(VERSION FRANÇAISE DISPONIBLE PLUS BAS)

It is useless to present Move D at High Five Magazine, the artist is one of our favorite DJ and producer and you probably ran into him a lot of times while reading our articles. His kindness and sincere cheerfulness are only matched by the quality of his productions and the virtuosity of his mix going further into house music and tremendous groove. We had the pleasure to meet him in Detroit during the Movement, to talk about music, festivals, Karl Berger, and childhood memories.

« Hello, this is Move D for High Five! »

DJ set (mix) or live?
Hum I don’t know, it’s like “which of your children do you love more” you know, it is two different things. The DJ set is more fun, less work, all I need to have is an okay sound system, the right records – always a limited selection when you played vinyl, seventy or eighty maybe a hundred so you have to kind of prepared – but if that’s all good, it is really such a fun job! And playing live is fun too but it’s take a lot more concentration and yeah I would call it “work” rather than DJing but that doesn’t mean that I don’t enjoy, I equally enjoy it. It is probably more rewarding even if you create something in the moment, at a unique moment, so that’s great and it can happen when DJing as well but of course when it’s your own music it’s special.

Because you do a lot of lives with Magic Mountain High or…
Reagenz, yes! But all the stuff that I’m doing with both projects lately is totally improvised that means we don’t go, and rehearse, there is no composition that we have before, we just go and play, play by ear. I think that’s very interesting as much as challenging. For example, I see a lot of live acts, they have so much pre-programs on their laptop that for them, it would be boring to listen to their set afterwards because they know what they play before they even play! And we totally don’t know what we’re going to play so when I come home after the gig and listening to the recording for the first time it is always so exciting! Sometimes I remember the show and the recording kind of match that but sometimes I have very, very few memories and I’m listen to the recording and think “Oh when did this happen” (laughs) which is kind of great!

And so Reagenz what is it? We heard a little few about this collaboration, you don’t play much in Europe?
My partner Jonah [Sharp] is born Scottish but I met him first in 1993, and he was already living in San Francisco and he’s still live there today so the opportunity for us to play is limited but we’ve played everywhere including France I would say, I’m not 100% sure, but even Japan, England of course, Germany, but mostly the States. We have had one album out in 1993 or 1994, and then the next one in 2010 because he has two children, I have one, and both of us were like struggling to stay alive and deal with this kind of evolutions of the music scene because he, was like myself, a releasing artist and not a DJ in the first place. And the concept is pretty much the same than with Magic Mountain High, we’re improvising, it’s just a little different regarding who does what in the project. In MMH, Gal [Juju de Juju&Jordash] is doing most of the drums, guitar and mix effects, and I do the baseline and synths, and John [Jordash] is doing the chords! When we do Reagenz, Jonah is doing the drums and he’s a great drummer, like a real drummer, you can tell that, and I do everything that’s not drums!

What’s the perfect length for a DJ set?
For a DJ set? I don’t know, if it’s the perfect situation, the perfect party I would say four to six hours!

You clearly have a thing for back to back, Jus Ed, Gerd Janson, MCDE…
Yeah but I know that back to back is becoming kind of a trend lately, a lot of parties, promoters do it and I don’t know, I am not crazy about it with everyone or as a fashion trend you know. There’s only a very few people like Gerd I feel comfortable enough to do this. But being a resident DJ in my hometown [Heidelberg, Germany] – resident DJs very often share sets and play back to back – with my good friends, I would do it, but I’m not feeling it with strangers or guys I’ve never meet before!

And so no artist you would dream to do a back to back with?
I don’t know, I would like to go the studio with a lot of cats from the States, and from all over the place, that is what I’m really interested in and DJing, back to back is optional! I’m still not 100% convinced, I think that one DJ can do a way better job than two!

10513297_10152631405589511_8162424219226858495_nLa passation entre Sven Weisemann et Move D au Freerotation Festival – Crédits Photo Daddy’s Got Sweets

