VERSION FRANÇAISE DISPONIBLE PLUS BAS

High Five Magazine is happy to welcome OB Ignitt for an interview. Song writer and producer from Detroit, Michigan, OB is in the music scene since the 90’s and started doing electronic music a few years later, alongside his friend Omar S. We talked about his path, his productions and his conception of electronic music.

Hi Ob, you started as a musician and a writer, how do we go from this to DJing?
Well, just like in any genre of music, if you’re making good music, then the people want to see you, so when you’re producing house and techno music, people want to see your face and what you bring to the table, they want to hear your productions so that’s kind of how I starting by doing that! But I started by doing R’N’B, pop and rap early 90’s up until 2003-4, basically I was just writing and producing also I was doing stage production, and travel as a band member. I was signed with Sony Records and did stage production, plays, and concerts as a drummer.

And then you start DJing or producing?
Producing! Actually I just started DJing last year, before that, I just did a few live sets but mostly it was about the productions, and like I said more and more people wanted to see me, hear my style of DJing so I’m still learning how to DJ because I wasn’t brought up on DJing. Live set is easy because it’s basically productions, making tracks, but people want to see you more than a hour so I’m transitioning from live set to DJing now. To be honest with you, I never set out to actually be a DJ because I was more about the productions, the music; I’d rather be known for productions than being a DJ because you know, everyone can be a DJ weather good or bad but not everybody can produce, making heartfelt music and changing the world with music. Even for a remix, for example, if I have 20 parts of the song, I might use maybe 5 parts of it, and completely remake the song over from scratch whereas most people would use 15 parts of it for making a remix.
My productions are trying to fill the gap between house and techno, and try to blend them together. I don’t want to be put in a box like “I’m a techno artist” or “I’m a house artist” – if it is an EP with 3 or 4 songs on it, one song might be my interpretation of techno, one song would be my interpretation of house and the third would be a blend of both, with some neo, soul funk. And also when I do my productions I make two songs and one, like the first part of the song can be totally different from the second half. And if someone is DJing it he can have the option of playing the part of the song he wants!

11749485_661464267321044_919103016_n

And how do you like it (DJing)?
It’s pretty nice, it’s nice to see the audience and the crowd vibe to your style of DJing, your pick of music – which I’m still learning you know… Different areas have different styles that they want to hear but for the most part they be like just “do what you! Play what you like, and play from the heart and the people will follow”.

Your released several tracks on FHXE Records (Omar S’ record label), and seem to have a special relationship with Omar, could you tell us about your work together and how it began, how it is…?
Me and Omar S started producing tracks back in 1999, I was still kind in the music industry – mainstream music industry and Omar S was more or less a DJ first and then started producing and for years and years we just made tracks and records, 99% of them have never came out but we were just making tracks. We probably made like over 200 songs and a decade later, he would call me in if he needed a baseline on a track, some drums, some keys or whatever. We did Wayne County Hill Cop’s in 2010, and if was released two years later. He was going through it, and other people were hearing it and he’s was like “oh yeah I got to put this out”, he released it and the rest is history. Its like one of the biggest house tracks of the last decade and after that people were like “who is this OB?”, after that I had to put out my next record!

Could you give us your impressions about Omar, about his work?
Omar S
is brilliant! And being a friend of his, I can tell him if I don’t like something, or I’m not feeling it etc. I think he made primarily 70 records I believe, I heard about 50% of his work because there’s so much of it. The evolution of his style and DJing – from producer to DJ – is amazing. When you look back at it, and listen to his earlier work and now, it’s like he changed the genre, his evolution catches you off guard, you’re like “hey this is Omar S?!”!

