French version below

La petite trentaine, Gal et Jordan forment le duo Juju & Jordash depuis une dizaine d’années maintenant. Entre des lives ahurissants tous les deux ou avec David alias Move D dans le trio de Magic Mountain High et près de 20 EP et albums sur les grosses écuries amsterdamoises – entre autres – Dekmantel et Rush Hour dont ils sont les fiers représentants, les deux compères oscillent entre house, acid et parfois une belle techno. Jordan et Gal ont une vraie passion pour les machines, et les utilisent à merveille dans leurs différents projets. À cela enfin, il faudrait ajouter quelques projets solo pour l’un comme l’autre, un label rempli de groove pour Jordan, et surtout pas mal de goût pour l’éclectisme pour les deux réunis.

Avec le staff du Dekmantel et les deux pointures que sont Joey Anderson et Palm Trax, on les retrouve ce samedi sur la barge de la Concrète. On en a profité pour parler avec eux musique, MMH et live.

 

– Hi Jordan & Gal ! Thank to award us some time to answer our questions ! The last time we saw you in Paris as Juju & Jordash was at Rex Club last year, when Jean Claude aka Varoslav invited you to play live. It was pretty marvellous. You seems when playing live to let the music come and not forecast anything. I was talking last week with Hauke and Matthias from Session Victim, they told me it they were not scheduling at all their live, and try as much as possible to « create much room for error and improvisation ». What is your approach towards live playing? Do you prepare it together before?


Gal: Our approach is similar. We plug in our instruments: different synths , effects, drum machines and guitar and then just jam away, totally improvising. With this way, every show is different and special for that specific night, allowing us to set the atmosphere and interact with the crowd more easily. Ando also keep it fresh and interesting for ourselves !

– Do you both of you play synth ? or there are still roles attributed to each ? Talking about freshness, it is surely a way to always keep evolving … What do you think when you look back to your first live playings, when you started ? Did it changed a lot?

Jordan: In theory, Gal does the drum machines and guitar while and I do the synths. But its not religious. When we first started we were preparing about half of the show and jamming out/improvising the second half… But we got very bored very fast, with doing it that way and realized that the only good/fun parts of the show were the improvised parts, and that the parts we preplanned were dull and super boring for us to preform. Once we met David and did the first full improvisation for Magic Mountain High (MMH) show, we adopted that philosophy of total live improv to Juju & Jordash as well.


– That’s interesting. Did or does it happen for you to play as MMH  and as Juju & Jordash in the same day/festival? You may be using the same machines for the both projects nope?

Gal: Yes, it did happen a few times, for instance in Freerotation festival and on Dekmantel festival, where a couple of hours after our MMH show we had to set up all the gear once more in order to perform in the Boiler Room stage as Juju & Jordash. We use the same instruments though so thats totally doable…

205344_4163077725245_229824213_nJuju & Jordash and Move D playing as Magic Mountain High in the Golden Pudel of Hambourg


– You are Jordan from Israël while Gal is from Netherlands, and now both of you are based in Amsterdam. What about Israël? Do you (still?) play there often? In a broader way, what do you think of house music over there? “The Block” seems to be throwing some really good parties …

Gal: To set the records straight : I’m the one born in Israel, Jordan was born in the U.S. and moved to Israel on a later age. We both relocated to Amsterdam in our 20’s ! We played in Israel only once as Juju & Jordash and once as Magic Mountain High – and the MMH show was indeed in the Block, a club with a superb sound-system. Therefore, we are definitely no authority on the state of house music over there, but from a far it seems like in the last few years there are more and more parties and promoters who supports good music, and more like- minded dj’s perform there. 

– Yes, I have heard a lot about the growing of this scene .. Talking about MMH, you are playing with David as a « fantastic trio with a lot of machines » as a friend of mine defined your last show when you last came to Paris at Concrete a few months ago. Can you tell us more about that project ? How did it come to life? 

Jordan: We met David at the Dancity festival in Foligno, Italy about four years ago. A few months later we went to his studio for a few days and had a blast. a couple months after that, Dekmantel asked if we would like to preform with David at their LenteKabinet festival. Due to the fact we lived in different countries we couldnt do any preparations for the gig and had to improvise the whole thing.. MMH was born.

– Well that’s a nice story aha. But what about your productions? I ve in mind your really good « Tiny breadcrumbs », how do you produce music as MMH if you are never together? You must do some studio sessions the three of you together right?

