En jonglant entre les influences musicales, le jeune duo irlandais Brame & Hamo sort sur leur propre label un EP impressionnant. Alors que le vinyle s’est fait une petite place dans le top 3 des ventes Juno entre Borrowed Identity et Floating Points en cette fin janvier, on a discuté avec Brame.

Pour resituer les deux Irlandais, Detroit Swindle les a insérés dans sa tracklist 22tracks, entre du Terrence Parker et Dan Shake, pendant que le duo – lui berlinois – Session Victim a remixé leur « Clockwerk » dans une version deep-house que Juno qualifie d’« ultra-deep goodness ». Les présentations sont faites, place à la musique.

Brame et Hamo viennent de Sligo, bourgade de 20.000 habitants du grand-nord Atlantique de l’Irlande. En duo ou seuls aux manettes, ils ont sorti à eux deux cinq EP. Sur Morris / Audio – qui a notamment sorti du Huxley ou du Iron Curtis – et sur le label Dirt Crew Recordings des Allemands éponymes, ils ont fait leurs armes pendant deux ans avant de sauter dans le grand bain et de créer leur propre structure. Splendor & Squalour est né avec l’EP « #001 », et donne aux deux producteurs libre champ à leur talent. Brame explique.

We just really made what we wanted. But sure, there is lots of hip hop influences in there, and we just try to make tracks that don’t sound like they are made on a computer.

Dans « #001 », Brame et Hamo multiplient les références et font appel à un spectre de samples aussi vaste qu’ingénieux. A la limite du hip-hop au début, le troisième tiers du track renverse tout ce à quoi on s’attendait avant. Un sample vocal qui reste en tête. Dans leur remix, le duo allemand de Session Victim abandonne ces samples vocaux pour en retenir seulement un et retravailler autour, encore et encore. On aime ou on n’aime pas, les retours changent du tout au tout entre les écoutes.

Well Hamo actually comes from a more hip hop background than me. I only got into hip hop like 3 years ago, whereas he has got a great knowledge of that world. I think we just take a kind of hip hop approach to making house, like from sampling and stuff. It is a lot more fun. I like to think its a nice mixture of old school house and kind of J Dilla, Pete Rock or A Tribe Called Quest.

C’est finalement la face B. de cet EP qui semble faire l’unanimité. Avec « S.O.U.L. », les deux compères ne font pas dans la dentelle. Massif et s’appuyant encore une fois sur un lourd vocal, le track remue. On y retrouve encore des influences hip-hop, Juno parle de « hip-house ». Appellation justifiée, puisque le sample est tout simplement un track de Eric B & Rakim, mythique duo de hip-hop de Long Island, New York. Et l’EP de se clore sur « Full Custody ».

Après ces quatre tracks, on comprend la patte du duo irlandais, et on en attend plus. En mêlant un groove et une ligne de basse granuleux à souhait aux samples vocaux d’influences hip-hop, Brame et Hamo se sont incontestablement créés une niche en s’appuyant sur une production simple et efficace. Comme quoi, on suivant ce que l’on aime, les résultats n’en sont que meilleurs.

 

We deeply thank Brame for his contribution, and moreover for the music!