French version below
We recently had a chat with the swedish producer and DJ Axel Boman. An opportunity to discover the  strong character, but also the swedish capital, Stockholm. Music and his own label, Studio Barnhus was treated as well. Surprisingly, we even talked about food.
http://www.youtube.com/watch?v=HVVVQHFATz0

High Five Magazine : According to your myspace, your ass were dragged to dance into the « dodgy warehouses, the blooming fields and the sweaty basements » of Stockholm. Sweden, and particularly its capital, is a prolific scene of europe electronic music. Could you tell us a little bit more about it ? Was it natural for you to start mixing and producing there ? 
 Axel Boman : Stockholm is a bit strange music wise. on one hand you have this great music tradition with lots of big pop-acts and lots of great indie/EDM acts. but on the other hand we dont really have any club culture in a more european way. clubs close early and swedes tend to be shy when it comes to dancing. when i was a teenager there was this legendary techno club called Docklands, i think that place was my reason i got obsessed about music. people like Adam Beyer and Jesper Dahbäck played there and the police was really wanting to close the place down, making all of us going there feel like part of some political movement almost.
HFM : Did they finally close the club ? Its too bad Sweden hasn’t this club culture yet while there are some strong Swedish talents. Does it mean that you have to left the country to succeed when you’re an artist?
 AB : Oh yes, the police stormed the place several times and finally it closed. actually, the swedish clublife has had its ups and downs after that, some other equally important institutions has come and gone since and there are plenty of illegal one-off options for ambitious clubbers. I guess there is different ideas on what you mean by success so its difficult to answer, there are many successful local talents in Sweden. im just happy i get to travel a bit!
Damned policemen, they will never understand! The illegal parties also might announces a change, as if if was a transition period leading to more acknowledgment and recognition. Things move slowly so it might take time before the club culture gains merit and honor, no ? I hope.
 I guess at the time it was also important for the underground techno movement to feel alienated by society. it felt rebellious. the police just helped define what we were doing and made ut feel important. maybe police actually has helped the movement a lot, haha!
but at this point in the interview i feel i have to say that i find the idea of « movement » and technomusic is a bit silly. its just a party, like any other party, may it be hiphop or indie rock or whatever. and techno is also a lot about drugs. and some people love to give their drugtaking a higher cause. i dont support that. just take drugs and shut up about it, man!
Well, It could be good for an underground culture to be prohibited. So do you think that techno is being given to much importance ?
Concerning drugs, it’s certain. People took drugs before techno, it’s just a good vitamin hehe.
 No, i think its just equally important to other musical movements. haha, good vitamin. ok. i like that idea.
http://www.youtube.com/watch?v=ywJlK8P1AiQ

I discovered with surprise that you get a master degree at Valand School of fine art. Not all the DJ today have followed classes in university. Your studies might have inspired your tracks, specifically in the art domain ?
The artschool environment provided me with a lot of time to experiment and it encouraged me to do really far out experimental stuff, stuff that im glad to have played with today. i learned a lot. allthough not thanks to the shitty pretentious teachers or their shitty equipment!
Well, teachers have their habits… they like their daily routines. Speaking of routine, a musician’s life sometimes keeps you away from family and old friends. What are the good and bad points ?
A musician’s life keeps you away from social stuff in the same way a chef’s or a busdriver’s do. i see no conflict there. its up to you to maintain your social networks whatever it is you are going for in life. but of course i can miss having weekends off to hang out and chill. but then again, i almost never had weekends of before, so i was never really used to it.
Then, could we say that you’re more an ‘ hedonist type of guy” (in the good way, indeed) ?
I dont really understand what you mean here. i dont think of myself as very hedonistic..
Well forget about hedonist. It doesn’t matter.
I’ll define most of your tracks as a symphony of joy. An Axel Boman’s melody is something that gives you happiness and euphoria. In french we’ll say « joie de vivre ». But yourself, How would you describe your tracks
Thats very well put! i m happy you think of them that way! i love to think they bring just this!!! 
You’re welcome ! It leads us to your inspiration. When you’re composing a song, what inspires you ? Do you have any tricks, any habits that bring the magic on ?
 No. i wish i did. iv’e tried everything. drugs, alcohol, no drugs or alcohol, working out, beeing happy, not beeing happy, etc. inspiration is an uncontrollable monster for me. i think the only thing that really gets me going is deadlines and someone yelling at me to finish. with some hard-ass manager i could really go anywhere! are you out there hard-ass manager? wanna work with a lazy swede? hello..?
Well I’ll take the job with pleasure! Let’s start tomorrow? Haha
God knows how much I would love doing that. I hope your manager isn’t suffering too much then. Inspiration might also comes from your friends. Do the Studio Barnhus’s guys sometimes help you with that issue ? J
 Yes, sometimes. they are great to bounce ideas on. and always inspire to do stuff. but sometimes its best to be alone.. its difficult! but i guess fighting laziness is the biggest problem for a lot of people, haha..
Could you tell us a little bit more about Studio Barnhus ? How the label was founded and what are your plans for the future?
Me, petter and kornél were looking for studio space, we werent really good friends then. and then we found this space, located at Barnhusgatan in stockholm. one think led to another and today we are best friends, we dj together, make music together and run a label together. we have some really great releases in the pipeline from SLG, Lukas Nystrand, Ex-Pylon and ourselves. 
That’s a cool story ! Maybe a LP is coming soon then ? J
Maybe, yes! i need to reinvent myself a bit. find my way. but definetly new stuff.
 
