Depuis sa création en 2011 le Collectif D.KO enchaîne les soirées que ce soit en tant que Dj ou organisateur, il y en a pour le tout le monde. Et leur tableau de chasse fait rêver pour un collectif pourtant très jeune mais dont le talent et l’audace ne trompent pas. De Genius Of Time à Oskar Offerman, en passant par Jeremry Undergerground Paris et Dj Steaw, sans oublier le boss d’Aniara Recordings Fabian Bruhn mais aussi Dj Rolando, leurs invités reflètent à merveille leur état d’esprit ainsi que leur attrait pour les producteurs et artistes de qualité.

Ils prônent avec ferveur l’utilisation du vinyle comme support et invitent de ce fait des artistes qui manient l’art de la galette à la perfection et dont les collections en feront pâlir plus d’un. Quoi de mieux pour encourager le renouveau de ce qui fut les premiers disques aux prémisses de la musique électronique. Et ils ne sont pas prêts de s’arrêter en si bon chemin, les projets se multiplient et l’initiative de la création d’un label apparaissait au final comme une évidence.

C’est donc chose faite avec la sortie d’un premier vinyle (pas de digital évidemment) sur le label éponyme D.KO Records, le tout accompagné d’une Release Party de qualité où le collectif a investi un hangar aménagé pour l’occasion. Dans la froideur hivernale, la chaleur humaine n’était pas de refus et les prestations lives et sets n’ont fait que nous redonner le sourire dans un lieu inédit où des graffs très réussis ornaient les murs, au final qu’on se le dise c’était quand même assez jouissif de danser devant la vierge Marie. C’était donc parfait pour marquer le coup et sortir le premier vinyle d’une longue série espérons le.

Que dire ? La prise de risque n’était pas moindre, le pressage d’un vinyle n’est pas donné mais il en valait totalement la peine. Intitulé Coeur d’Artichaut, ce premier EP fascine par sa cohérence et sa justesse. Le mastering est presque sans défauts, on a des morceaux propres qui s’écoutent avec un grand plaisir et puis le son du vinyle ajoute cette petite touche caractéristique, les basses détonnent efficacement et l’on ressent encore mieux chaque sonorité.

Le premier morceau Biblife est l’oeuvre du talentueux Flabaire qu’on apprécie tout particulièrement ici. La rythmique fait quasiment tout, il y a une certaine violence apparente dans cette track, une sorte d’intensité qui s’élève au fur et à mesure que le temps défile. La répétitivité des notes de synthé n’enlèvent rien à ce morceau qui claque c’est le mot, on l’imagine tout particulièrement sur des enceintes qui poussent les aigus au maximum, la claque serait d’autant plus grande.

Dans un autre registre tout aussi plaisant le titre I Never du dénommé Paso est une véritable histoire racontée avec passion. Le sample est tout simplement magistral rappelant la France de la Belle Epoque, le crépitement du vinyle n’y est sûrement pas étranger. S’ajoute alors des percussions qui collent parfaitement à l’atmosphère, rappelant l’ambiance de certains morceaux de Theo Parrish et plus récemment de Moomin qui a affiché cette volonté d’aller chercher des sonorités moins contemporaines en fond pour y coller un style électronique. C’est réussi, c’est beau et ça détend vraiment.

La face B vient marquer une vraie diversité dans cet EP avec le titre Quartier Sex produit par Mad Rey, nettement plus orientée House, parfait pour relancer un public chauffé à blanc. On y voit plusieurs inspirations, la vocal colle à la peau du morceau, ce n’est pas sans rappeler les formidables prods du peu reconnu Jason Grove, à la sauce Chicago. Le break est efficace et on repart de plus belle au drop, rien à redire.

Enfin un remix de I Never par Petr Serkin vient clore un premier vinyle complet et varié. Efficace, il donne une vision différente et plus énergique de ce morceau déjà très élaboré. On retrouve des percussions similaires, l’absence du sample n’est pas du tout préjudiciable, du moins il est retravaillé pour offrir une ambiance différente plus spatiale qui laisse rêveuse.

Un début prometteur donc, on hâte de voir la suite et de continuer à les voir grandir.

Pour ceux qui n’ont pas encore le vinyle il est en vente par ici

La page Facebook

La prochaine soirée D.KO

Thibault

 

Articles similaires