You seem to have a special relation with Freerotation Festival, how did it starts? It’s a small festival, do you prefer stuff like that, little venue even for festival or bigger thing?
Freerotation is the best time of the year, and that’s been like this for seven or eight years, since I started to play there. And I got in there trough Lerato (aka Lakuti), she does Uzuri Record label and booking. She had me play for one of her parties in London and she was also friend with Steve, the guy who runs Freerotation, and she kind of suggests people so that’s how I got to play in the first place. And then I was just really lucky, we had kind of a good chemistry with everyone, and people seemed to enjoy my set so I became one of the resident. Because in this festival, at least half of the line up is residents, and the other half is new people that change year by year so I’m a resident and I’m super proud! And yes it is very small, and you were asking if I prefer small venue, generally I would say yes I do, I prefer smaller clubs and smaller festivals. Smaller crowds make it easy to kind of reading individuals and the crowd, and follow how they react. If it is too big, it is becoming kind of anonymous, you just see a lot of heads and it is not so personal so I prefer smaller. And unfortunately the location of Freerotation is a beautiful old kind of castle in Wales but with a strict capacity limit of 550 tickets, that is what make it so exclusive – not the idea to want to do something really exclusive, it is just determined by the circumstances. So if you want to go you have to be willing to commit yourself in time, then I would it is totally doable, but it is impossible if you’re telling you now, at the end of May, “oh this would be fun to do in six weeks”, then you’re too late!

Ok, so you have to prepared…
Yes, exactly!
But it’s good because that means that the people that are here really want to be there?
Yeah, it is a totally friendly environment, you can leave your stuff lying around, nobody steals, it is really a family thing!

Any promising artist you would like to share with us?
Well we are in Detroit now but I’m just thinking Wbeeza (learn more here) from England. I just bought another new record from him and I think this guy is just amazing, I play a lot of his tunes and they work on the dance floor but at the same time they’re really kind of cleaver, musical and different enough from everybody else is doing and I think he is really cool. But there is so many, I don’t know where to start and where to end!

A word with your collaboration with Karl Berger, how was it to create music with him, and work with him?
[Karl Berger is a PhD in Music Esthetics, jazz composer and vibraphone who founded the Creative Music Studio in Woodstock, New York with the jazz saxophonist Ornette Coleman. Most of his music has been experimental or free jazz, and he also taught music in Frankfurt and as the Chairman of the Music Department of the University of Massachussetts Darmouth – Karl and Move D worked together, along with Jamie Hodge and Gunter ‘Ruit’ Kraus, on their project Conjoint in 1997]
Oh yeah! He is the best man, the best guy, he is really a big role model and an idol of mine. It is a long history, he is from the same town [as me], he is from Heidelberg and my dad was a jazz musician, he was a trumpet player and he is maybe six, seven years younger than Karl and so he knew about him. But Karl left Heidelberg with Don Cherry [Don Cherry is an American jazz trumpeter, well known for his long association with saxophonist Ornette Coleman and for being a pioneer of world fusion music in the 1960’s]. Karl was discovered by Don Cherry in Heidelberg and he took him to Paris first and then to New York City in 1966. So the year I was born, Karl already lived in Woodstock, New York. But one day he was coming back to my hometown for a concert, and my dad said to me “this guy who’s born in Heidelberg and became a world famous vibraphone player he’s coming and you should go and check him out!” so I went to that concert.

And how was it?
It was super amazing, it was a duo – guitar and vibraphone – super amazing! It must have been around the year 1994, 1995. And after the show I spoke to Karl, and he is a couple years older than my dad so it is a person for who I have a lot of respect for him and for his music, but I did mention that I would love kind of being involved in any kind of collaboration if it is ever an option and he said in a very nice way: “you go, and earn you merits and we will talk about it”!

Cause it was the beginning for you?
Yes, it was the beginning but he said that in a very nice way, it wasn’t like offending me or anything and one or two years later he calls me and says: “I’m in Brooklyn in the studio and there is a CD of yours and I remembered you, and what I said to you and I was thinking maybe now is the time we can do something”, so great! At that time, it was 1996, I was working with Jamie Hodge, he used to be bond under Born Under A Rhyming Planet (learn more here), on Plus 8, very – very, very – nice ambient music early 90’s, jazzy as well – I mean jazzy sounds wrong as a word (laughs) but jazz! And I was working with this guy, it was somehow jazz, then Karl said “Now it’s the time” so we had kind of already a half finished recording that he was just playing over and that was the first Conjoint album (an extract here). Since then, it became such a friendship, he is the greatest teacher and mentor you could possibly find in music, as a person, as a human being but also with his approach of music. Among jazz musicians, this is a very common thing that they look down on other musicians as being inferiors, like electronic, rock whatever, “all sucks and it’s for babies”, but Karl didn’t have any of this arrogance. When we did our first recording in 1996, he was living next door to Ornette Coleman in NYC and talked a lot with him about music and concepts, and Karl was saying to me “I have to go back to Woodstock and show this to Ornette”. It was fifty years of age difference at this time because Jamie, the guy I mentioned previously, was very young – he is ten years younger than me – and I was younger then (laughs) so Karl said “it is fifty years of age difference between us and you guys and we are actually aiming at the same ideas”, it is really beautiful how open he is! And he just turns eighty…