I saw a video of you one week ago (link here). Here is the link. Could you give us your favorite chart at the moment but also what you like to listen at when you’re not mixing ? 
Hehe, i havent seen that video. i hate seeing myself. hearing myself.. my favorite music at the moment/listening music (the same for me, always) is:
– everything from the label Sofrito
– everything from swedish little label Press Label
– all the new superfresh house/techno/whatever 12″s coming out at the moment, what glourios days we live in when this much good music comes out everywhere!!!

Thanks for the tracklist, I’ll go listen at these artists.
I bet we won’t have to hear your voice on a track then ? Have you tried singing?
No, i dont really like my own voice and i have little to say.. but my inner world is a bottomless pit of thoughts and love.
As you might know, we love food (and wine) here in France. Partying, dancing, having fun could lead you to eat an horse. What’s your special meal after throwing a good party ? 
Crepes of course!!!!!!!!!
Well, many thanks for the answers. This conversation was great. I hope to see you soon in Paris and also, good luck for your inspiration !
Axel Boman’s last releases : Acid Andy / Axel Boman – Barn 003 (Studio Barnhus)
                                              Axel Boman Europ (Studio Barnhus)
 
Find out more on Studio Barnhus here, here and here.
interviewed by Des Races.
Le producteur et DJ suédois Axel Boman a récemment conversé avec nous. Une chance  que de mieux connaître le personnage, fort en caractère. Boman s’est épanché sur sa ville, Stockholm, sur la musique, bien entendu et son label Studio Barnhus. On a même parlé nourriture !
Selon votre Myspace, tu as commencer te remuer le corps dans les entrepôts vides, les terrains vagues et les caves suantes de Stockholm. La Suède et plus particulièrement sa capitale est une scène importante de la musique électronique en Europe. Peux-tu nous en dire plus sur Stockholm ? Etait-ce naturel pour toi de débuter la bas ?
Stockholm est un lieu étrange, musicalement parlant. D’un côté une forte tradition mêlant pop et Indie/EDM s’est  durablement installé. De l’autre côté, il n’existe pas réellement de culture club à l’inverse d’autres pays européens. Lorsque j’étais adolescent, il existant ce club mythique, Docklands. Je pense que cet endroit a beaucoup joué dans mon obsession pour la musique. Des gens comme Adam Beyer ou Jesper Dahback jouait la-bas. La police était déterminée à fermer le club. Nous nous sentions comme faisant part d’un mouvement politique.
Au final, ont-ils fermé le club ? Dommage que la Suède n’ait pas cette culture électronique, et ce malgré tous les talents que recueille le pays. Cela t-a t’il forcé à quitter le pays pour réussir comme artiste ?
Oh oui, la police nettoya l’endroit plusieurs fois et le club finit par fermer. En réalité, la culture club suédoise connait des hauts et des bas. Des institutions équivalentes (à Docklands) ont émergé puis coulé tandis que les partys illégales sont devenus une option non négligeable pour les clubbers.
Maudits policiers, ils resteront  toujours bornés. Ces soirées illégales annonceraient peut-être un tournant, une période de transition menant à plus de reconnaissance. Les choses bougeant lentement, cela pourrait prendre du temps avant que la culture électronique soit davantage reconnue ?
J’imagine qu’en ces temps-ci, le mouvement techno a besoin de se sentir isolé de la société. On se sent rebelle. Et la police nous aide à nous définir, à concevoir ce que l’on fait. On se donne de l’importance. Peut-être bien que la police a aidé le mouvement, en fin de compte. Aha
Mais à ce point de l’interview, je dois dire que les concepts de «  mouvement  » et « culture techno » est un peu idiot. Que ce soit du hip-hop, de l’indie rock et j’en passe, ce sont justes des soirées. La techno s’affilie beaucoup aux drogues. Et les gens aiment affilier leurs cames à une cause supérieure. Cela m’exaspère. Mec, prends juste ta drogue et tais-toi.
Et bien, peut-être est-ce toujours bon pour un mouvement underground d’être interdit. Penses-tu que l’on donne trop d’importance à la techno ? Pour les drogues, c’est bien vrai, les gens prenaient des drogues avant que la musique électronique ne naisse. C’est juste des bonnes vitamines.
Non, je pense tout de même que la culture électronique est tout aussi importante que les autres genres musicaux. Ahaha, de bonnes vitamines, j’aime cette idée !
