Aujourd’hui 8 mai, l’exposition « Cachemiris, instantanés d’un peuple à l’avenir incertain » s’ouvre à Paris, au centre culturel FGO Barbara. Celle-ci présente une merveilleuse série photographique du Cachemire Indien, à travers le prisme de ses habitants.

Le Cachemire est depuis 70 ans, le théâtre d’un conflit qui fragilise sa vallée et menace son héritage, le Kashmiriyat. Fruit de siècles de cohabitation et de mélanges de croyances, cultures et religions, le Kashmiriyat est un art de vivre reposant sur la tolérance et dans lequel l’identité Cachemiri prend racine.

Pourtant, la région a essuyé de nombreuses violences depuis le début de la première Guerre indo-pakistanaise en 1947, qui voit le Cachemire partagé entre l’Inde et le Pakistan. Alors que l’Inde continue à réclamer l’intégralité du Cachemire historique, la vie quotidienne suit son cours pour les habitants de la région, dont la culture et les traditions se trouvent occultées par le poids médiatique du conflit, et les images de violence. C’est précisément cet aspect, trop souvent passé sous silence, qu’a voulu nous faire découvrir le photographe Antoni Lallican. Au travers de cette histoire tourmentée, le peuple Kashmiri tente de conserver son identité et rêve d’autodétermination même si son avenir reste incertain, et c’est toutes ces problématiques qui sont au cœur de l’exposition « Cachemiris, instantanés d’un peuple à l’avenir incertain ».

_DSC05028

Le photographe de l’exposition, Antoni Lallican, est un passionné de voyage, qui parcourt le monde, appareil en main, afin de capturer les moments qu’il vit et les personnes qu’il rencontre. On dit souvent que les voyages font grandir, et qu’ils sont faits de rencontres, Antoni Lallican réalise pleinement cet adage dans son parcours, et par cette première exposition photographique qui montre autant sa sincérité envers son sujet que son talent artistique. Si l’exposition présente une nécessaire contextualisation historique du Cachemire et de ses populations, il focalise son travail sur les habitants du Cachemire à travers une série de portraits, comme pour figer l’instant, la rencontre humaine, et l’authenticité de la relation qui s’établît entre lui et ses compagnons de voyage.

Après avoir travaillé pendant plusieurs années sur un poste sédentaire, Antoni Lallican a choisi d’amorcer un changement radical dans son mode de vie, et ce, à travers un premier grand voyage. Il se découvrit une passion pour la photographie, notamment grâce aux fantastiques interactions humaines crées grâce à l’appareil photo. Il a depuis choisi de se professionnaliser et s’intéresse notamment aux portraits spontanés réalisés dans leur environnement réel et immédiat. Voyageant seul, il essaye de s’immerger au maximum au sein des pays qu’il traverse et des populations qu’il rencontre afin d’avoir un regard le plus objectif possible sur les expériences qu’il vit.

« Cachemiris, instantanés d’un peuple à l’avenir incertain » présente ainsi une série de photographies qui vous plongeront dans l’histoire du Cachemire, tout en découvrant des portraits somptueux, fruits d’une longue aventure humaine et culturelle.

Alia.

Exposition du 8 mai au 3 juin 2018. FGO Barbara, 1 rue de Fleury 75018 Paris.
Plus d’infos sur le site du centre culturel FGO Barbara.

Visuel 2 Expo Antoni Lallican 72dpi

 

_DSC0037