What’s “space crazy”? [Move D told that to journalist Tony Marcus in 1995]
I don’t know (laughs), I think it all have to do with the fact that my dad took me to the movie when I was four years old and they showed Stanley Kubrick, 2001, The Space Odyssey. And at the cashier the woman was saying “this movie is for 6 years and older, he doesn’t seem like a 6 years old” and my dad was like “it’s fine, I’m his dad” and I was allowed. And that movie kind of totally spaced me out! Music the same actually, I was four years old when I discovered music and I knew that nothing – except spaceship (laughs) – interested me as much. And that movie eventually is all about music as well, and there was a soundtrack, written by Randy Carlos, but in the end he used classical music he was using for the edits, because it’s just better, the contrast between Johann Strauss, Richard Strauss and Ligeti way more modern… It’s such a movie! (laughs)

What was the music that your parents used to listen? Your familial influences?
My mother got divorced when I was four and remarried, and his second husband was a big music head! My dad was a musician but he had like ten records and probably all by Charlie Parker (laughs) and this new husband, he has like a hundred of thousands of records. I was four years old but he really supported me in and my music interest and he show me how to deal with his super fancy expensive Hi-fi stereo (laughs), and I swear, I never scratched a single record, I was very careful! I was so happy he would allow me to do this, so I was spending days just like playing music and listening to it, and not doing anything else to distract me…playing drums in my head maybe to follow what’s the drummers was doing and just listening, and then listen to it from the begin again until I felt I know every notes (laughs). And he has everything in his collection, from Kraftwerk to Detroit soul to gospel music, John Coltrane, classical music, everything!

And when did you know you wanted to DJ?
I think naturally from the interest of music and wanting to share music with people. When I was growing up in the 80’s the term DJ didn’t really exist you know, it meant something else, radio DJ! I remember when I saw the first beat mixing happening – in the north of Italy when I was like fifteen, sixteen years old and touring discotheques – with two vinyls and I was like “how the fuck does he do it?”. And this is when I started to realize there is such a think as DJing. Before there was always this school parties that you can remember, someone playing some tunes and you think they suck so I ended up doing this a lot of times but without thinking that this could ever be a job you know, just because I like music and people kind of like me do it when I was doing it! And it’s actually a really cool story of how I got to DJ professionally…

Please, go ahead!
There was this one mainstream kind of discotheque in my town that was open seven days a week and late night, like 3am at least with licenses for alcohol and all. And they had two black DJs mixing whatever ethnic, and they were very good and knew their shit. And we’ve had like 30 000 US soldiers in station in my town so a lot of black culture and they had their own radio station so I was a bit privileged growing up listening to such cool music, basically the US army radio. So these two DJs had a background with these American folks and they were playing music that you wouldn’t hear anywhere in Germany like Kleeer, The Brothers Johnson, a bit more obscure funk, coolest stuff. And back then in the 80’s the records would belong to the club and the club owner would give money to the DJs so they go and buy records and bring them to the club with the receive and then the records would stay in the club in a shelve. And I was watching these guys probably five nights a week or whenever they were playing because they also have others DJs as well in the club that didn’t interested me. So I was watching them and thinking to myself “ok this cool record, it goes there in the shelve” and at this point I was doing that for maybe a half of year, and one day the DJ didn’t show up, the manager gets really upset like “what are we going to do, there is no DJ” and I said “I’ve never done this but I’ve watch the guys and I know where the good records are” and they were just desperate saying “ok let’s go” and that is how I get the job! Beat making were still optional in 1987 so the DJs would go different tempos, different genres, it was a mainstream discotheque you know, Chaka Khan “Ain’t Nobody” was given every nights, there was a lot of tunes but these guys kind of push the boundaries with their background and the music they exposed me to. Even now, in my first Boiler Room, I started with Kleeer “Tonight”, that’s one record I basically learn from those guys in the 80’s when I started DJing.

Warmest thanks to Move D for his kindness and his availability, a true pleasure to met him !


