French version below.

Producteur, dj, patron de label, organisateurs de soirées ou ancien propriétaire de boîte de nuit : la liste serait longue pour introduire correctement le grand monsieur qu’est DVS1. Zak Khutoretsky est le genre de personnage dont on découvre toujours des recoins, des petites histoires marrantes, des qualités musicales insoupçonnées. Entre deux avions, on a échangé quelques mots autour de sa vision de la musique et du dj, avec en ligne de mire le Rex du 30 janvier. De Minneapolis à Paris, des soirées illégales qu’il organisait à ses apparitions multipliées dans les temples de la musique européenne, il a brassé vingt ans de musiques électroniques avec un enthousiasme assez impressionnant.

Comme il l’explique quelques lignes plus bas, le natif de Minneapolis nous concocte un plateau avec Borrowed Identity et Fulbert dans ce qui sera la première d’une longue série de Mistress Nights. On s’y donne rendez-vous, nous on sera au premier rang.

 

Hi Zak ! Thank to award us some time for answering our questions ! You are in a middle of a European tour during which you will come by Paris in a few weeks, for a Mistress Night if I’m right : let start with that label you founded in 2013. You write that Mistress Recordings is a « pioneering home for versatile producers ». What does it mean ?

I’m perpetually on tour every few weeks for the last 5 years. I spend a few weeks on the road, then go home back to Minneapolis for a few weeks, rinse and repeat…

Mistress is a chance for me to give back and put out some hidden gems within my wide range of taste in dance music.   Everyone knows me as a “techno” dj/producer, but I grew up on and listen to so many different types of music.  I always tell people I’m a beat and rhythm addict.  It could be house, disco, electro, hip hop, funk, soul : anything really that catches my ear …  Mistress is designed to be exactly that ; a home for those secret weapons in my sets.  Where Hush is limited to my own productions and my purist vision of techno, Mistress has no boundaries.  I’ve released what I like, what I feel needs to be heard and I’ve ended up working with people who are passionate about the same thing!

 

What about the amazing visuals you use in your releases ? Do you choose them yourself? A special wish to combine the human senses, nice music with beautiful images aha ?

I am extremely lucky to have worked with a very talented artist named Ben Hribar.  We’ve worked together for years now and he understands my vision. We work together to choose final artwork, but his process is to listen to each release while looking for images.  We choose imagery to match the vibe and feeling of each release.  To explain the visual concept of mistress, you have to also look at my imagery for Hush. Where Hush and techno is my wife, it’s my first love, my core.  Mistress is exactly as the name describes, Its everything else I enjoy on the side.

 

Tell us more about the Mistress nights …

These Mistress Nights will be a chance for me to invite artists from the label, future artists we are planning on working with – as Fulbert –  and play music with no expectations.  I miss the old school way of parties building from start to finish with different styles.  The nights would start with something deeper, build up to something more intense and then come down again to end it..  The entire night was a journey and people came for the experience and unknown..  Nowadays I get booked for “techno” shows where there is no difference in vibe or atmosphere from start to finish, its techno all night..  As much as I love techno, I love it even more when it’s the peak of the night and things are building up to it and around it.

 

How did you met the artists released on Mistress Rec ? How do you proceed when releasing someone music ? 

I’ve met everyone through one simple connection … The music. Some have sent me tracks, others have given me music at shows, soundcloud etc.  I hunt for new material for Mistress as I would dig for my own music for Dj’ing …  If I like something, if it stays in my playlist and in my bag for a long time, then I consider it for a release.  The first 4 artists happened to be released by chance actually. There was no plan.  Borrowed Identity hit me off with some things almost a year before the label started, Juxta Position sent me some tunes that wouldn’t leave my head, Doubt is a local where I’m from who has released in the past under many aliases, but this time had a new, fresh unique approach to his project that connected with me and finally Daniel Jacques hit me with one of the most beautiful tracks I’ve heard in years, which is « End of my world ».  All music for different moments in my vibes, my sets etc…  The next Mistress release (end of February) is a VA collection of 12 artist’s, of which nine of them are releasing for the first time.  It’s coming on 3 separated 12’s, the blonde, brunette and redhead.  Again : all music that has connected with me through various ways.


