Détroit et Berlin sont deux capitales culturelles qui partagent de nombreux points communs, à commencer par la musique en général, et la techno en particulier. Si le genre est né dans la plus grande ville du Michigan, Détroit, c’est dans les clubs de la capitale allemande qu’il s’est pourtant développé pleinement. Le festival Detroit – Berlin: One Circle qui a lieu dans l’institution théâtrale hybride Hebbel Am Uffer (HAU), met à l’honneur cette relation unique, qui sera explorée à travers des conférences, des concerts, des installations artistiques et la venue d’une multitude d’acteurs de Détroit.

Le festival Detroit – Berlin: One Circle retrace la relation intime entre deux villes qui partagent de nombreux points communs. L’imaginaire des ruines est associé avec Détroit comme avec Berlin, et évoque une mythologie de l’austérité à l’opposé du glamour des grandes métropoles. Et en même temps les deux villes partage une histoire de longue date avec la musique techno, née à Détroit au début des années 1980. En plus de cette vaste richesse musicale, les pratiques artistiques et les politiques urbaines seront au coeur du programme du festival qui donnera la part belle à Détroit et aux nombreux musiciens, artistes, visionnaires et penseurs extraordinaires que la ville comporte.

33312451_10155396851976466_7818329359197929472_n

La techno qui nait à Détroit au début des années 1980 sous l’impulsion du désormais célèbre Juan Atkins, et de la première vague d’artistes techno que sont Eddie Fowlkes, Derrick May et Kevin Saunderson, n’aurait pu apparaitre dans aucune autre ville du monde. Combinant les influences industrielles, machiniques et presque fantomatiques de la Motor City, le riche héritage musical noir américain, particulièrement celui du funk et de George Clinton, et l’influence new wave européenne à travers la légendaire émission de radio d’Electrifying Mojo, les jeunes noirs américains de Détroit créent une musique qui révolutionnera l’industrie musicale par ses sonorités futuristes et son indépendance à toute épreuve. En 1988, l’anglais Neil Rushton se rend à Détroit et achète plusieurs morceaux déjà sortis des musiciens techno de Détroit. Il les réunit sur la compilation Techno! The New Dance Sound of Detroit, sorte de carte de visite de la techno de Détroit qui sort en Angleterre où elle rencontre un succès colossal avant de toucher les autres pays européens et l’Allemagne notamment.

Mike Banks, fondateur d’Underground Resistance en 1989 à Détroit, et de la structure de distribution Submerge en 1992, sera présent aux côtés de Mark Ernestus, géniale moitié de Basic Channel avec Moritz Von Oswald, et fondateur du mythique magasin de disques Hard Wax, et Dimitri Hegemann, fondateur du club et label berlinois Tresor pour explorer « comment la techno est arrivée en Europe ». Ils seront rejoints par Adrian Tonon qui travaille étroitement avec le maire de Détroit pour imaginer les futurs scénarios de la nuit de Détroit, sur le modèle de Berlin. Cette discussion qui ouvre le festival le 30 mai 2018, s’annonce en tout point passionnante.  Une seconde discussion toute aussi fascinante abordera l’importance ô combien réelle de la radio lors de l’émergence de la techno et jusqu’à nos jours. Elle réunira notamment Juan Atkins, qui viendra parler de l’influence de la radio sur sa carrière, mais aussi John E. Collins, DJ et producteur de Détroit, artiste cosmopolite, référence house de la ville et à la fois acteur majeur d’Underground Resistance (si vous êtes déjà allés chez Submerge, il accueille les visiteurs et donne toujours des tours passionnants). Deux autres conférences suivront, qui se concentreront plus autour de la notion de capital urbain, et verront intervenir des acteurs tels que Zoe Claire Miller, Ingrid Lafleur, Bryce Detroit, ou encore Cornelius Harris. 

33304120_10155396851671466_6605347543024926720_n

Un évènement sera aussi dédié au hip-hop où les textes politiques seront présentés de paire avec les considérations féministes – avec Miz Korona & The Korona Effect, Ché & Dj Stacyé J et AWA – African Women Arise. En plus d’un concert très attendu de Model 500, la formation musicale de Juan Atkins avec Mark Taylor, Milton Baldwin et Gerald Brunson, Mike Huckaby présentera Sun Ra Reel-to-Reel Sessions avec Richard Zepezauer & Lakuti. L’artiste de Détroit Tiff Massey sera également présente pour notre plus grand plaisir, et présentera une performance, ainsi qu’une installation. En préparation du festival, les artistes Nguyễn Baly, the SDW e.V. group and Kotti-Shop se sont rendus à Détroit et présenteront lors du festival les résultats de leurs résidences artistiques.

Festival Detroit – Berlin: One Circle du 30 mai au 2 juin 2018, Berlin, Hebbel Am Uffer (HAU).
Plus d’informations sur le festival sur le site de HAU en cliquant ici.
L’évènement Facebook en cliquant ici.

Crédit photos: Alia Benabdellah.

Articles similaires