VERSION FRANCAISE

Chez High Five on ne présente plus David Moufang, connu sous le doux pseudonyme de Move D. L’artiste est un de nos DJs et producteurs favoris et vous avez pu le croiser à de nombreuses reprises dans nos cahiers. Sa bonne humeur légendaire et sa gentillesse sincère n’ont d’égal que la qualité de ses productions, et la virtuosité de ses sets où le Monsieur navigue dans les contrées de la house music et de tout ce qui groove. Rencontre à Détroit pendant le Movement pour parler musique, festival, Karl Berger et souvenirs d’enfance.

« Hello, this is Move D for High Five! »

DJ set ou live?
Hum je ne sais pas…c’est comme choisir lequel de vos enfants vous aimez le plus, ce sont deux choses différentes. Le DJ set est plus fun et demande moins de travail, tout ce dont j’ai besoin c’est d’un soundsytem correct, de bons vinyles – toujours en quantité limitée quand on joue sur vinyles, on peut en emmener 80, peut-être 100 donc on doit les préparer – et tout va bien, c’est un job très amusant ! Et jouer live est amusant aussi mais cela demande plus de concentration et je l’appellerai plus « travail » qu’un DJ set mais ça ne veut pas dire que je n’apprécie pas, j’aime les deux, mais le live est sans doute plus gratifiant même quand tu crées quelque chose sur le moment, c’est un moment unique. Et cela peut aussi arriver en DJ set bien sur, mais quand ce sont tes morceaux, c’est toujours spécial.

Parce que tu tournes souvent avec Magic Mountain High ou…
Reagenz, oui ! Mais tout ce que je fais avec ces deux projets dernièrement est totalement improvisé ce qui veut dire qu’on ne se retrouve pas pour répéter, il n’y pas de compo qu’on a préparée, on vient juste et on joue, on joue à l’oreille. Je trouve ça autant intéressant que stimulant ! Je vois par exemple beaucoup d’artistes faisant des lives avec un nombre important de pré-programmes sur leur ordi ce qui rendrait l’écoute de leur live ennuyeuse parce qu’ils savent ce qu’ils ont joué ! Comme nous (MMH) ne savons pas du tout ce que nous allons jouer lorsque je rentre chez moi ensuite et écoute le live pour la première fois c’est toujours passionnant ! Desfois je me souviens du live et l’enregistrement coincide, mais desfois j’ai très très peu de souvenirs et lorsque j’écoute je me dis « mais j’ai fait ça ? » (rires) ce qui est marrant !

Parle nous un peu de Reagenz, on entend peu parler de cette collaboration, vous jouez souvent en Europe ?
Mon partenaire Jonah [Sharp] est né en Ecosse mais quand je l’ai rencontré pour la première fois en 1993 il vivait déjà à San Francisco and y vit toujours aujourd’hui ! Du coup nos possibilités de jouer sont limitées, mais on quand même joué un peu partout, y compris en France mais je ne suis pas sur… mais aussi au Japon, en Angleterre bien sur, en Allemagne et surtout aux Etats-Unis. On a sorti un album en 1993 ou 1994 puis un autre en 2010 parce qu’il a deux enfants, moi un et c’était aussi une période où tous les deux nous luttions pour continuer à bosser et à gérer les évolutions de l’industrie musicale parce que Jonah comme moi, étions des artistes qui créions de la musique, pas des DJs en premier lieu. Et le concept de Reagenz est à peu près le même qu’avec Magic Moutain High, on improvise, c’est juste un peu différent dans les rôles que nous avons. Avec MMH, Gal [Juju de Juju&Jordash] fait les drums et les guitares, les effets je fais les lignes de bass et les synthés et John [Jordash] fait les vocals ! Avec Reagenz, Jonah fait les drums, c’est un grand batteur, genre un vrai batteur, ça s’entend et je fais tout sauf les drums !

Quel est selon toi la durée parfaite pour un DJ set ?
Pour un DJ set ? Si c’est la situation parfaite, la soirée parfaite, je dirais de quatre à six heures !

On t’a souvent vu en back to back avec Jus Ed, Gerd Janson, MDCE…
Oui c’est vrai mais je sais que le back to back est aussi en train de devenir une mode dernièrement, beaucoup de soirées ou de promoteurs le font, et je ne sais pas, je ne suis pas fou de ça avec tout le monde ou comme une mode. Il y a seulement quelques personnes comme Gerd avec qui je me sens assez à l’aise pour le faire ! Mais si j’étais résident dans ma ville [Heidelberg en Allemagne] – les résident partagent souvent les platines pour un back to back – et donc avec mes amis proches, je le ferai sans hésiter, mais je ne le sens pas avec quelqu’un que je n’ai jamais rencontré !

