Chacun à leur manière, Prosumer et Nick Holder ont fait avancer le monde de la musique électronique. Nick Holder, dont la liste de productions semble infinie, fut une figure majeure dans les années 90 avec ses samples qui ont marqué l’histoire de la house. Prosumer est souvent cité par ses pairs comme une référence en tant que dj, sa sélection éclectique et pointue lui a ouvert les portes du Panorama Bar dont il était résident durant ses années à Berlin.
Ils sont les invités de prestige de la prochaine Confluence du collectif Into The Deep au Djoon. Interview croisée.

– ENGLISH VERSION BELOW –

Comment le travail de l’un a-t-il influencé le travail de l’autre ? 

ProsumerJe pense que mon premier disque de Nick Holder était « Take Me » et je l’ai beaucoup joué lui et d’autres morceaux du label DNH à l’époque où ils sont sortis. Cela m’a pris une éternité de mettre la main sur une copie de « Digital age ». Certains d’entre eux n’ont jamais quitté mon bac. 

Nick HolderJe ne suis pas familier avec les productions de Prosumer mais j’ai entendu du grand bien de lui.

Corrigez moi si je me trompe, mais le nom Prosumer évoque d’abord un dj reconnu et Nick Holder un producteur prolifique, mais vous produisez et mixez tous les deux, comment le djing a-t-il influencé votre manière de produire et inversement ? 

ProsumerMes productions sont évidemment très influencées par la musique que j’aime et que je joue. 

Nick HolderAu départ, j’ai commencé en tant que dj puis je me suis mis à la production, c’était pour moi l’étape suivante. 

Dans chacun de vos actuels et précédents lieux de résidence, (Edimbourg et Berlin, Toronto et Afrique du Sud), comment décrieriez vous la scène électronique ? Comment a-t-elle évolué depuis vos débuts ? 

Prosumer J’ai vécu maintenant depuis trop longtemps à Edimbourg pour pouvoir parler de Berlin. J’ai aussi parfois du mal à parler de « la scène » quand on en vient à parler d’Edimbourg. Ce terme ressemble à quelque chose de fixé et d’interconnecté. Ce que j’aime avec Edimbourg, c’est qu’on a le sentiment qu’il se passe beaucoup de choses, mais pas forcément connues de tous. De nombreux acteurs font des bonnes choses sans s’en vanter. 

Nick HolderToronto avait une grosse scène house dans les années 90. Aujourd’hui, ça a bien changé, la nouvelle génération est plus portée sur la pop, le hip-hop et l’EDM, mais on a toujours une scène house correcte mais jamais aussi grosse que dans le temps. Quant à l’Afrique du Sud, ils ont la plus grosse scène house du monde.

Quelles sont les décisions que vous avez eu à prendre au regard de la musique qui ont marqué un tournant dans votre vie? 

ProsumerJe me suis souvent retrouvé à la bonne place au bon moment.

Nick HolderUn des plus importants tournants fut quand j’ai arrêté les vinyles pour passer au MP3. J’aime mes vinyles mais quand on en vient aux différents voyages, j’étais fatigué de devoir toujours transporter mes disques et que les aéroports perdent sans cesse mes sacs.

Envisagez-vous de faire un live dans le futur ? Achim, peut-être avec Murat Tepeli et Nick avec une sélection de tes meilleures productions ?

ProsumerPas de plans pour jouer un live dans le futur !

Nick HolderAucun live de prévu.

Quel est votre lieu favori pour voyager quand vous mixez ?

ProsumerPlusieurs endroits pour différentes raisons. Vous ne pouvez pas comparer la plage en Croatie avec un soundsystem japonais ou avec Glastonbury. Je suis heureux de pouvoir dire qu’il y a plein de bonnes raisons d’aller dans différents lieux. 

Nick HolderMes spots favoris sont l’Afrique du Sud et Paris.

J’ai lu quelque part que Achim avait annulé un dj set car il n’avait pas ses disques, inversement Nick, tu sembles suivre la technologie (ton dos te remercie), qu’est ce que vous pensez de ça ?

ProsumerJe continue de préférer de jouer mes disques si l’équipement le permet, ce qui est de plus en plus rare de nos jours. C’est un choix personnel, je n’ai rien contre la technologie.

Nick HolderLe truc avec le vinyle, c’est que la qualité du son est toujours roi. Les MP3 et les WAV sont bons mais rien de comparables aux vinyles, cependant c’est assurément bon pour votre dos.

Achim, étant à la fois un chanteur et un dj qui apprécie les vocales, et Nick en tant que producteur ayant samplé de nombreux morceaux, pensez-vous qu’un dj set se doit de contenir des morceaux avec de grandes et puissantes vocales ? Est-ce que cela peut changer le cours d’une nuit ?

