(french version below)

Gerd Janson est le patron du label allemand Running Back. L’écurie aux sorties multiples et à la qualité mesurables par la notoriété du petit logo RB a sans doute caché le génie de ses deux créateurs Gerd et Thorsten Scheu. Mais l’originaire de Mannheim, qui pourrait aussi se targuer de casquettes de Dj et de journaliste s’il n’était pas aussi modeste, a su imposer au fil des années une patte musicale aussi éclectique que passionnée à la maison Running Back. Aujourd’hui, il est sans cesse dans l’avion, entre Tokyo et New York, en s’arrêtant souvent dans la Vieille Europe et ses clubs de renom. Car en plus de ses qualités sus-mentionnés, Gerd Janson a ses résidences et prend souvent ses quartiers d’été au Berghain, à l’intimiste Robert Johnson ou encore jusqu’il y a peu de temps encore au Trouw d’Amsterdam.

On est heureux, flattés, et surtout intéressés de pouvoir nous pencher un peu dans le personnage, de découvrir ses goûts et pensées. Avec beaucoup d’humour et d’ironie bien sûr.

 

– Hi Gerd! We are glad to welcome you in our columns !
To begin, I read another interview you gave for Pulse Radio a few years ago. There, you said you preferred at beginning becoming a music journalist rather than a DJ, that you started DJ on behalf of friends encouragements. A few years later, you are a resident at two of the most famous clubs in the worlds, Berghain and Robert Johnson. How the evolution took place?

Definitely not over night. That took a few years of record collecting and dancing until I was brave or dumb enough to try it out myself. But after I did, it went relatively quick and easy. The times might have been different, it just fell into place quite naturally and wasn’t forced or aimed at. From going out to certain places, I just got asked to play at them as well.

 

 

– Of course we’re gonna speak about your two residencies at Pbar and RJ, but I’d like first to hear more about the Red Bull Music Academy. You’ve been a RMBA fellowship since 2010. What’s the purpose of it and how do you manage to achieve it ? Do you consider yourself more a teacher or a student in this case?

A student as always in life. My work there as a questioner and music journalist was or is not contrasting to what I did as a writer: it has always been the rather unassuming fan boy perspective that drove me towards it and a natural curiosity.That’s why interviews are quite a pain for me, I can ask, but I cannot tell.

 

– You had been a writer ? What kind of writing did you produce/are you producing ? You also co-wrote a book for Live at Robert Johnson in 2012 if I am right ?

More or less a music journalist, I’d say. For German publications like Groove and Spex, I interviewed, reviewed and overviewed, all the while I’ve also been part of the Red Bull Music Academy team: on the couch and the radio. For the book, the people behind Robert Johnson wanted to document the genesis of the club and the path of it including the people and events along the way. So it was just an attempt to describe and portray that in the form of a coffee table book while the club still had its doors open in contrast to an eulogy.

 

– A Cornelian dilemma and unfair question: some say of the Robert Johnson it is the best club in the world, others “Berliners” have a preference for Berghain, and pretty much everyone is according on the term “temple of music” for Trouw. What do you think of it ? Any preferences ?

It comes down to personal taste and aesthetic preferences – and of course frequency. If you live in one of those cities and go on a regular basis, those clubs can become like a second home and from that a certain identification process takes place that can be similar to football clubs. A good way to compare those might be restaurants, they all offer food – sometimes even of the same ingredients or produce – but prepared and seasoned slightly different. The feeling they evoke is defined by sound systems, lighting, architectural language, dance floor politics and last but not least by the people they attract.

 

– The atmosphere a club can create with its organizational structure is indeed defining how people feel it. Pastic People has closed a few weeks ago, with an amazing night, You’re a Melody, with Four Tet and Floating Points. The first editions of the party were already musically enormous, but this is one will definitely stay in memories, and surely be missed. As the one of Frankie Knuckles in Paradise Garage in a way. Do you have any specific party, either in the crowed or behind the booth, that you would replay or go to again? One that you could think to when talking about Feeling the music ?

You know what they say: It’s never as good as the first time or the last time. A big part of nostalgia is the fact that something is actually over, done and closed. But I have one regret indeed when it comes to Plastic People. I would have very much liked to grab the chance and play the night before the last night there, but as it was Trouw’s closing weekend and I was already running out of batteries, I just couldn’t, no matter how much I used to love that place. Two closings in one weekend are more than even I could possibly stomach. However : better a broken heart then a broken neck.