The sample and voice of End of my world are indeed awesome, it cannot leave the head when listened … When I am reading you, it sounds to me that the releases on Mistress are in a way defining you as well as it is defining the artists : is that the finality of creating its own label? Finding his way and defining himself through music? 

Sure, curating the label is as much a definition of my style and my taste as it is the producers who are defining themselves. As I mentioned above, I come from so many different influences and they all make up who I am. My taste in techno comes from my taste in everything else, so Mistress is the perfect platform for me to express this. For any independent artist, having an outlet where you have total control, whether it be for your own music or in the case of Mistress, for other people, these labels are our way of showing something, expressing our greater vision and hopefully uncovering some amazing music. I personally have no deadlines or expectations that I place on myself or my labels.  I trust in and believe in myself to put out what feels right, what I connect with and I can only hope that others out there listening are connecting with our vibe.

 

Considering that, are enormous labels as Ostgut Ton, or 50 weapons in a way “meaningless”? Because not centered around one producer, as Transmat or Klockwork are?                            

Bigger labels are needed and are definitely not meaningless.  A label like Ostgut is also a visionary label, but in a much broader sense, enveloping a large roster of artist’s, a club, albums, singles, mix CD’s etc..  They are building the definition of what they as a company stand for. Everything flows like a river downstream splitting off into smaller channels etc.. Bigger labels, smaller labels, famous artist, infamous artist, new producers and so on. There is a place for all of us and if you believe in something enough to put your energy, your money and your time into then that process is also part of your definition as an artist.

 

About the artist you are today, a lot of people know you because of your techno side. Both your name « Devious 1 » and the fact your first releases were some punchy tracks on Ben Klock’s label are defining you for people as a « Techno artist ». Isn’t that sometimes bothering to be in a way pigeonholed while you are travelling between musical worlds ?

People need labels in everyday life to find a quick way to define or describe something. So being labeled as a techno artist is fine, it quickly gives someone a notion of what I do.  But the reality, the only true negative to this is the crowd and what they come to expect from these titles.  Similar to someone like Jeff Mills and his attitude of trying to not worry about the crowd is very similar to my own. Of course we are subconsciously worried about what the crowd thinks, but the more we are able to disconnect and just project our own vision and our own vibe at that moment, the better everything is, because at that moment things become about art and not entertainment anymore. I have to believe that enough people who follow me are actually trying to understand me and are paying attention and coming with an open mind to hear me.

 

With always being on tour, you must be going from gig to gig, from bed to booth – and the other way too. Do you still play a lot in Minneapolis when you are there for rinsing? 

Of course I’m always on the road, but I’ve found a good balance now with going back and forth every 2-3 weeks.  I keep a place in berlin to call home when I’m on the road, but my true home is Minneapolis! Its where I keep my record collection, where I have my family, my true and oldest friends and where I came up and got the vibe that I have.

 

Travelling and mixing on vinyl are two activities that have sometimes some difficulties to cohabit … While Techno dj and producers are tending to mix on digital, you make a point of being on vinyl. How do you do concretely do to transport all your vinyls? You must know all the US records shops, and moreover abroad …

When I started touring I was carrying two bags of vinyl everywhere I was going to, but as time went on and I ran into problems with turntables. Plus I was getting bored of the same music in my bags for weeks, so I had to start using Cd’s and later USB to carry my digital music as well. I now play 50% each, vinyl/digital. In some places I trust or know that the vinyl works and sounds perfect, I will play more, but in general it’s a blend of both. I keep a large stash of records in berlin and I do all my record shopping in the EU. The only real challenge is having all my music spread across 2 places. Sometimes I’m in Europe and remember a record I wished I had, but its actually back in Minneapolis. I’ve been known to buy 2nd an 3rd copies of records just cause I want them in that moment.