Du coup pas d’artiste avec qui tu aimerais en faire un ?
Je ne sais pas, j’aimerais aller en studio avec pas mal de personnes aux Etats-Unis, et de pas mal d’autres endroits aussi, ça ça m’intéresse vraiment and le back to back c’est optionnel ! Je ne suis toujours pas convaincu, un DJ peut faire un bien meilleur job que deux réunis !

Il semble que tu es une relation privilégiée avec le Freerotation Festival, comment cela a commencé ? C’est un petit festival, tu préfères les endroits comme ça, les espaces restreints ou les évènements plus grands ?
Freerotation
est la meilleure période de l’année, et c’est comme ça depuis sept ou huit ans, depuis que j’ai commencé à y jouer. Et j’ai eu cette opportunité par Lerato [Lakuti] qui s’occupe du label Uzuri et des bookings et qui est amie avec Steve, le fondateur du festival, donc elle a suggéré des gens et c’est comme ça que j’ai commencé à y jouer. Et après j’ai eu de la chance, il y a eu une bonne alchimie entre nous et les gens semblaient apprécier mon set du coup je suis devenu un des résidents. Parce que dans ce festival au moins la moitié du line est composé de résidents, et l’autre moitié d’artistes nouveaux qui change chaque année donc je suis résident et j’en suis super fier (rires) !
Et si tu me demandes si je préfère les plus petits endroits je dirais que oui, je préfère les petits clubs et les petits festivals. Quand le public est moins nombreux de lire les individualités et la foule, et de suivre leurs réactions, quand c’est trop grand ça devient anonyme, tu vois juste beaucoup de têtes et ce n’est pas personnel, je préfère plus petit. Et malheureusement le lieu du Freerotation est un magnifique vieux château anglais avec une capacité limitée (à 550 tickets), c’est ce qui le rend si exclusif – et non une stricte volonté de le rendre exclusif, plutôt quelque chose déterminée par les circonstances. Donc si vous voulez y aller vous devez être prêt à vous impliquer pour le faire au juste moment, et alors c’est faisable mais si par exemple maintenant, fin mai, vous vous dites que ça serait sympa de faire ça dans six mois alors il est trop tard !

Ok donc il faut se préparer…
Oui exactement !
Mais c’est bien aussi parce que ça signifie que les gens qui sont présents veulent vraiment être là..
Oui, c’est un environnement absolument amical, vous pouvez laisser vos affaires posées, personne ne vous les volera par exemple, c’est une affaire de famille !

Un artiste prometteur que tu as envie de partager avec nous ?
Eh bien même si nous sommes à Détroit je pense à Wbeeza (plus ici) qui vient d’Angleterre. Je viens juste d’acheter un autre de ses vinyles, et je trouve ce gars vraiment fabuleux, je joue beaucoup de ses morceaux qui marchent très bien sur le dancefloor et en même temps sont vraiment intelligentes et assez différents de tout ce qui fait aujourd’hui, je le trouve très cool ! Mais il y en a tellement, je ne sais pas par où commencer ni finir !

Un mot sur ta collaboration avec Karl Berger, comment c’était de créer de la musique avec lui, de travailler avec lui ?
[Karl Berger est un compositeur de jazz et vibraphoniste qui possède également un doctorat en esthétique de la musique. Il fonde le Creative Music Studio à Woodstock, New York dans les années 1970 avec le saxophoniste Ornette Coleman et la plupart de sa musique est expérimentale ou se dirige vers le free jazz. Il a aussi enseigné la musique à Francfort avant d’être titulaire de la Chaire du département de la musique à l’Université du Massachussets Darmouth – Karl Berger et Move D ont collaboré tous les deux, aux côtés de Jamie Hodge et Gunter ‘Ruit’ Kraus sur leur projet Conjoint en 1997]
Oh yeah ! C’est vraiment le meilleur, un modèle pour moi. C’est une longue histoire tout ça, il vient de la même ville que moi, il est d’Heidelberg et mon père était un musicien de jazz, un trompettiste, peut-être six ans plus jeune que Karl donc il connaissait tout sur lui. Mais Karl a ensuite quitté la ville avec Don Cherry, découvert pas lui à Heidelberg, ils sont ensuite allés à Paris puis à New York en 1966. Donc l’année où je suis née, Karl vivait déjà à Woodstock, New York. Mais un jour alors qu’il revenait à Heidelberg pour un concert mon père m’a dit « ce gars qui est né à Heidelberg est devenu l’un des plus fameux vibraphoniste de la planète, tu devrais y aller et l’écouter », et donc je suis allé à ce concert.