Gal: we try and meet in the studio (usually David’s) once or twice a year for some concentrated recording days, where we jam and record a LOT of material, more than enough to later edit and finalize. We try to keep the final result close (sound wise) to the initial recording, to keep the same « live jam » vibe ,similar to the way we perform. We also have records out which are direct live recordings, like the most recent MMH live at Fuse EP.

– What about Tiny Breadcrumbs in particular? Was it a live recording? Its quite a marvelous EP… You must have some awesome unreleased material from these concentrated recording days… 

Gal: Tiny Breadcrumbs comes from a studio session at David’s studio. And yes, we have too many hours of cool recording that still need to be worked on, and possibly will be released one sunny day.

Juju & Jordash on the Boiler Room stage, in Dekmantel festival 2014

– To stay with this Tiny Breadcrumbs, it s released on « Off Minor Recordings ». If I am right it is a label you created Jordan. What about it? Was it at first a way to release some of your solo projects ? It became homie for some awesome David’s music as well..

Jordan: Yeah ! Off Minor Recordings ! it’s my small label with an irregular release schedule putting out records that I think are special. Of course most of the releases will be from friends of mine or from myself but I listen to demos.

– About Magic Mountain High, where does this name come from? We cannot not think about « Aint No Mountain High Enough » from Marvin Gaye, is there a glance at this enormous track in MMH ?

Gal: The name actually was David’s idea, and doesn’t really have much to do with the song – as far as I know -, but it sounded good and fit the project.

– To stay with this Tiny Breadcrumbs, it s released on « Off Minor Recordings ». If I am right it is a label you created Jordan. What about it? It became homie for some awesome David’s music as well..

Jordan: Yeah ! Off Minor Recordings ! It’s my small label with an irregular release schedule putting out records that I think are special. Of course most of the releases will be from friends of mine or from myself but I listen to demos.

 

– Let talk about your productions. You released a few years ago an album named « Techno Primitivism ». We are really interested here in the primitivism movements in 20st century arts, the russian approach to art in these days.  In that paradigm, what sense do you put on « techno primitivism »? Is it a link to that artistic movement ? Or a reference to the primitive aspects and sonorities of techno music in a broader way?

Jordan: Well, you can put any meaning you need to the title. Personally, I think it was an appropriate title involving artsy fartsy undertones as well as a little homage and maybe some commentary on techno. Maybe. Dunno. We just thought it was a good title that wouldn’t need any further explanation, I guess we were wrong 😉

 

– You are released on awesome house labels : the Spanish Downbeat, the really good Detroit’s based Aesthetic Audioand of course your homie’s one Dekmantel rec. Regarding to that last one, it seems to be a big family of Amsterdam’s music diggers with San Proper, Makam, Awanto3 etc… You must be throwing some nice parties when back at home aside the festival don’t you aha? Plus, was it a wish to create a label at beginning, or had it followed the festival’s successes ?

Jordan: Well not. Dekmantel is not our label. We are just artist that release on that label, and are booked to perform frequently at their parties… You should ask Casper and/or Thomas about Dekmantel. It’s their baby!

 

– Yes yes off course, but I was more meaning that the majority of Dekmantel’s artists are based in Amsterdam, so you must know/party together nope? Do you still have time to spend some of it in Amsterdam with the non-stopping gigs?

Jordan: Well, we get to hang out occasionally I guess. but we are focused on the music these days, as are most other producers/Djs I know in Amsterdam.

 

– To end this Q/A session, we are used here at High Five Mag to finish all our interviews with a french typical question. We are in France some hard eaters and drinkers as world knows, with wine and good food. When you are throwing a great party, dancing well on some good vibes, you must be hungry !! Is there any typical meal you are used to eat in the morning ? 

Jordan: Ha! it is quite a coincidence you are asking that question… Both Gal and I really enjoy good food but unfortunately we ended up having to eat at Mcdonalds the last time we were in France. Not even at ‘Quick’! Figure that… and in Lyon! 😉

 

– Aha it has the merit to be honest ! Well thank to both of you for these answers. We are all here looking forward seeing you in Paris in a few days, see you there !

 

Version française

– Salut Jordan et Gal ! Merci de nous accorder du temps ! La dernière fois qu’on vous a vous à Paris, c’était au Rex l’an passé quand Jean-Claude aka Varoslav vous avait invité à jouer un live. C’était assez impressionnant .. Vous semblez laisser la musique venir à vous, ne rien prévoir. Je parlais à Hauke et Matthias de Session Victim la semaine dernière, ils me disaient « laisser une grande place à l’erreur » dans leur musique. Qu’en est-il pour vous? Vous préparez vos prestations ?