10679953_10154905913840541_8814474874932117693_o

It had been a time when you had a club in Minneapolis …

I’ve been throwing parties since 1996 and felt it was time for me to try opening a club, which I did for a very short time, but fighting an uphill battle constantly was more than I could deal with. In the end we decided to close the club after 1.5 years. So I went back to throwing underground events and started finding places for more long term projects.  At the moment I’ve had a space for over 5 years that I do about 6 events a year in. It stays off facebook, there is no public mention of it and people know about it through emails, text, and word of mouth. At this point, being home so little, my events are where I prefer to play.  The sound is powerful, the space is intimate and the people who come know what they want.

 

How is the music scene there?

The music scene here has deep roots, but what happens in a city like ours is that most successful artist or musicians always leave to a bigger city like NYC, or Chicago or LA to get more opportunities.. but the truth is that many of the people in those bigger cities got their start and came from places like Minneapolis.  We have a unique position being in a city like this, we are not stuck to living up to any specific history or expectation of sound, here we can just take our influences from everywhere and mold them into our own.

 

Was it and/or is it difficult to produce house and techno music in Minnesota while one would think of Chicago, Detroit or New York when speaking about these musics? 

The music scene here has always been stifled by terrible closing times and politics. We have open minded people and a liberal community, but a conservative government so we are always fighting for more freedom. On the other side of that coin, is that we have always had to have a proper underground scene because of the lack of good clubs and late closing times. In places where you have late closing and open laws, you have so many options and legal venues to do parties in to the point that you almost don’t need nor do you create real underground communities. In Minneapolis that’s our only option. We learn to do everything, from sound, to lights, to running tickets, to cleaning up at 7am … It gives you a different outlook and the struggle builds character amongst the people involved. The reality is that you don’t do this for the money or fame because there is none!  You do this because you love it and you feel passionate about music!

We are used at High Five Mag to end each of our interviews with a French and culinary question. As typical French, we love eating good food and drinking good wine. When you are done with a party, either dancing all night or playing some great music, you must be hungry! Do you have any favorite meal after throwing a good party? Or the day tomorrow?

I usually just need to get my energy back. So if its quick after a gig, it’s just usually a good breakfast at the hotel, some fresh juice etc.  If it’s after a weekend of gigs and I need to really relax, then it’s a good sushi dinner, a movie and some sleep!!!

 

Thanks a lot Zak for these nice and instructing answers, we are all looking forward to hear your music soon in Paris. You told me when we first talked that for the 30st Rex, we’ll hear everything from you, and not only house. We are all deeply waiting for it, see you soon !!

 

Version française.

Salut Zak! Merci de nous accorder de ton temps pour répondre à nos questions. Tu es en plein milieu d’une tournée européenne pendant laquelle tu feras un détour par Paris dans quelques semaines pour une Mistress Night c’est bien ça ? Commençons par ce label que tu as fondé en 2013. Tu dis à son propos qu’il est «un foyer novateur pour producteurs polyvalents», qu’est ce que cela signifie ?

Je suis constamment en tournée d’une semaine à l’autre depuis 5 ans. Je passe quelques semaines sur la route puis je retourne à Minneapolis pour une courte période et ainsi de suite.

Mistress, c’est une opportunité pour moi de remettre au goût du jour des perles oubliées en accord avec ma large palette de goûts en musiques électroniques. Tout le monde me connait en tant que producteur/dj techno, mais j’ai grandi en écoutant un peu de tout. Je dis souvent aux gens que je suis accroc aux beats et au rythme. Que cela soit de la house, du disco, de l’éléctro, du hip-hop, de la funk, de la soul, tant que cela attire mon oreille.. Mistress est conçu pour être exactement comme ça, un foyer pour ces armes secrètes dans mes sets tandis que Hush est seulement limité à mes propres productions et ma vision puriste de la techno. Mistress n’a pas de frontières. Je sors ce que je veux, ce qui a besoin d’être entendu selon moi et j’ai fini par travailler avec des personnes qui sont passionnés par la même chose !

