Eddie Fowlkes, un des pères fondateurs de la techno de Détroit, sort un double pack DW/0011, premier d’une série de trois releases et pierre angulaire du changement de direction que prend sa carrière. Quatre morceaux qui vont feront voyager à travers le groove, d’un nuit moite dans un club à une ballade poétique dans les bois. 

Eddie “Flashing” Fowlkes grandit à Détroit dans la période Motown, et se retrouve très vite exposé à tous les styles de black music et voit la techno comme une continuité, une techno soul comme il la qualifie, qui mélange en son sein les inspirations électroniques futuristes et les influences soul du passé. L’artiste reçoit son premier mixer en 1978 et commence à faire de la musique aux côtés de Juan Atkins. Il sort son premier record en 1986, le désormais légendaire “Goodbye Kiss“, sur Metroplex Records. Beaucoup considèrent ce morceau comme un des tous premiers de la culture techno naissante, et Eddie ouvre ainsi la voie à Kevin Saunderson et Derrick May. Il commence alors à jouer à New-York et Chicago puis en Europe, et remporte un succès certain avec son style de DJing très créatif. Le DJ mixe avec trois platines, un mixer, une pédale wah-wah, une 808 et une 909.

Parmi l’un de ses premiers voyages en Europe, il se rend à Berlin où il signe un EP sur Tresor Records et se lance dans une collaboration avec Moritz Von Oswald et Thomas Fehlmann (The Orb) sous le doux nom de “3MD“, comprendre Three Motherfuckers in Berlin. Ils sortent l’excellent LP “The Birth of Technosoul”, suivi de peu par la création du label d’Eddie, City Boy Records en 1993. Après avoir sorti un nombre impressionnant d’albums, singles & EPs (respectivement 7 et 53), Eddie crée Detroit Wax en 2004, sous division de City Boy Records, et manière pour lui de commencer un nouveau chapitre musical avec un son plus mature et définitivement plus funky.

R-70205-1260864212.jpeg

C’est sur Detroit Wax que sort sa nouvelle production en juin dernier. Ce double pack sobrement appelé DW/0011 est conçu comme le premier d’une série de trois, deux disques hypnotiques, deep mais tout aussi entrainant. Parfait pour danser comme pour chiller. “Not Worries“, le premier morceau et notre favori, constitue la parfaite bande son pour flâner. La track instaure une atmosphère vagabonde, particulièrement poétique, comme une ballade dans les bois à la nuit tombée. “Oriane, la seconde track sur le premier disque, vous emmène dans un voyage où danse et transe sont réunis, sur fond de sonorités orientales, deep et kaléidoscopiques. “Stella” est de loin le morceau le plus personnel, électronique par excellence, il a parfois des accents de French Touch. Doux et irrésistiblement entrainant, c’est aussi le morceau sur lequel Eddie pose sa voix, naturellement, comme une conversation au téléphone. Enfin, la dernière track “Imva vous fera ressentir l’irrémédiable envie de bouger et de vous laisser porter par la musique. Une bonne grosse track calibrée pour les dancefloors.

Entrainant, poétique, hypnotique et funky, le double pack DW/0011 l’est tout à la fois et on se réjouit de voir Eddie Fowlkes, fondateur de la techno de Détroit pas toujours reconnu comme tel, recevoir un retour critique et public plus que favorable à cette sortie, première d’une série de trois.

Double pack DW/0011 disponible ici.
La page Facebook d’Eddie Fowlkes par ici.

Alia.