 

– Two writers here at H5 Mag were last week end in London for your gig with Move D and Levon Vincent at Fire club. They told me it was marvelous, and moreover your set. Thibault especially liked – I may say loved – the fact you kept the tracks until the end of them, like « I feel good things for you » from Daddy’s Favorite that you kept until the last drop. Do you think it s important to not cut tracks in the middle? That there is a complete construction of the track that has to be respected ? At some point, people may moan nope? (San Soda told us crowds were moaning when he was keeping the tracks until the end somewhere else than in Berlin)

It really depends on the track or song. Some are made for mixing and some need their space to breathe. I usually let tracks play to the end, while already mixing the next one in quite early. So I am far from pulling a « Mancuso » when I play … If you know what I mean. I am offended that Thibault didn’t seem to notice my DJ trickery… (laughs).

(Mancuso is a Dj from the 70’s. He was playing in the Loft of NY. He is known for letting a few seconds between the songs he’s playing, with no mix between them.)

1463568_802476516478474_7517789668924800685_nGerd Janson dans les studios de Tim Sweeney pour l’émission Beat In Spaces. Crédit photo – Calli Higgins

– You were talking about feelings and seasons. Any secrets and season-impact to have a long and well-sensed beard as yours ? 
I actually fell that mine still needs a lot of work. It’s far from being how I want it to be and I always try different ways of grooming it. Maybe we should ask a barbour or Andrew Weatherall and DJ Harvey.


– To be more serious, how is your label «  Running Back » day-to day management ? What’s typical about it ?

There is no typical day as I have no typical record label. There is no office, no telephone number and no internship. I guess, with my lively travel schedule, I would like to have more time for it as I have now. Last but not least, to listen to ALL the demos that the label’s email address receives.

 

– Yes, you seems to be travelling the whole world in a week, must be a though life. How is it with daily life? Isn’t it exhausting to be on gigs on night, taking a plane the day after, again and again? I mean, you must be tired 

No, it’s actually the contrary. I’m wide awake, I love airplane food and you never get to know people as intimately as you do high up in the air.


– You have released some of the most famous artists on your label. How do you choose future Running Back artists ? Do they come to you, or do you talk with them about a future production in your label? »

By now, it’s a circle of friends and dear colleagues that is permeable to chance, young or old people  and the unexpected. But as a rule, I like invitations to invite.

 

– We all like here the release of Telephones « The Ocean Called EP ». It was an amazing one.. I recently talked to Henning, who indeed told me Dj Fett Burger introduced his tracks to you, and therefore suggested him to send some demos. As you are telling me it’s a circle of friends or colleagues, does it mean there is not a lot of place for unknown artists, who just send their demos via email? You are listening to every demo sent to you, but a lot of producers don’t do it anymore because receiving too many of them..

Oh, Henning was unknown to me, Telephones was not, but I have done records with unknown people in the past and I’m sure that I will in the future. Persistence is the key as well as time, place and sheer luck.

 

– Talking about productions, you are not producing music, « only » playing it. Does it allow you then to keep a large spectrum of varieties in the music you play? You are not pigeonholed in a certain musical category, you can touch to whatever you want !

I guess, I am world a parts from being a musician or even music producer in the classic sense of the term. Also, if being asked, I would always consider myself to be a DJ first and foremost. On the other hand, I spent quite a lot of time in studios for the Tuff City Kids project with Phillip Lauer. That is basically a remix outfit with original productions being a few and far between (much like « normal » producers usually would put out remixes). But that range of freedom that I try to apply to a certain extent to my diletannte DJ profession holds itself true to the studio formation as well.

 

– So we won’t have chance to find any Gerd Janson EP in record stores one day?

I hope not!

– And a traditional question to end the whole: As we are french, we like eating and drinking. Dancing all night long, throwing a good party, playing records : that kind of night could let you eat an horse. What’s your favorite meal when coming back from a gig? or the day after?

A pony before, and a horse after.

 

– Well thank you Gerd ! Hope to see you again soon, with that passion shared each time we dance on your sets. See you 

 

– Salut Gerd ! Heureux de t’accueillir parmi nos pages ! Pour commencer, j’ai lu une autre interview que tu as donné pour Pulse Radio il y a quelques années. Tu y disais avoir préféré au début être un journaliste musical plutôt qu’un Dj, et que tu as commencé à mixer sur les conseils de tes amis. Tu es aujourd’hui résident dans deux des clubs les plus connus au monde, le Berghain et le Robert Johnson. Comment s’est passé l’évolution?