Qu’en est-il des visuels que tu utilises pour tes sorties ? Est-ce que tu les choisies toi-même ? Une volonté spécifique de combiner les sens, de la bonne musique et des belles images aha ?

Je suis extrêmement chanceux d’avoir pu travailler avec un artiste très talentueux du nom de Ben Hribar. On travaille ensemble depuis quelques années maintenant et il comprend parfaitement ma vision des choses. On travaille ensemble pour choisir les visuels finaux, mais son processus consiste à écouter chaque sortie pendant qu’il cherche des images. On choisit l’imagerie pour coller à la vibe et à l’impression donne chaque sortie. Pour expliquer le concept visuel de Mistress, il faut aussi regarder l’imagerie de Hush. Quand Hush et la techno sont ma femme, mon premier amour, mon noyau, Mistress est exactement ce que son nom décrit, tout ce que j’aime de l’autre côté de la façade.

Dis nous plus à propos des soirées Mistress …

Ces soirées Mistress seront une chance pour moi d’inviter des artistes du label, les futurs artistes avec qui l’on prévoit de travailler – comme Fulbert – et jouer de la musique sans aucune attente. Cette façon old school de construire une fête du début à la fin avec différents style me manque. Les soirées commenceraient avec quelque chose de profond, de façon à façonner le tout vers quelque chose de plus intense pour enfin redescendre à nouveau. La soirée entière était un voyage et les gens venaient pour une expérience et un peu d’inconnu. De nos jours, je suis booké pour des performances «techno» où il n’y pas différence de vibe et d’atmosphère du début à la fin, c’est de la techno toute la nuit. Bien que j’aime la techno, je l’aime encore plus lorsqu’elle intervient au point culminant de la soirée après avoir l’avoir amenée au fur et à mesure.

Comment as-tu rencontré les artistes signés sur Mistress Rec? Comment est-ce que tu procèdes lorsque tu décides de sortir la musique de quelqu’un ?

J’ai rencontré tout le monde à travers une simple connexion : la musique. Certains m’ont envoyé des morceaux, d’autres m’ont donné de la musique à des gigs, soundcloud etc. Je chasse du nouveau contenu pour Mistress de la même façon que je vais digger ma music pour mes propres sets. Si j’aime quelque chose, si cela reste dans ma playlist et dans mon sac pour un long moment, alors je commence à l’envisager pour une sortie. Les 4 premiers artistes se sont avérés être des sorties par chance. Il n’y avait aucun plan.

C’est vrai que le sample et la voix de « End of my World » sont ahurissants, ca ne veut plus sortir de la tête … Quand je te lis, j’ai l’impression que les tracks que tu sors sur Mistress servent autant à te définir qu’à définir leur artiste : finalement, ca ne serait pas l’objectif de tout artiste créant son label ? Se définir à travers la musique ?

Oui, évidemment. En gérant le label, je définis autant ma patte et mes gouts que ceux des artistes qui y sont signés. Comme j’ai dit plus haut, j’ai énormément de gouts différents qui définissent tous un peu ce que je suis aujourd’hui. Mon goût pour la Techno vient de mes gouts pour tout le reste, donc dans un sens, Mistress est la plateforme idéale pour m’exprimer. Pour toutes les personnes qui nous suivent, ces labels sont notre manière de montrer une part de nous-mêmes, de montrer ce qu’on vaut, et surtout – j’espère – de faire découvrir de la bonne musique.
Personnellement, je n’ai aucune ligne rouge ou attente quant à mes productions ou mes labels. Je crois dans ce que je fais, je crois et j’espère que tout ce quoi à propos duquel je ressens un quelque chose, les autres qui m’écoutent ressentent la même chose.

Avec ce que tu me dis, est-ce que les énormes maisons, type Ostgut Ton ou 50 Weapons, sont dans un sens insensées ? Parce que non créées autour d’un artiste en particulier, comme Transmat ou Klockworks peuvent l’être ?                            