ProsumerBien sûr qu’elles le peuvent, mais je ne pense pas que ça soit une obligation. Avec les vocales, vous rendez la musique plus accessible et qui n’aime pas reprendre les paroles ? Mais elles peuvent aussi être très dominantes. 

Nick HolderPas nécessairement, un peu de chaque est la meilleure combinaison, je veux dire, je ne pourrais jamais faire une partie avec seulement de l’instrumental, vous devez mixer tout ce bordel ensemble.

Achim, as-tu déjà pensé à créer/gérer ton propre label, maintenant que tu es basé à Edimbourg ? Nick, comment s’est passé ton expérience avec DNH et Treehouse ?

Prosumer Pas de label de prévu pour le moment. 

Nick HolderJ’ai lancé DNH en 1991 et Treehouse en 95, c’était le bon temps pour presser et vendre des disques. En 2005, j’ai fait passer le label en digital mais l’excitation n’est juste plus là, mettre en ligne des MP3 et les vendre est terriblement ennuyeux. Mais je compte sortir des éditions vinyle limitées cette année,  en 12’’ et en 7’. 


– ENGLISH VERSION –

 

How has the work of one influenced the other ?


Prosumer
I think my first Nick Holder record was “Take Me” and I played this and other DNH tracks a lot around the time they were released. It took me forever to get hold of a copy of “digital age”. Some of those have never really left my bag.

 

Nick Holder – I’m not familiar with Prosumer’s production but i heard he’s dope 

Correct me if i’m wrong but, the name Prosumer first brings up a recognized dj and Nick Holder a prolific producer, but you’re of course both djing and producing, how djing can impact on producing and vice versa ?

ProsumerMy productions are of course very influenced by the music I like which is the music that I DJ.

Nick Holder –  In the beginning i started as a dj then got into production, it was kind of the next step for me.

In each of your current city and former city, (Edinburg and Berlin, Toronto and SA) how would you describe the scene ? How has it evolved since you began ? 

Prosumer – I have been living in Edinburgh now too long to be able to talk about Berlin any more. Also I sometimes struggle to talk about “the scene” when it comes to Edinburgh. That term always makes it sound like something fixed and interconnected. What I like about Edinburgh is that it feels like there’s a lot going on, but it is not necessarily happening in awareness of others. Lots of people doing good stuff but not boasting about it.

Nick Holder – Toronto had a huge house scene in the 90’s, Today alot has changed, the young generation is more into Pop and Hip hop an EDM, But we still have an ok scene for House just not as big as back in the day, As for South Africa they have the biggest House seen in the world

What choices did you have to make in your life that were a game changer, regarding music ? 

ProsumerI often happened to be at the right place at right time.

Nick Holder – One of my biggest game changers was leaving Vinyl to using MP3. I do love my vinyl but when it comes to travelling i got tired of lugging records and Airports losing my Vinyl.

Would you plan to do a live set up ? Achim maybe with Murat Tepeli and Nick with a selection of your best tracks? 

ProsumerThere are no plans for playing live in the future.

Nick Holder – No plans for a live show

What’s your favorite spot to travel when djing ? 

ProsumerDifferent places for different reasons. You cannot compare the beach in Croatia with a Japanese sound system with Glastonbury. I am happy to say that there is lots of good reasons to go to different places.

 

Nick Holder – My favorite spots are South Africa and Paris

I read somewhere that Achim canceled a gig because he didn’t have his records, on the contrary Nick, you seem to follow the technology (good for your back), what do you both think about that ? 

Prosumer I still prefer to play records if the equipment allows it which is getting rare nowadays. That’s a personal choice, I have nothing against technology.

Nick Holder –  The thing with Vinyl is the sound quality is still king, MP3 and Waves are good but no where close to Vinyl but good for your back haha

Achim as a singer and dj who loves vocals, and Nick as a producer who sampled a lot, do you think a dj set must contain songs with great and powerful vocals ? Can it change the course of a night ?

ProsumerOf course they can, but I don’t think there is a must. With vocals you often make music more accessible and who doesn’t like to sing along. But they can also be very dominant.

 

Nick Holder – Not necessarily a bit of both is the best combination, I mean i could never do a party spinning pure inst, You gotta mix that shit up

Achim, have you ever thought about owning/creating a label, now you’re based in Edinburg ? Nick, how did your experience with DNH and Treehouse go ? 

ProsumerNo plans at the moment.

 

Nick Holder – I started DNH IN 1991 and TreeHouse in 95 it was good times pressing and selling records, In 2005 i switched the label to digital but the thrill is just not there, uploading MP3s and selling them is mad boring, but i plan on doing Limited Vinyl releases this year on both labels, 12inch & 7inch

 

_
A big thanks to Achim and Nick for taking the time to answer our questions.
Retrouvez Nick Holder & Prosumer au Djoon le vendredi 27 janvier invités par Into The Deep