Et comment c’était ?
C’était vraiment incroyable, c’était un duo, guitare et vibraphone, absolument génial ! C’était en 1994, ou 1995, et après le concert je suis allé parler à Karl qui est un peu plus âgé que mon père donc j’ai beaucoup de respect pour lui et pou sa musique, mais j’ai quand même osé mentionner que si jamais cela pourrait être une option j’aimerais être impliqué dans n’importe quel sorte de collaboration avec lui, ce à quoi il a répondu de manière très gentille : « pars, gagne ton mérite et nous en reparlerons ».

Parce que c’était encore le début pour toi ?
Tout à fait ! Mais il a vraiment dit ça de manière adorable, ce n’était pas pour m’offenser, et deux ans après il m’appelle et me dit : « je suis à Brooklyn au studio, et il y a un CD de toi, et je me suis rappelé de notre conversation et je pense que maintenant est le bon moment pour faire quelque chose », génial ! A cette époque, nous étions en 1996 et je travaillais avec Jamie Hodge, qui bossait sous l’alias Born Under A Ryhming Planet (plus ici) sur Plus 8, et faisait du très bon son, early 90’s ambient et jazz – enfin jazzy ne sonne pas bien comme un mot (laughs), juste jazz ! Et je travaillais avec lui, et ce que nous faisions était plutôt jazz lorsque Karl m’a dit « c’est le moment », et nous avions déjà la moitié d’un album à peu près fini sur lequel nous l’avons fait joué, et c’était notre premier album Conjoint (écouter un extrait ici). Depuis ce moment on est devenu très ami, c’est un excellent professeur et le meilleur mentor que vous puissiez trouver concernant la musique. Parmi les musiciens de jazz c’est souvent répandu que les autres genres sont inférieurs, que ce soit l’électronique, le rock ou autre, alors que Karl n’a jamais eu cette arrogance. Quand on a fait notre premier record ensemble en 1996 il vivait juste à côté d’Ornette Coleman à New York et parlait beaucoup avec lui de la musique et de ses concepts et Karl me disait « je dois rentrer et montrer ça à Ornette ». Et la différence d’âge entre nous était d’une cinquantaine d’année, parce que Jamie que je viens d’évoquer était dix ans plus jeune que moi, et moi j’étais aussi plus jeune que maintenant alors Karl nous disait «  cinquante an de différents entre nous et vous et nous nous dirigeons vers les mêmes idées », c’est vraiment beau à quel point il est ouvert ! Et il vient tout juste d’avoir 80ans…

Qu’est ce que c’est que d’être « space crazy » ? [Move D s’était défini comme tel auprès du journaliste Tony Marcus en 1995]
Je ne sais pas (rires), je pense que tout ça a avoir avec le fait que mon père m’a emmené au cinéma une fois où j’avais 4 ans pour me montrer 2001, l’Odysée de l’Espace de Stanley Kubric. Et la dame à l’entrée nous a dit « ce film est pour les 6ans et plus, il n’a pas l’air d’avoir 6ans » et mon père lui a répondu, « c’est bon je suis son père » et j’ai été autorisé à rentrer. Et ce film m’a complètement « space out » ! La musique aussi d’ailleurs, j’avais le même âge quand je l’ai découverte et j’ai tout de suite que rien – part un vaisseau spatial (rires) – ne m’intéresserait plus. Et ce film aussi a beaucoup avoir avec la musique, et la bande annonce était originellement écrite par Randy Carlos, mais au final a été remplacée par des morceaux classiques tout simplement parce que c’est meilleur, le contraste entre Richard Strauss, Johann Strauss et Ligeti, bien plus moderne… c’est un film génial (rires) !