Les plus gros labels sont nécessaires à la scène électronique, et pas du tout insensés ! Un label comme Ostgut est visionnaire, mais dans un sens beaucoup plus large, avec des artistes vachement éclectiques, et des sorties diverses, en album, singles, CD’s, etc. Ces grosses écuries sont la définition même de ce qu’une entreprise doit être. Tout ce qui déborde de ces entreprises se retrouvent dans les plus petits canaux, et créent la scène musicale. Les gros labels entrainent les plus petits, les artistes connus les moins connus, et caetera. Sur cette scène, il y a de la place pour tout le monde. Il suffit que tu croies suffisamment à ton projet pour y mettre ton énergie, ton argent et un peu de temps ; c’est à ce moment là que ca commence à te définir en tant qu’artiste.

 

À propos de l’artiste que tu es aujourd’hui, beaucoup de gens te connaissent par ta facette Techno. Que ca soit ton nom « Devious 1 » ou tes premières sorties sur le label de Ben Klock, c’est vrai que tu as une belle patte techno tout de même. Ce n’est pas parfois ennuyeux d’être mis dans cette case alors que tu essaies d’être hyper varié dans tes sets ?

Dans la vie de tous les jours, les gens ont besoin d’une marque de fabrique pour se rappeler des gens. Donc en soi, si avoir cette étiquette techno permet aux gens de vite voir ce que je fais, pourquoi pas. Après, le seul aspect négatif est que les gens viennent te voir pour un style de musique très précis. Comme des artistes comme Jeff Mills, j’essaie de ne pas m’en faire du public. Évidemment que nous sommes tous attentifs au public, mais le plus on est aptes à se déconnecter des attentes des gens et d’être plus dans le ressenti de ce qu’on souhaite jouer, le mieux c’est ; ca en devient de l’art, on quitte le divertissement. J’ai envie de croire que les gens qui me suivent vraiment essaient de comprendre ce que je veux faire, et viennent m’écouter avec l’esprit ouvert aux découvertes.

 

En étant toujours en tournée, tu dois aller de gig en gig, du lit aux platines, et des platines au lit. Tu arrives quand même à jouer un peu à Minneapolis quand tu y es pour te reposer ? 

Oui, évidemment je suis toujours sur la route, mais finalement j’ai trouvé un bon équilibre entre tournée et maison, en revenant toutes les deux-trois semaines. J’ai un pied à terre à Berlin pour me sentir un peu chez moi quand je suis en Europe, mais ma vraie maison est Minneapolis bien sûr ! C’est là-bas que je garde tous mes vinyles, c’est là-bas que j’ai ma famille, mes meilleurs amis, là-bas que j’ai grandi.

 

Voyager et mixer sur vinyle sont deux choses qui ont peu de mal à cohabiter … Alors que pas mal de Dj Techno sont dans le digital, tu marques un point d’honneur à mixer sur vinyle. Ca se passe comment concrètement pour balader tous ces vinyles ? Surtout, tu dois maintenant connaître pas mal de disquaires …

Quand j’ai commencé à voyager, je partais avec deux sacs à vinyles à chaque fois, mais oui, vite, il y a commencé à avoir des problèmes. En plus de ça, j’étais fatigué de toujours sortir la même musique pendant des semaines. J’ai commencé à utiliser pas mal de CD et plus tard des clés USB pour avoir toute ma musique avec moi. Maintenant, je joue à peu près 50% vinyle et 50% digital. Il y a des endroits où je sens que je peux jouer plus de vinyles, sinon c’est normalement du 50-50.

J’ai pas mal de vinyles à Berlin, et surtout je fais tout mon shopping musical en Europe. Le vrai challenge, c’est plus d’avoir ma musique divisée en deux maisons, à Minneapolis et à Berlin. Ca m’arrive parfois en Europe de vouloir jouer une track qui est finalement à la maison, et inversement. Du coup je suis assez connu pour acheter tout en double, pour en avoir un à tout moment !

