intensité croissante qui redescend par moment pour mieux repartir, on retrouve les kicks et percussions qui caractérisent parfaitement la volonté de Leon Vynehall de donner une autre dimension à ses morceaux. Si la vocale rappelle avec insistance Nina Kraviz (ce n’est que mon avis), elle est aussi sensuelle et amène une touche féminine indéniable dans une track résolument violente. Il semble réussir tout ce qu’il entreprend et Butterflies est aussi un exemple du panel délirant dont dispose le producteur, pouvant allier une mélodie douce et à un beat lourd. On pourrait écrire des lignes sur ce morceau, sur ses notes de synthé qui sont pourtant les mêmes tout le long mais qui ne désemplissent jamais et gagnent en profondeur.

Dans un registre plus reposant, This Is The Place allie sonorités Jazz et Hip-Hop tout en allant chercher dans des origines plus classiques, le titre semble à la fois moderne tout en sonnant ancien, paradoxal mais tellement plaisant. Le jeu de percussions est toujours aussi solide et construit le morceau petit à petit. Leon Vynehall démontre à nouveau sa capacité à former des morceaux complexes, de la rythmique aux vocales en écho, on sent particulièrement ses racines Hip-hop ressortirent dans le beatmaking ce qui n’est pas à la portée de tout le monde. Si lors de sa sortie Music For The Uninvited était présenté par son créateur comme un album, il dit aujourd’hui qu’il devrait être perçu comme un « extended EP ». De là à y voir la possible future sortie d’un « vrai » album je ne sais pas, en attendant si vous avez l’occasion de le voir n’hésitez pas une seule seconde, Leon Vynehall est un phénomène et il commence seulement à faire parler de lui.

Thibault

 

Articles similaires