J’ai découvert avec surprise que tu étais diplômé des beaux-arts de l’école de Valand. De nos jours, tous les DJ ne suivent pas de cours en éducation supérieur. Tes études t’ont elles inspire pour tes morceaux ?
L’environnement de cette école m’a donné du temps pour expérimenter, m’a encourage à approfondir mes projets initiaux, des choses que je suis heureux d’avoir aujourd’hui. J’ai beaucoup appris là-bas. Néanmoins, je ne remercie par les connards de professeurs prétentieux et leurs équipements pouraves.
Les professeurs ont leurs vieilles habitudes, ils aiment respecter la routine quotidienne. En parlant de routine, la vie d’un musicien vous éloigne de la famille et des vieux amis. Quels sont les bons et mauvais aspects de cette vie ?
La vie d’un musicien est semblable à celle d’un home d’affaire ou d’une conducteur de bus, il n’y a pas réellement d’éloignement. Il suffit d’un peu de bonne volonté pour maintenir son cercle d’amis, et ce quelque soit votre profession. Bien évidemment, me reposer le week-end, sortir me manqué. Mais encore une fois, je n’ai jamais été habitué à ce rythme de vie.
Pourrions nous supposer que tu serais plus du type “ hédoniste “, et ce dans le bon sens du terme ?
Je n’ai pas vraiment compris ta question. Je ne me vois pas comme quelqu’un d’hédoniste.
Oublions cela, ce n’a pas d’importance.
Je définirai la plupart de tes morceaux comme une ode à la joie. Tes mélodies rendent heureuse, provoquent l’euphorie. En français, le mot adéquat serait  “joie de vivre”. Comment considère tu tes productions ?
C’est très bien dit ! Je suis heureux que tu les vois comme ça, j’aime à penser qu’elles provoquent cet effet là.
De rien ! Cela nous mène à ton inspiration. De quoi tes compositions s’inspirent-elles ? As-tu des habitudes qui provoquent la magie ?
Non, j’aimerai bien. J’ai tout essayé, les drogues, l’alcool, pas de drogue ni d’alcool. Travaillé dure, être heureux, ou malheureux … L’inspiration demeure un monstre incontrôlable. Seuls les délais et quelqu’un m’engeulant la provoquent. Avec un manager à la dure, je pourrais aller n’importe où. Es-tu un de ceux là ? Tu veux travailler avec un suédois fainéant ? Il y a quelqu’un ?
Je prends le job avec plaisir. On commence demain ?  Dieu sait combien j’aimerai faire cela. J’espère que tu ne fais pas trop souffrir ton manager.
L’inspiration peut aussi venir des amis, notamment ceux de Studio Barnhus. Ces gars là t’aident à résoudre tes problèmes de créativité ?
Parfois oui. Ils sont bons pour rassembler les idées ensemble. Et toujours d’attaque pour faire de nouvelles choses. Mais il est parfois préférable de rester seul. C’est difficile ! Mais j’imagine que combattre la fainéantise est le problème le plus courant pour un bon paquet de gens, ahaha…
Pouvez-vous nous en dire un peu plus sur Studio Barnhus, ton label. Comment le label fut fondé et quels les projets futurs ?
Petter, Kornél et moi cherchions de l’espace pour un studio d’enregistrement. Nous n’étions pas encore de bons amis. Et puis nous avons trouvé cet endroit, situé à Barnhusgatan à Stockholm. Une chose en mène à une autre, nous sommes aujourd’hui meilleurs amis. Nous mixons ensemble, nous produisons ensemble, et nous dirigeons le label ensemble.
A venir, nous avons de très bons releases venant de SLG, Lukas Nystrand, Ex-Pylon et bien sur, nous meme.
C’est une belle histoire. J’imagine qu’un album est en préparation ?
Oui, peut-être bien. J’ai besoin de me réinventer, de trouver de nouvelles voies. Définitivement, d’innover.
J’ai récemment vu une vidéo de toi où tu présentais quelques vinyles.  Peux-tu nous donner ta playlist du moment ? De même, qu’écoutes-tu lorsque tu ne mixes pas ?
Héhé, je n’ai pas vu cette vidéo. Je déteste me voir ou m’entendre.
En ce moment j’écoute cela :
–       Tout ce qui vient du label Sofrito.
–       Tout ce qui vient du petit label suédois Press Label.
–       Toutes les nouveautés, house/techno, qu’importe, en 12inch. Quel joie de pouvoir écouter de la musique aussi bonne venant du monde entier. Des jours glorieux !
Merci pour la playlist ! On ira sans faute écouter cela. J’imagine donc qu’on ne pourra jamais entendre ta voix sur un de tes morceaux. Tu n’as jamais essayé de chanter ?
Non, je n’aime vraiment pas ma voix, et j’ai si peu à dire. Mais mon monde intérieur fourmille de pensée et d’amour.
Comme tu dois le savoir, nous adorons la nourriture (et le vin) en France. Faire la fête, danser, s’amuser peut donner une faim de loup. Quel plat nous conseillerai tu pour calmer cette faim ?
Les crêpes bien sur !
Des Races.

Articles similaires