 

Il y a eu un temps où tu avais un club à Minneapolis …

Je faisais des soirées depuis 1996, il y a eu un moment où j’ai senti qu’il était temps de passer à l’échelon supérieur. J’ai ouvert une boite, mais ca a duré très peu de temps, on était dans une cour dans laquelle il était difficile de se maintenir. Du coup, après un an et demi, on a fermé le club, et j’ai recommencé à faire des soirées underground. J’ai trouvé des endroits sympa où je pourrais faire des soirées sur le long terme ; j’en ai eu un par exemple où j’ai fait des soirées pendant cinq ans, avec six soirées par an. Ca restait hors de facebook, aucune publicité nulle part, les gens étaient au courant par email, par sms, et par bouche à oreille. Ca en devient familial, c’est dans ce type de soirée que je préfère jouer. Le son est super, l’endroit intimiste, et les gens viennent et savent ce qu’ils veulent.

 

Comment est la scène musicale à Minneapolis ?

Elle a des racines profondes, mais vite les artistes et musiciens à succès partent pour des plus grosses villes, NY ou LA, pour avoir de plus grandes chances de succès. Mais il y a énormément de gens qui viennent vraiment de Minneapolis ! On a la chance d’être une ville où il n’y a pas d’histoire spécifique et donc d’attente musicale, ce qui permet une liberté totale dans nos influences.

 

Était-ce/est-ce difficile de produire de la house ou de la techno à Minneapolis alors qu’un mec lambda pensera plus aux Chicago, Detroit et autres New York quand il s’agit de musiques électroniques ?

La scène musicale a toujours été étouffée par des politiques inaptes. On a là-bas des gens vachement ouverts d’esprit et une communauté plutôt libérale, mais un gouvernement conservateur. On doit donc se battre pour notre liberté de faire de la musique. Après, on a toujours eu une grosse scène undeground due au manque de bons clubs principalement, et aux heures de fermeture jamais bien tard. Dans les villes où tu as des fermetures tardives et des lois permissives, tu as tellement d’options que tu n’as pas le besoin d’avoir une scène undeground. À Minneapolis, c’était notre seule option. Et tu apprends beaucoup de ce genre de cas : il faut s’occuper de la musique, de la technique, de la lumière, de gérer la caisse, de tout ranger et nettoyer à 7h du matin … Ca te donne un regard différent sur les gens qui traveillent avec toi. Quand tu fais ca, tu te rends compte que tu ne fais pas ça pour la célébrité, tu fais ça à cause de la passion pour la musique !

 

On a chez High Five l’habitude de finir chacune de nos interviews par une question bien française et culinaire. En tant que bon Français, on aime bien manger et bien boire. Quand tu viens au bout d’une longue soirée, que tu as bien dansé ou joué toute la nuit, tu dois avoir une faim de loup ! Est-ce que tu as un plat favori ?

J’ai juste besoin de me reposer. Donc si c’est juste après une date, je prends un bon petit-déjeuner à l’hotel, du jus de fruits frais, etc. Mais si c’est après un week-end de gigs et que j’ai besoin de me reposer, de relaxer, à ce moment là un bon sushi, un film et dodo !!

 

 Merci beaucoup pour ces réponses intéressantes Zak ! On attend tous avec impatience de pouvoir entendre ta musique ici à Paris. Tu m’as dit quand on a parlé pour la première fois que le 30, on aura de tout, et pas seulement de la house. On est donc hyper impatients, à bientôt !!

 

 

Informations pratiques.

DVS1 est au Rex le 30 janvier prochain, accompagné de Borrowed Identity et Fulbert. Informations sur l’event Facebook.

On a aussi interrogé en prélude de cette belle soirée Chris, aka Borrowed Identity. Entretien à retrouver dans nos pages.

Vous pouvez suivre DVS1 sur sa page Facebook, et High Five Magazine sur la nôtre.

Articles similaires