What instruments are you playing? And do you like to play music, “actual” music and instruments when you are producing electronic stuff?
Well I was born and raised playing drums for 32 years, so I’m a natural drummer first. And then I played keys, organ, my mother and grandmother are pastors so I played drums at my church growing up and along the way I learned to play the piano and the organ, hum a little sax, a little bass also. But primarily I’m drummer first, keyboardist second!
And yes, when I produce I play live keys, like for my last record or for Let It Do What It Does which is a mixed by Omar S, we mixed it at FXHE Studio and I was playing live keys on it. Some people call it a remix but it’s actually not a remix! I re-recorded the song and played live keys on that version, I just wanted to give him credit on it. Just to clarify!

So you prefer to do a live or a DJ set?
A part of me prefers to do live because some of the bookings and requests, and fellow producers and DJs would rather to see me play live. I guess I made a big splash in these last three years (and I’m not gonna say like no one else but I have a nice following), and it helps being on FHXE Records of course! I feel like people thought, “hey this guy is different, we got to see this guy” and my productions are not the typical format of what house or techno music “should” be, cause I’m bringing the elements from R’n’b, gospel, funk etc. I want to make dance music and whatever fits in that! I prefer to do live sets because that’s when I play keys, bass etc. and that’s what people really want to see. And it’s easier for me, because production comes easy since I’ve been doing it since almost 33 years, so it comes easy for me to do production whereas being a DJ – that’s an art! You might take a decade to really learn what the crowd moves to, beat matching etc. I’m still learning the art of DJ when producing is natural.

You created your own label, OBONIT Records, in 2014, why and with what purpose?
I created the label, first off all most people were telling me that it is good to start your own label, that way you have credit control over putting stuff out. I still produce with Omar S and FHXE Records but it was time for me, since I’ve been doing music for over 20 years, and it was time to start my own label and put out the stuff that I really like. I want to help other fellow upcoming artists and also branch off from house, techno and dance music, not to be known just for that, but for all genres of music like Pop, EDM, R’n’b, gospel etc. I’ve got a lot demos from people across the world, a lot of people sent me material and when I’m overseas I’m handed and listening to so many people’s work.

What did your parents used to listen when you were growing up? Your familial influences?
My parents were listening mostly to the Motown Sound, R’n’b and gospel. From the 60’s to the 70’s it was James Brown, The Supremes, Stevie Wonder, Smokey Robinson – so the Motown Sound. In the 80’s it was the disco era, in the 90’s it was Luther Vandross and these kind of things, mostly Rhythm & Blues that I listened to when I was growing up. And gospel also, my mother is a pastor, my grandmother was a pastor, my father is the church organist i, so a lot of gospel was listened to and played in the house, and car. That’s where a lot of my influence comes from, being in church you learn a lot of different chords, and keys and drum rolls that I brought into the dance music world.

About Detroit, you were telling us about Motown, which is known all over the world, is there another Detroit music that you wish had more attention?
Not necessarily because the Motown Sound were very influential from the 60’s to the main 80’s and after that, a lot of big artists moved away. For almost two decades – besides the techno movement in the mid 80’s with Juan, Derrick etc. – Detroit was kind of getting away from music. Even today there isn’t so many rap or R’n’b or rock artists, you can count them on one hand who’s making a splash or made it.

Could you give us a few artists that you really love, past or present?
Past – I would say Juan Atkins, Derrick May, Kenny Dixon, Theo Parrish, Scoot Grooves, Glenn Underground and Omar S of course! Present– John F.M. from FXHE Records, he just released two albums this year with Omar S, Jay Daniel is another one I look out for, Kassem Mosse, Kyle Hall, Big Strick’s Son Trey form Generation Next also. There are to many to list but I guess ill give home town love to some. These last guys I mention are the new hitters that I have mad respect for. I got to listen to the older pioneers records in the late 90’s but I wasn’t heavy on them. Now going back, I’m a huge fan because I get to see their entire body of work fresh! I can listen to it with an open ear and mind, and not be influence by someone’s opinion of what’s good. I can have form my own opinion about it and enjoy it as if it was new.