Qu’est ce vos parents avaient l’habitude d’écouter comme musique ? Quelles sont tes influences familiales ?
Mes parents ont divorcé quand j’avais quatre ans et ma mère s’est remarié avec un homme qui était une véritable « music head ». Mon père était un musicien mais il avait dix vinyles à tout casser et probablement tous de Charlie Parker (rires) and ce nouveau mari avait des centaines de disques. J’avais quatre ans mais il m’encourageait beaucoup dans mon intérêt pour la musique, et il m’avait même montré comment faire fonctionner sa super classe et super chère chaine Hi-fi (rires) et je vous jure, je n’ai pas rayé un seul disque, je faisais très attention ! J’étais tellement heureux qu’il m’autorisé à m’en servir que je passais des jours juste à jouer de la musique, à l’écouter, et ne faire rien d’autre…à part peut-être jouer des drums dans ma tête qui suivait la batterie du morceau. Et je réécoutais le morceau encore et encore jusqu’à sentir que je connaissais toutes les notes (rires). Et il avait vraiment de tout dans sa collection, de Kraftwerk au la soul de Detroit, en passant par le gospel, John Coltrane, la musique classique, tout !

Et quand as-tu su que tu voulais devenir DJ ?
Je pense que c’est venu naturellement de mon intérêt pour la musique et de la volonté de vouloir partager cette musique avec des gens. Quand je grandissais dans les années 1980 le terme de DJ n’existait pas vraiment, ça voulait dire autre chose, radio DJ ! Je me souviens des premiers beat mixing – dans le Nord de l’Italie quand j’avais quinze ou seize ans et que je faisais la tournée des discothèques – avec deux vinyles, je me disais « mais comment il arrive à faire ça ? ». Et c’est là que j’ai commencé à réaliser qu’il avait une telle chose que le DJing. Avant il y avait des school parties, le genre où quelqu’un met un morceau, et tu te dis que c’est de la merde, donc je finissais par le faire mais sans imaginerai que ça aurait pu être mon job un jour, simplement parce que j’aime la musique, et que les gens ont l’air d’apprécier quand je le fais ! Et la manière dont j’ai commencé professionnellement est assez drôle…

Je t’en prie, raconte nous !
Il y avait une discothèque un peu mainstream dans ma ville qui était ouverte sept jours par semaine et tard dans la nuit, 3h minimum avec les licences pour l’alcool etc. Et ils avaient deux DJs blacks qui mixaient whatever ethnic et ils étaient vraiment très bons et savaient ce qu’ils faisaient. Aussi parce qu’il y avait à peu près 30 000 soldats américains en stationnement dans ma ville, donc une influence importante de la black culture et ils avaient leur propre station de radio donc j’ai grandi de manière privilégiée en écoutant de la très bonne musique, essentiellement par la radio de l’armée américaine. Et ces deux DJs avaient du vécu avec les soldats américains et ils jouaient de la musique qu’on n’entendait nul part ailleurs en Allemagne, Kleeer, The Brothers Johnson, du funk plus obscur, des trucs tellement cool. Et à cette époque dans les années 80, les disques appartenaient au club, et le propriétaire donnait de l’argent aux DJs pour qu’ils aillent en acheter et les ramènent au club avec le reçu, et les vinyles étaient tous rangés dans une étagère. Et j’observais ces types au moins cinq fois par semaine ou dès qu’ils jouaient parce qu’il y avait aussi d’autres DJs qui mixaient mais ne m’intéressaient pas, je me disais « ok ce très bon disque il va à cet endroit de l’étagère ». Ca devait bien faire six mois que je faisais ça quand un jour, un des DJs ne s’est pas pointé, et le manager commençait à s’énerver, « qu’est-ce qu’on va faire, il n’y a pas de DJ » et je lui dis, « je n’ai jamais fait ça, mais j’ai observé ces gars et je sais où les bons vinyles se trouvent » et ils étaient tellement désespérés qu’ils m’ont dit ok, et c’est comme ça que j’ai eu le job ! Le beat making était toujours optionnel en 1987 donc les DJs allaient dans différents tempo, différents genres, c’était une discothèque mainstream tu sais, « Ain’t Nobody » de Chaka Khan passait tous les soirs, il y avait tellement de morceaux mais ces mecs repoussaient en quelque sorte les limites avec leur culture et la musique à laquelle ils m’ont exposé. Aujourd’hui encore, lors de ma première Boiler Room par exemple, j’ai commencé avec « Tonight » de Kleer, c’est un morceau que j’ai appris de ces mecs dans les années 80 quand j’ai commencé à mixer.

Remerciements chaleureux à Move D pour sa gentillesse et sa disponibilité (et pour sa qualité musicale), un vrai plaisir de le rencontrer ! 

Alia

Articles similaires