Assurément pas d’une nuit à l’autre ! Ca m’a pris plusieurs années de rassembler des vinyles et de danser assez jusqu’au point ou j’étais assez brave – ou idiot – pour m’y mettre à mon tour. Mais après l’avoir fait, ca a été relativement facile et rapide. Cela aurait pu être différent, mais pour moi ca a juste été une suite logique, je n’ai pas été forcé du tout. En allant à des endroits et en y retournant, les gens ont juste commencé à me demander d’y jouer.

 

– On va reparler évidemment de tes deux résidences, mais avant, j’aimerais évoquer la Red Bull Music Academy. Tu en es un membre émérite depuis 2010. Pourquoi travailles tu là-bas? Dans quel logique ? Tu te considères plus comme un journaliste professeur ou un élève dans ce cas ?

Comme un élève, comme toujours ! Mon travail comme journaliste n’était et n’est pas en opposition avec mon travail ailleurs comme écrivain : ca a toujours été dans la logique de remplir des objectifs de gamins qui m’ont fait avancer dans la vie. C’est un peu pourquoi aussi les interviews sont une tâche ardue pour moi : je peux demander, mais difficile dire.

 

– Tu écris à côté ? Quel type de papiers écris tu ? Tu as fait partie de l’équipe rédactionnelle du livre du Robert Johnson en 2012 aussi si je ne me trompe ?

Seulement en tant que journaliste musical. Pour des publications allemandes surtout, comme Groove and Spex, j’interview, je fais des reviews. Et puis aussi la Redbull Academy, sur le sofa et à la radio oui. Pour le livre Robert Johnson, le staff du club voulait un livre sur la genèse du club et son évolution, avec les évènements marquants et les personnalités qui l’ont façonné. Donc c’était une tentative de décrire et de dresser un portrait, un peu dans la forme d’une discussion de café, du club.

 

– Un dilemme cornélien et une question assez injuste, mais tentons là : certains disent du Robert Johnson qu’il est le meilleur club du monde, d’autres plus « Berlinisants » ont leur préférence pour le Berghain, et à peu près tout le monde s’accorde sur le terme de « temples de la musique » pour le Trow. Comment tu vois les choses toi ?

Pour moi, ca tient des goûts personnels et des préférences esthétiques – et évidemment de la fréquence à laquelle tu vas dans ces boites. Si tu vis dans une ville et va dans un de ces trois clubs sur une base régulière, ils deviennent une seconde maison et un vrai processus d’identification s’opère, un peu comme dans les clubs de foot. Une bonne façon de les comparer serait d’utiliser la métaphore culinaire. Des bons restaurants offrent tous de la bonne nourriture – parfois même avec les mêmes ingrédients et produits – mais ils les préparent et assaisonnent d’un façon un peu différente. Le ressenti que ces clubs provoquent se définit par leur système son, leur ambiance lumineuse, le langage architectural, les politiques vis-à-vis du dancefloor, et last but not least, par les gens qu’ils attirent.

 

Ata b2B Gerd Janson Give Love Back x Boiler… par brtvofficial

 – L’atmosphère qu’un club peut créer avec sa structure organisationnelle est en effet partie intégrante du ressenti qu’en ont les gens. Le Plastic People a fermé il y a quelques semaines, avec une énorme soirée, You’re A Melody, de Four Tet et Floating Points. Les premières éditions de ces soirées étaient aussi assez extraordinaires, mais cette dernière restera dans les mémoires, et sera sûrement regrettée. Un peu à la manière de la dernière de Frankie Knuckles au Paradise Garage. Est ce que tu as toi une soirée qui te reste en mémoire? Que tu voudrais rejouer ?

Tu sais ce qu’on dit : c’est jamais aussi bon que la première ou dernière fois. Une grosse part de nostalgie est dûe au fait que oui, c’est fini, le club ferme. Mais j’ai un regret en effet par rapport au Plastic People. J’aurais vraiment aimé avoir la chance de pouvoir jouer la nuit avant la dernière. Mais comme c’était aussi le week-end de fermeture du Trow et que j’étais exténue, je n’ai juste pas pu. Malgré tout l’amour que j’ai pour ce club. Deux fermetures le même week-end, c’est plus qu’il ne faut pour retourner un estomac. Mais finalement : mieux vaut un coeur brisé qu’un cou cassé.