A specific question about Oh Jabba, something about the vinyl cover… Who was the main personage on it dressed like Han Solo? Was Star Wars a big influence for you?
That’s me! I came up with that because one of the bass line of “Oh Jabba” remembers me about Jabba Hutt’s laugh in Star Wars and the OH in it are actually my initials Omar Harper. So the artwork is me on top of Han Solo body, and then you have Jabba the hut which is standing in front of me, and it’s like I’m saying “Oh”, so Oh Jabba.
Sometimes I make 10 songs in one day, and they don’t really have a name, I just do productions and then put a name later on it like for Oh Jabba. So I didn’t really have a plan for it, it came afterwards, same thing with Wayne County Hill Cop’s, we produced it almost 2yrs prior of release date. One day someone listened to it and said to us “hey that’s kind of remind me of Beverly Hills’ cops movie” – I can’t remember song name but the theme song… that’s why we ended up naming it the song Wayne County Hill Cop’s and the artwork was basically the Beverly Hills’ cops movie poster with me and Omar S pics that look like mugshots and put them on top of a Eddie Murphy’s body.

R-4111366-1355601691-3156.jpegOh Jabba – 2012

About Move D – when we met him, he told us about you and how kind you were to show him Detroit etc; how you did you meet? Any plans on working together?
I’ve met Move D through Keith Worthy who throws an annual barbecue during the Movement Festival, and I’ve met Move D and his agent Pernille during this time! We just hit it off, he’s a humble guy, he’s a nice soul. Since then we’re keeping in touch through Facebook and text, he is a hell of a producer and DJ. As far of working with him, we actually worked on a few tracks, me, Keith Worthy, Big Strick and Move D, so right now we’re trying to put that together and put a record out featuring the four of us on maybe two or three songs.

You did a Boiler Room a few months ago and some dates in Europe, how did you like it? What did you think about the European scene, people etc.?
I love it! I only did a few DJ sets or live sets, but in Europe, the fans and the people are – I’m not gonna to say better – but it is kind of unique. They are different kind of fans, Europeans fans will following you everywhere, you can be in Paris one day and see same fan/party goer in Germany at that party, and then you can play in New-York the next week and see that same fan, whereas most of the fans from the States they’re not really traveling outside of the US, to see you. So I appreciate the love and the fan support, because without them I’m nothing and this is why I want to put out some good music.

Any news or releases in a near future?
I have a new record just relased last week with Omar S, The 90’s Evolution Of What Is Was. The record is a little different from what we did together before, but I believe people are going to like it because it’s two different sides of me and Omar S, it shows the versatility in us to stripped down and go to the basics. Hints the Album name “The 90’s Evolution of What It Was”.

Warmest thanks to OB Ignitt.

____________________________________________

VERSION FRANÇAISE

High Five Magazine est heureux d’accueillir OB Ignitt pour une interview. Compositeur et producteur de Détroit, OB évolue dans la scène musicale depuis les années 1990 avant de se lancer dans la musique électronique quelques années plus tard au côté de son ami de toujours, Omar S. Retour sur son parcours, ses productions et sa conception de la musique.

Bonjour OB, tu as commencé en tant que musicien et compositeur, comment passe-t-on de ça au métier de DJ?
Et bien comme dans tous les genres de musique, si vous faites de la bonne musique, alors les gens voudront vous voir. Et quand on produit de la house ou de la techno, les gens veulent vous voir et voir ce que vous avez à apporter, et c’est comme ça que j’ai commencé à faire ça.
Mais j’ai commence par faire du R’n’b, de la pop, et du rap au tout début des années 1990 jusqu’à l’année 2003-2004. Techniquement j’écrivais et produisais, aussi pour la scène et donc en tournée avec des groupes. J’étais signé sur Sony Records et fais pas mal de scène en tant que batteur.