Gal: Notre approche est assez similaire de la leur. On branche nos différents instruments: les synthés, les effets, les boites à rythmes et la guitare. Puis on jam, encore et encore, que de l’impro. De cette façon, tous nos shows sont différents, c’est spécial à chaque fois, ca nous permet de créer une atmosphère et d’interagir avec la foule plus facilement. Et puis surtout, ca reste frais et intéressant à faire pour nous !

 

– Vous jouez tous les deux du synthé ? Ou vous avez peut-être des rôles pour chacun ? En parlant de fraicheur, c’est évidemment un moyen de continuer à évoluer … Vous pensez quoi de vos premières prestations, quand vous avez commencé ? Ca a beaucoup changé depuis?

Jordan: Dans la théorie, Gal joue de la guitare et est aux machines pendant que je suis aux synthés. Mais ce n’est pas religieux, on interchange. Quand on a commencé à jouer en live, on préparait la moitié du show et improvisions la seconde partie … Mais ca nous a vite saoulé, on a vite compris que les seules parties intéressantes de ce type de shows étaient quand nous improvisions, alors que celles qu’on avait prévues étaient monotones et ennuyeuses pour nous à jouer. C’est quand on a rencontré David de Move D et qu’on a commencé à totalement improviser pour les shows MMH qu’on a adopté cette philosophie d’improvisations totales avec Juju & Jordash.

 

– C’est intéressant. Et ca vous arrive de jouer en tant que Juju & Jordash puis en tant que MMH dans la même soirée/festival ? Vous devez utiliser les mêmes machines dans les deux projets ?

Gal: Oui, c’est arrivé plusieurs fois qu’on joue les deux à la suite, au Freerotation ou au Dekmantel par exemple. On devait jouer en tant que Juju & Jordash quelques heures seulement après notre show avec David en tant que MMH, pour la Boiler Room en plus. On a utilisé les mêmes instruments donc ouais, c’est parfaitement jouable sans problème !

Clean Cut LP, dernière sortie réussie de Juju & Jordash en déc. 2014

– Jordan, tu viens d’Israël et Gal de Hollande, et maintenant vous êtes tous les deux installés à Amsterdam. Qu’en est-il d’Israël ? Jouez-vous (encore?) là-bas souvent ? Dans une perspective plus large, que pensez vous de la scène sur place ? « The Block » a l’air de faire de très bonnes soirées …

Gal: Alors pour que les choses soient claires : Je suis celui qui est né à Israël alors que Jordan est né aux EUA, et a bougé à Israël après. On a tous les deux emménagés à Amsterdam quand nous avions la vingtaine. On n’a joué qu’une fois en Israël comme Juju & Jordash et une fois aussi avec David – le show de MMH était en effet au Block, un club avec un super soundsystem. On n’a donc que peu de légitimité à parler de la scène house de là-bas, même si de loin on entend de plus en plus parler des soirées et des promoteurs qui ont l’air de faire un super boulot !

 

– Oui, j’ai pas mal entendu parler de cette scène … En parlant de MMH, un ami à moi m’a décrit votre dernière prestation à Paris à la Concrète comme un « fantastique trio avec beaucoup de machines ». C’est vague ! Pouvez-vous nous en dire plus sur ce projet ? Comment est-il né ?

Jordan: On a rencontré David au festival Dancity à Foligno en Italie il y a quatre/cinq ans. Quelques mois après, on est passé à son studio pour quelques jours et avons adoré ! Encore quelques mois après ce passage en studio, les gars de Dekmantel nous ont proposé avec David de jouer ensemble à leur festival LenteKabinet. Comme nous vivons avec David dans des pays différents, on n’a rien pu préparer pour cette date et avons dû tout improviser … C’est comme ça qu’est né Magic Mountain High.

 

– C’est une belle histoire. Mais qu’en est-il de vos productions ? J’ai en tête l’excellent « Tiny breadcrumbs EP « . Comment faites-vous pour produire à trois si vous n’êtes jamais ensemble ? Vous devez forcément faire des sessions en studio non?

Gal: Oui, on essaie de se faire des sessions en studio – dans celui de David la plupart du temps – une fois ou deux par ans, pour quelques jours concentrés. On jam énormément et enregistrons énormément de musique, beaucoup trop pour tout sortir. Pour ce qui est de Tiny Breadcrumbs, ca vient  d’une session chez David par exemple! Mais on enregistre aussi des tracks qui viennent de nos performances en live, comme l‘EP au Fuse par exemple. Dans tous les cas, on essaie de garder un résultat sonore semblable à ce qu’on fait en live!

