Depuis 2013, Rutilance Recordings – la label fondé par Gunnter et Dj Steaw – affiche une régularité à toutes épreuves. Portée par une rigueur musicale rare, l’entité rennaise transpire la bonne house et fait son petit bonhomme de chemin. La dernière en date laisse pour la première fois les clés à Janeret, qui signe ici un EP entre nappes frénétiques et évasion. 

C’était devenu une évidence, à la publication des premiers extraits et l’annonce d’une future sortie sur le label de «ses amis les plus proches», pour la première fois Janeret allait se retrouver seul aux commandes d’un EP. «C’est le premier EP solo pour moi après pas mal de Various Artists, 4 tracks sur un disque, tu peux clairement mieux t’exprimer, ça m’a permis de représenter ce que j’aime faire en house et de mettre ce petit bonus en B2» nous confirme l’intéressé.
Après quelques morceaux remarqués sur Flyance Recordings et évidemment Rutilance Recordings entre autre, il s’essaye ici à l’exercice périlleux du premier EP dans la plus parfaite cohérence.
«Je pense que c’est cohérent même si ce n’est pas une volontée de ma part au départ, c’est juste mon univers». Un univers bercé par des personnalités allant de Fred P, Havantepe, St Germain en passant par Ron Trent et Larry Heard et surtout «tout le label Sushitech en général».

L’influence Sushitech que l’on retrouve à travers «Heat EP» – et plus particulièrement celle de Delano Smith – qui s’ouvre avec le morceau éponyme.
Les sept minutes s’organisent autour d’une nappe de synthé supplantée d’un reverb, le morceau évolue avec intelligence et chaque détail a son importance. A commencer par la vocale qui revient sporadiquement pour s’installer au milieu du morceau et apostropher l’auditeur. «Je ne peux absolument pas faire de tracks tools seulement rythmiques, je ne peux pas m’empêcher de poser des nappes et des claviers assez planants c’est ce qui me plait !». Et cela se ressent dans l’orientation du morceau.
«Straightaway» revient plus vers les gammes de Rutilance Recordings, avec un morceau résolument plus club avec des ajouts sonores autour de la boucle. Rappelant certaines productions de S.A.M avec cette recherche d’un groove teinté d’une atmosphère spéciale.
Le premier morceau de la face B se présente comme une réponse à son homologue du recto, un beat lourd accompagné d’une nappe avant que cette dernière ne prenne toute son envergure. Une certaine énergie ressort de «Surge» et les distorsions sonores sont remarquables. L’intensité est une nouvelle fois l’un des arguments forts avec une variation continue.
La façon dont les différents synthés sont utilisés et dirigés rend le tout véritablement hypnotique.

La vraie surprise vient avec la B2 «Throb». «Le point de depart a été le morceau D&B et ils m’ont chauffé pour un EP et j’ai bossé ensuite sur plusieurs tracks house, mais c’est allé beaucoup plus vite que prévu» explique Janeret en évoquant le cheminement qui a conduit à la production de cet EP. Et c’est sans doute ce qui en fait sa richesse, la présence d’un morceau drum and bass pour conclure. «Je fais pas mal de track drum and bass en fait, mais à la base c’est seulement pour mon plaisir perso et envoyer ça à mes potes. Ce track était bien pour faire un test, il n’est pas trop agressif (même si cela tourne à 172 BPM) et la vocale adoucit le track. Il a plutôt reçu un accueil favorable et ça me fait vraiment plaisir».

Dans le même esprit que les autres morceaux, une nappe accélérée vient diriger le morceau avec les percussions et la vocale est en adéquation parfaite avec le reste. «Je m’inspire beaucoup d’atmospheric D&B pour les nappes, notamment le label Good Looking que mon pote Ka-One m’a fait découvrir. Ça a été une révélation pour moi c’est vraiment tout ce que j’aime! J’ai d’ailleurs envoyé mon morceau D&B du Rutilance à LTJ Bukem qui est le patron de ce label et j’avoue qu’en recevant un super feedback de sa part j’étais vraiment content!» rajoute Janeret.

«Heat EP» dénote d’une certaine maturité et semble être le fer de lance pour une année 2016 qui s’annonce prolifique pour lui.
«Il y aura d’ailleurs un track plus dans la veine jungle mais toujours très deep qui sortira courant 2016 sur un autre label Parisien» conclue-t-il.

_

Merci à Janeret pour ses mots.

La page Facebook de Janeret

La page Facebook de Rutilance Recordings

 

 

 

 

 

 

 

Articles similaires