Et ensuite, tu as commencé par mixer ou produire?
Produire! J’ai seulement commencé à mixer l’année dernière, avant ça j’avais fait quelques live sets mais je m’intéresse plutôt à la production et comme je l’expliquais le fait de produire a engendré que les gens voulaient me voir en club, donc je suis toujours en train d’apprendre le métier de DJ, qui n’était pas quelque chose de familier pour moi. Le live est facile puisque c’est de la production, faire un morceau mais j’essaie de faire ma transition entre ça et DJing maintenant. Pour être honnête avec vous, je ne me suis jamais vu comme un DJ, parce que j’étais plus dans de la production, la musique et je préfèrerais être reconnu pour mes productions que pour être un DJ parce que tout le monde peut être DJ mais tout le monde ne peut pas produire et faire de la musique sincère. C’est la même chose pour les remix par exemple, si j’ai 20 parties d’un son, je ne vais en garder que 5 et totalement refaire le son depuis le commencement, quand d’autres DJs vont en utiliser 10 voire 15 pour remixer.
Mes productions essaient, depuis que j’ai rejoint le monde de la house et la techno, de remplir le fossé entre la house et la techno, et essayer de n’en faire qu’un tout. Je ne veux pas qu’on me coller une étiquette de « DJ house » ou de « Dj techno », si je fais un EP avec 3 ou 4 morceaux par exemple, le premier sera mon interprétation de la techno, le second mon interprétation de la house et le troisième un mélange de deux aux influences neo, soul funk. Et quand je fais mes productions j’essaie aussi de faire deux morceaux en un, la première partie pourra être totalement différente de la seconde, et si quelqu’un veut le mixer il aura le choix de jouer une partie ou l’autre.

Et le Djing te plait ?
C’est plutôt cool de voir l’audience bouger sur votre musique, vous devez choisir les musiques etc ce que j’apprends toujours à faire. Différents endroits ont différents styles qu’ils veulent écouter mais pour la plupart ils sont là « hey fais ce que tu as à faire, joue ce que tu aimes avec le cœur, et les gens suivront » !

Tu as sorti plusieurs morceaux sur FXHE Records (le label d’Omar S) et semble avoir une relation privilégiée avec lui, est-ce que tu pourrais nous en dire un peu plus sur votre travail ensemble, comment c’est etc… ?
Omar S et moi avons commencé à produire des morceaux en 1999, j’avais toujours un pied dans l’industrie musicale mainstream et Omar était déjà plus ou moins DJ en premier lieu, puis s’est dirigé vers la production. Pendant des années et des années on a composé des morceaux et des albums, dont la majorité n’est jamais sortie mais on aimait juste faire des morceaux. On en a probablement fait à peu près 500 et une décennie plus tard, il m’appelle quand il a besoin d’une ligne de basse sur un morceau par exemple ou de la batterie, du clavier ou autre, ce à quoi je réponds oui.
On a fait Wayne County Hill Cop’s en 2010, et deux ans après quelqu’un l’écoute et lui se dit qu’il doit le sortir sur son label et tout le monde connaît la suite. Après ça les gens se demandaient « qui est cet OB ? » etc et j’ai du sortir un prochain morceau !

10455457_567838390016966_2812816353974214796_nOB & Omar au Grasshopper Underground, Detroit

Est-ce que tu peux nous donner tes impressions sur Omar S, son travail etc. ?
Omar est brillant ! Et l’avantage d’être son ami, c’est que je peux lui dire quand quelque chose ne me plait pas par exemple. Je crois qu’il a fait plus de 70 records, et j’en ai écouté environ 85% – il y en a tellement ! Et l’évolution de son style et de sa manière de mixer – en plus de celle de DJ à producteur, est extraordinaire. Quand on se remémore ça et qu’on écoute ses premiers morceaux en comparaison avec ceux d’aujourd’hui, c’est comme s’il avait changé le genre, son évolution vous surprend en permanence !