 

Deux rédacteurs ici à H5 étaient il y a quelque semaines à Londres, où tu as joué avec Move D et Levon Vincent au Fire. Ils m’ont dit que c’était assez incroyable, et plus particulièrement ton set. Thibault a particulièrement aimé le fait que tu gardes les tracks jusqu’à la fin, comme « I Feel Good Things For You » de Daddy’s Favorite que tu as gardé jusqu’au dernier drop. Tu estimes que c’est important de ne pas couper des tracks ?

Ca dépend vraiment des tracks. Certaines sont faites pour être mixées, alors que d’autres ont besoin d’air pour respirer et se faire entendre. Mais d’habitude, je les laisse jusqu’à la fin et essaie de mixer la suivante à son tout début. Donc je suis assez loin d’être un « Mancuso » quand je joue … si tu vois ce que je veux dire. Je suis très offensé que Thibault ne l’ait pas remarqué (rires).

 

– Tu parlais avant de ressentis et de saison. Tu as un secret pour avoir une barbe si foisonnante ?

Ah, je pensais que la mienne mérite encore beaucoup de travail. Elle est très loin d’être comme je voudrais qu’elle soit, donc j’essais toujours des manières différentes de la couper. Peut-être qu’on devrait demander à un barbier, ou mieux, à Andrew Weatherall et Dj Harvey.

 

– Pour être plus sérieux, comment tu organises la gestion de ton label « Running Back » au jour le jour ? 

Franchement, il n’y a pas de jour typique car Running Back n’est pas un label typique. Il n’y a pas de bureau, pas de numéro de téléphone, pas de stagiaire. Après, avec mon emploi du temps et mes voyages continuels, j’aimerais avoir plus de temps que j’en ai aujourd’hui. Et, last but not least, j’écoute TOUTES les démos qu’on m’envoie sur la boite mail du label.

 

– Oui, on voit que tu voyages énormément, on dirait que tu fais le monde entier en une semaine. Ca doit être épuisant non? Commet ca se passe au quotidien, tu alternes soirées et avions ? Je veux dire, ca doit être fatiguant !

Non, en fait c’est plutôt le contraire. Je m’endors et me réveille rapidement, j’adore la nourriture des avions, et surtout, tu ne peux pas mieux connaître des gens aussi intimement que dans un avion à 10.000 mètres.

 

– Tu as sorti un nombre impressionnants d’artistes sur ton label. Comment tu choisis les futurs artistes de Running Back ? Tu parlais de démos.

Jusqu’à maintenant, c’est surtout un cercle d’amis proches et de collègues, cercle très perméable à la chance et à l’inattendu. Mais la seule règle, c’est que j’aime être invité pour inviter.

 

– On a tous aimé ici l’EP de Telephones, « The Ocean Called Ep ». Je parlais récemment à Henning, qui m’a en effet dit que c’était par un ami commun que vous vous étiez rencontrés. Par là, est ce que ca veut dire finalement qu’il n’y a pas beaucoup de place pour les artistes inconnus, ceux qui envoient leurs démos par email? 

Oh oui, Henning m’était inconnu, mais Telephones ne l’était pas. Mais cette règle est modifiable, j’ai fait des sorties avec des gens que je ne connaissais pas par le passé, et je suis sûr que ca continuera dans le future. La determination est la clé à tout, comme le temps, et un peu de chance.

 

– À propos de productions, tu n’en as jamais produit toi. Tu « joues ». Est-ce ca te permet de garder un spectre musical large, de ne pas être catégorisé dans une « boite », un genre ?

Je pense que oui, et surtout que je suis loin d’être un musicien, ou producteur, dans le sens classique du terme. Et, si on me demande, je me définirais toujours plus comme un Dj qu’autre chose. Après, je passe beaucoup de temps en studio avec Philip Lauer pour le projet Tuff City Kids. C’est un projet de remix avec quelques productions originales. Mais cette liberté que j’essaie d’avoir en étant Dj, on peut aussi la retrouver en studio.

 

– Donc on n’a aucune chance de trouver un jour un vinyle de Gerd Janson chez un disquaire ?

J’espère que non !

 

– Et une dernière petite question, traditionnelle dans nos pages : étant Français, on aime bien boire et manger. Quand tu fais une belle soirée, que tu dances et joues toute la nuit, tu dois être exténuée à la fin. Tu as une préférence culinaire pour l’après-soirée ?

Un poney avant, et un cheval après.

 

 

Vous pouvez retrouver Gerd Janson sur sa page Facebook, et continuer à être de plus en plus nombreux à suivre High Five Magazine ici !

Articles similaires