 

– Vous devez avoir énormément d’unreleased tracks avec ces sessions intenses …

Gal : Oui, on a beaucoup trop d’heures de musique bien cool mais qui a besoin d’être retravaillée. Peut-être, un jour ensoleillé, on en sortira …

 

Juju & Jordash and Move D as Magic Mountain High for Resident Advisor 

– Toujours à propos de Magic Mountain High, d’où le nom vient-il ? On peut pas ne pas penser à l’excellent « Aint No Mountain High Enough« , peut-être un clin d’oeil à Marvin Gaye ?

Gal: En fait, c’était une idée de David ce nom, et pour tout te dire, il n’a pas grand chose à voir avec la chanson – enfin, de ce que j’en sais – mais ca sonnait bien et allait bien avec le projet qu’on voulait monter.

 

Pour revenir au Tiny Breadcrumbs EP, il est sorti si je ne me trompe sur « Off Minor Recordings ». C’est un label que tu as créé Jordan. Que peux-tu nous dire dessus? C’est vite devenu une boite à archives pour les productions de David …

Jordan : Yeah ! Off Minor Recordings ! C’est mon petit label, avec des sorties assez irrégulières mais toutes assez spéciales. Évidemment, la plupart des sorties sont des potes à moi, mais j’écoute aussi pas mal de démos.

 

– Parlons de vos productions. Vous avez sorti il y a quelques années maintenant l’EP « Techno Primitivism ». On aime bien ici l’approche primitivimiste russe à l’art. En êtes-vous inspirés dans l’EP? Ou peut-être est-ce juste un clin d’oeil aux aspects et sonorités assez « primitives » de la techno dans une perspective plus large ?

Jordan: En fait, tu peux mettre le sens que tu veux sur ce titre. Personnellement, je pense que c’était un titre assez approprié compte tenu des sonorités de l’album, mais aussi j’y vois un petit hommage oui et pourquoi pas un commentaire sur la Techno. Peut-être. Je ne sais pas. On a juste pensé que le titre ne mériterait pas plus d’explications, mais apparemment nous nous étions trompés 😉

 

– Vous avez des sorties sur des labels assez impressionnants : l’espagnol Downbeat, l’excellent label de Détroit Aesthetic Audio et évidemment sur le petit bébé d’Amsterdam Dekmantel Records. Concernant ce dernier, c’est une grande famille j’imagine ?

Jordan: Pas vraiment. Dekmantel ce n’est pas notre label. On est juste artistes qui sortont dessus des EP, et sommes souvent bookés pour leurs soirées. Mais rien de plus. Tu devrais t’adresser à Casper ou Thomas, c’est leur bébé !

 

– Oui oui bien sûr, mais je parlais plus des artistes signés sur Dekmantel. Vous êtes beaucoup à être basés à Amsterdam, vous devez surement pas mal sortir ensemble non?

Jordan: Ca nous arrive oui de sortir ensemble. Mais depuis quelques temps on se concentre vraiment sur notre musique, comme la majorité des producteurs d’Amsterdam que je connais.

 

 – D’accord. Et pour finir cette petite conversation, on est habitués ici chez High Five à poser la même dernière questions à tous les artistes qu’on croise. On est en France des gros mangeurs et apprécions la bonne nourriture et le bon vin. Quand vous avez une grosse soirée, que vous jouez de la musique jusqu’à l’aube, vous devez être affamés ! Vous avez un plat en particulier pour le retour à l’hôtel ?

Jordan : Ah ! C’est marrant que tu poses cette question … Gal et moi adorons la bonne nourriture oui, mais malheureusement on a fini au MacDo la dernière fois qu’on était en France … Même pas un Quick!! Et figure toi … c’était à Lyon !

 

– Ca a le mérite d’être honnête (rires) ! Merci à tous les deux pour ces réponses, on a ici tous hâte de vous voir à Paris dans quelques jours ! A bientôt !

 

 

Infos pratiques.

Juju & Jordash sont à retrouver à la Concrète ce samedi soir. Infos sur l’event Facebook.

De 21h à 7h. Entrée 15e (gratuit avant 22h).

You can follow the next releases of Juju & Jordash on their Facebook page, and our next articles on ours.