De quels instruments joues-tu ? Joues-tu de ces instruments quand tu produis des morceaux électroniques ?
J’étais été biberonné à la batterie et en joue depuis 30 ans donc je suis un batteur en premier lieu. Mais je joue aussi du clavier, de l’orgue – ma mère et ma grand-mère étaient pasteurs, donc je jouais de la batterie à l’Eglise en grandissant. En cours de route j’ai appris le piano, et aussi un peu de saxophone, et de basse. Mais je suis un batteur avant tout, et un claviériste en second !
Quand je produis je joue effectivement du clavier, comme sur Let It Do What It Does qui est un remix d’Omar S, on a enregistré le morceau ensemble puis j’ai joué par dessus et certaines personnes l’ont appelé remix mais ce n’est pas le cas ! J’ai réenregistré le morceau en jouant du clavier chez lui, donc juste pour lui donner le crédit qu’il mérite !

Et ta préférence va au live ou au set ?
Une part de moi préfère le live parce que les bookeurs, collègues DJs ou producteurs préfèrent me voir en live. J’ai fait du bruit ces trois dernières années et ça aide bien évidemment d’être sur FXHE ! Mais j’ai l’impression que les gens ressentent ça comme « hey ce mec est différent, on doit aller le voir » et mes productions ne sont pas d’un format classique en house ou techno parce que j’y inclus des éléments du R’n’b, du gospel, du funk etc. Je veux faire de la danse musique avec tout ce que je peux mettre dedans !
Je préfère faire des love parce que c’est là que je joue du claviers, de la bass, ce que les gens veulent vraiment voir. Et c’est plus facile pour moi, puisque je fais de la production depuis une trentaine d’années, que le DJing qui est un art ! Tu peux avoir besoin d’une décennie pour vraiment apprendre comment le public évolue, sur quoi il bouge, les différentes beat machines. Je suis toujours en train d’apprendre alors que la production vient naturellement.

Tu as créé ton propre label, OBONIT Records en 2014, pourquoi et dans quel but ?
J’ai créé mon label tout d’abord parce que la majorité des gens me disaient que c’était quelque chose de positif, cela permet d’avoir un meilleur contrôle sur ce qui sort. Je produis toujours avec Omar S sur FXHE mais c’était le moment pour moi, qui fait de la musique depuis plus de 20 ans, de le faire, et de promouvoir ce que j’aime vraiment. Et je l’ai fait aussi parce que je veux pouvoir aider mes jeunes collègues montants tout en bifurquant parfois de la house et la techno. Je ne veux pas être connu uniquement pour ça, mais pour tous les genres de musique, rap, R’n’b, gospel. J’ai reçu un bon nombre de démos de gens à travers le monde, beaucoup m’envoient des morceaux et quand je suis en Europe, j’en écoute aussi énormément.

Qu’est-ce que tes parents avaient l’habitude d’écouter quand tu grandissais ? Quelles sont tes influences familiales ?
Mes parents écoutaient principalement le Motown Sound, du R’n’b et du gospel. Depuis les années 1960 jusqu’aux années 1970 c’était James Brown, les Suprêmes, Stevie Wonder, Smokey Robinson – essentiellement le Motown Sound. Dans les années 1980 c’était l’ère du disco, dans les années 1990 des choses comme Luther Vandross, c’est surtout du Rhythm & Blues que j’ai écouté en grandissant. Beaucoup de gospel également, ma mère était pasteur, ma grand-mère était pasteur, mon père était un organiste à l’église donc on écoutait beaucoup de gospel, dans la maison, la voiture. C’est de là que viennent la plupart de mes influences, quand tu es dans le gospel, tu apprends beaucoup d’accords différents, de clés, et de riffs de batterie que j’ai ensuite appliqué à la dance music.

Peux-tu nous donner des noms d’artistes que tu aimes particulièrement, qu’ils soient passé ou présent ?
Passé – je dirais Juan Atkins, Derrick May, Kenny Dixon, Glenn Underground et Omar S bien sur !
Présent – je dirais John F.M. qui vient juste de sortir un album sur FXHE Records avec Omar, Jay Daniel que je suis attentivement, il est déjà pas mal connu mais son style progresse encore de jour en jour. Kyle Hall également, ils font partie de mes nouvelles influences. Tout comme Theo Parrish qui n’est plus un novice, tous ces gens que j’ai rencontré et dont j’écoutais les morceaux dans les années 1990 mais sans être trop impliqué. Maintenant je suis encore plus un énorme fan de ces artistes puisque j’ai pu réécouter leurs travaux avec un œil et un esprit plus ouvert à cette musique.

Une question plus spécifique sur le morceau Oh Jabba et son artwork. Qui est le personnage habillé comme Han Solo ? Star Wars est une grosse influence ?
C’est moi ! J’ai trouvé cette idée parce qu’une des lignes de basse de « Oh Jabba » me faisait penser au rire de Jabba le Hutt dans Star Wars et le OH ce sont mes initiales. Donc l’artwork c’est ma tête sur le corps de Han Solo et Jabba qui se tient face à moi et qui me semble dire « oh », donc « Oh Jabba » ! Parfois je peux faire jusqu’à dix sons par jour et ils n’ont aucun titre, je produis et invente un nom ensuite, comme pour Oh Jabba. Du coup ça n’était pas vraiment prévu, cela vient ensuite. C’était la même chose avec Wayne County Hill Cop’s, on l’a produit (avec Omar S), et fait écouter à quelqu’un qui nous a dit « ça me rappelle en quelque sorte la musique du Flic de Beverly Hills ! » – je ne me rappelle plus quel son précisément, mais c’est pour ça que le titre du morceau est Wayne County Hill Cop’s et que l’artwork représente l’affiche du film avec la tête d’Omar et la mienne posée sur le corps d’Eddie Murphy !

R-3339064-1328385548.jpegWayne County Hill Cops, 2012

A propos de Move D, quand nous l’avons rencontré il nous a dit que tu avais eu la gentillesse de lui montrer Détroit pendant le Movement, comment vous êtes vous rencontrés ? Des projets musicaux en commun ?
J’ai rencontré Move D par Keith Worthy qui organise un barbecue annuel tous les ans pendant le Movement, où j’ai rencontré Move D et son agent Pernille. On s’est juste bien entendu, c’est un gars très humble, il a une belle âme. Depuis on est resté en contact, c’est un très bon producteur et DJ ! On a en effet bossé sur quelques morceaux avec Keith Worthy, Big Strick, lui et moi donc maintenant on essaie de fignoler tout ça et de faire un EP avec deux ou trois morceaux nous réunissant tous les quatre.

Tu as fait une Boiler Room il y a quelques mois et plusieurs dates en Europe, cela t’a plu ? Comment tu vois la scène européenne, les gens ici etc. ?
J’adore ! Je n’ai fait que quelques DJ sets ou lives mais en Europe les gens sont – je ne vais pas dire les meilleurs – mais c’est vraiment unique. Il y a différents types de fan, mais les Européens sont les plus assidus, ils vous suivent partout, tu peux être à Paris un jour et tu y vois un gars qui vient d’Allemagne que tu retrouveras à New-York la semaine d’après ! Et quand tu penses aux fans aux Etats-Unis qui ne voyagent vraiment jamais en dehors de nos frontières, c’est vraiment différent. J’apprécie sincèrement le support et l’amour de mes fans, parce que sans eux je ne suis pas grand chose, et c’est la raison première pour laquelle j’essais de faire de la bonne musique.

Des nouveautés à venir dans un futur proche ?
J’ai un nouvel album produit avec Omar S, The 90’s Evolution Of What Is Was, qui sortira surement dans quelques semaines et cela va être un peu différent de ce qu’on a fait précédemment tous les deux. Je pense que cela va plaire aux gens car c’est deux différents côtés d’Omar et moi, ça montre l’universalité.

Remerciements chaleureux à OB Ignitt.

OB Ignitt on Discogs.

Crédits photos OB Ignitt.

Alia.